mardi 10 mars 2015

L'étudiant manque de savoirs critiques

BELGA  La Libre Belgique



L'état des savoirs critiques parmi les étudiants en première bac à l'université est "alarmant". Le constat est posé par l'AGL, l'Assemblée générale des étudiants de Louvain (UCL), qui a sondé quelque 1.400 jeunes sur l'état de leurs connaissances générales concernant les enjeux économiques, écologiques et sociaux de nos sociétés. L'AGL interpelle le secondaire et invite les universités à créer un cours de citoyenneté, rapporte Le Soir mardi. "Les résultats sont surprenants. Ils démontrent que peu d'étudiants ont reçu les connaissances générales leur permettant d'appréhender la société dans laquelle ils auront pourtant plus tard une place", selon Merlin Gevers, président de l'AGL.

Concernant l'environnement, un jeune interrogé sur cinq seulement identifie correctement les sources d'énergie renouvelables, tandis que 72% ne s'expliquent pas le mécanisme principal du réchauffement climatique. Les étudiants font également un score très moyen sur les questions socio-économiques. Un répondant sur deux est persuadé que l'immigration a un impact négatif sur l'économie belge et deux tiers n'ont pas une vision correcte de la concentration des richesses mondiales ou de l'origine du capitalisme.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE SALUT NE VIENDRA PAS DES ESPRITS AU GARDE À VOUS


C’est sérieux docteur ?

La majorité des étudiantes et des étudiants issus de l’université catholique de Louvain-la-Neuve sont issus de la bourgeoisie bruxelloise qui a émigré dans le Brabant wallon. Cette belle jeunesse a été scolarisée la plupart du temps dans des établissements scolaires catholiques de cette région obtenant des scores éblouissants (18/20) d’indices socio-culturels. L’enseignement catholique, volontiers conformiste et bon enfant, a tellement de succès aujourd’hui que beaucoup de familles agnostiques, laïques, voire athées évitent désormais l’enseignement officiel (trop d’immigrés) pour faire une confiance aveugle à ce type d’établissementsÀ leurs yeux, une bonne école est une école où il y a une majorité d’élèves bleus blanc belge. Incontestablement, l’enseignement y est pratiqué correctement mais il lui manque ce je ne sais quoi, ce presque rien qui fait la différence. L’athénée communal élitaire où j’ai fait mes études et ma carrière, non seulement, préparait correctement à l’université mais il forgeait des personnalités à qui l’on avait appris que « le salut ne viendra pas des esprits aux garde-à-vous » (Burgers). On n’y formait, en effet, des esprits libres et critiques rompus à la méthode du libre examen. Bref on y éduquait les futurs citoyens. C’était cela le « plus » de l’enseignement officiel par rapport à son concurrent libre. C’est certainement encore le cas aujourd’hui mais ce n’est plus un critère de choix pour les parents nantis qui ne supportent pas l’idée de voir leur rejeton se frotter à des camarades de classe issus de l’immigration. L’apartheid scolaire c’est cela, ce n’est rien d’autre ; la politique de mixité sociale entend lutter contre cela mais elle échoue lamentablement. Puisque l’école secondaire bien-pensante ne se soucie plus d’inculquer à ses élèves l’esprit critique qui « fait » le citoyen, d’autres médias en sont peut-être capables. La presse ? Les jeunes la lisent peu et les écoles « bon chic, bon genre » ne les y encouragent absolument pas. Subventionnée par le pouvoir politique qui la tient en laisse, capitalisée par des puissants groupes financiers, la presse est devenue docile. La télévision peut-être ? Hormis la chaîne Arte que personne ne regarde (3 % d’audience) et quelques émissions très mordantes de notre télévision d’État, on ne peut pas dire que le média télévision éduque l’esprit critique. Internet peut être ? Assurément, mais il convient d’avoir été initié à penser librement pour être capable de faire le tri entre l’info et l’intox, laquelle envahit la toile. C’est dire que la situation est vraiment préoccupante. C’est donc très sérieux, dira le docteur qui se demande comment il sera possible de renverser la vapeur.

MG

 

 

Aucun commentaire: