vendredi 17 avril 2015

Islamitische vluchtelingen gooiden christenen overboord tijdens oversteek

De Morgen


 ©AFP


Vijftien islamitische bootvluchtelingen zijn gearresteerd in Sicilië omdat zetijdens de boottocht naar het Europese vasteland twaalf anderechristelijkevluchtelingen overboord zouden hebben gegooid. Dat meldt de politie van Palermo.

'Tijdens de oversteek werden de Nigerianen en de Ghanezen, die in de minderheid warenoverboord gegooid'

POLITIE PALERMO

De vluchtelingen waren dinsdag vertrokken vanaf de Libische kust op een sloepmet een honderdtal mensen aan boordVolgens getuigen kregen beide partijenhet met elkaar aan de stok om religieuze redenen

"Tijdens de oversteek werden de Nigerianen en de Ghanezen, die in de minderheid warenoverboord gegooid door een vijftiental mensen", zegt de politieDat de overlevenden de feiten konden navertellen aan de ordedienstenzouden ze te danken hebben aan het feit dat ze zich sterk verzetten tegen de pogingen om hen overboord te gooien en dat ze een menselijke ketting vormdenluidt het voorts in de mededeling van de politie, die het heeft over "getuigen in tranen", die desalniettemin een "coherente uitleggaven van wat er zich aanboord heeft afgespeeldVerscheidene van hen zouden aan boord ook foto'shebben genomen van de feiten. 

De vijftien mannen van IvoriaanseMalinese en Senegalese originekwamengisteren in Sicilië aanaan boord van het schip Ellensborgdat hen had opgepiktop de Middellandse Zee. Vandaag werden ze in beschuldiging gesteld van moord ingegeven door racisme.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

« HUIS CLOS »

Décidément, l’actualité abonde en paraboles diverses et variées. Celle-ci est particulièrement atroce. Des réfugiés musulmans auraient en effet, selon De Morgen qui n’est pas Minute, donc digne de foi, jeté des chrétiens, qui étaient en minorité par-dessus bord.

Voilà qui ne saurait rendre sympathique la cause de ces boat people prêt à tout pour rejoindre l’Eldorado européen.

Grayling sur le « durcissement » de l’islam et sa mutation en islamisme : 'Il se pourrait qu’on observe ici des symptômes d’un sentiment ressenti par des espritsreligieux à l’égard de ceux qui les mettent sous pression. Un peu commel’Eglise catholique dominante se raidissant dans son déclin  par un sursaut de cruauté alors qu’elle se sentait menacée par la réforme aux 16ème et 17ème siècle. C’est, de fait, précisément cette agonie de la catholicité qui déclencha les sanglantes guerres de religion. Une autre explication résulterait du fossé qui s’élargit entre un style de vie religieux -c’est-à-dire « vertueux » aux yeux de ceux qui y adhèrent- et notre mode de vie d’occidentaux sécularisés qui engendre chez eux irritations et frustrations. Cette hostilité est sans doute exacerbée par la globalisation et le sentiment éprouvé par des communautés musulmanes  d’être dominées et menacées parce qu’elles regardent comme la morale dépravée de l’Ouest. »

Mais il y a, selon nous, une explication beaucoup plus simple. Affaibli par deux guerres mondiales qui l’on mise sur le flanc matériellement et surtout moralement, l’Europe a connu un sursaut de septante ans et la revoici à l’agonie. Comme l’empire romain autrefois, elle meurt de sa « belle »mort par implosion. Sentant décliner ses forces et croître sa mauvaise conscience d’anciennepuissance colonisatrice, les nouveaux « barbares » tentent leur chance dans l’empire européen miné par ses contradictions intestines et incapable de résister à leur lente mais irrésistible avancée.

MG

 

 

"PARFOIS J'ÉTAIS VENDUE. PARFOIS J'ÉTAIS OFFERTE EN CADEAU"

L'Obs


Enlèvements, détention, viols, mariages et conversions forcés : des filles et des jeunes femmes yézidies témoignent sur les atrocités commises par Daech.



Une femme yézidie manifeste devant le Parlement européen le 8 septembre 2014, contre le kidnapping de milliers de filles de la minorité kurde par Daech. WIKTOR DABKOWSKI / PICTURE-ALLIANCE/AFP


Des "butins de guerre". Voici comment les combattants de Daech évoquent les Yézidies (minorité du nord de l'Irak) capturées au Kurdistan depuis le début des combats dans cette région en août 2014. L'ONG Human Rights Watch publie mercredi 15 avril de nouveaux témoignages de dizaines de filles et de jeunes femmes qui ont réussi à s'échapper après être passées entre les mains de leurs geôliers. 

En octobre 2014, le groupe djihadiste "Etat islamique" a publiquement reconnu dans sa publication "Dabiq" que les jeunes filles avaient été offertes à ses combattants comme "cadeaux", ou encore comme "esclaves".

Un système de viols organisé 

L'organisation internationale des droits de l'Homme a effectué une mission de recherche dans la ville de Dohuk en janvier et février 2015, et documenté un système organisé de viols et d'agressions sexuelles, d'esclavage et de mariages forcés imposé par les forces du groupe Etat islamique. Afin de corroborer les récits des femmes et filles yézidiesHuman Rights Watch a également interrogé des professionnels de la santé, des membres d'ONG et des responsables locaux, et examiné les déclarations faites par Daech à ce sujet. 

D'après HRW, des témoins ont raconté qu'après leur enlèvement, les combattants avaient systématiquement séparé les jeunes femmes et les adolescentes de leurs familles et des autres captifs et les avaient déplacées d'un lieu à l'autre, en Irak et en Syrie. Les hommes, par milliers, ont été exécutés.

"Parfois j'étais vendue, parfois j'étais offerte en cadeau"

Les femmes et les jeunes filles qui ont parlé à Human Rights Watch décrivent les viols à répétition, les violences sexuelles et autres sévices qu'elles ont subis lorsqu'elles étaient captives de l'EI. C'est le cas de Jalila, 12 ans (les noms des survivantes ont été modifiés pour protéger leur sécurité), qui affirme que pendant sa captivité, sept combattants de l'EI l'ont  "possédée" et que quatre d'entre eux l'ont violée à plusieurs reprises :

PARFOIS J'ÉTAIS VENDUE. PARFOIS J'ÉTAIS OFFERTE EN CADEAU. LE DERNIER HOMME ÉTAIT LE PLUS VIOLENT :  ILM'ATTACHAIT LES MAINS ET LES JAMBES", DÉCRIT LA JEUNE FILLE. 

Une autre jeune fille de 12 ans, Wafa, raconte qu'un combattant l'a violée à plusieurs reprises :

Il dormait au même endroit que moi et m'a dit de ne pas avoir peur parce que j'étais comme sa fille. Un jour, je me suis réveillée et mes jambes étaient couvertes de sang."

"A partir de maintenant vous allez nous épouser"

Dilara, âgées de 20 ans, confie à Human Rights Watch que des combattants de l'EI l'ont emmenée dans une salle de mariage en Syrie, où elle a vu environ 60 autres femmes yézidies captives. Les combattants de Daech leur ont dit: 

OUBLIEZ LES MEMBRES DE VOS FAMILLES, À PARTIR DE MAINTENANT VOUS ALLEZ NOUS ÉPOUSER, PORTER NOS ENFANTS, DIEU VA VOUS CONVERTIR À L'ISLAM ET VOUS ALLEZ PRIER."

Elle a échappé de peu aux horreurs qu'ont connues tant de femmes et de filles avant elle, mais elle se souvient qu'à partir de 9h30 du matin, "des hommes venaient acheter des filles pour les violer" : "J'ai vu de mes propres yeux des combattants de l'EI tirer les cheveux des filles, les battre et frapper à la tête celles qui tentaient de résister. Ils étaient comme des animaux" :

Après avoir traîné les filles dehors, ils les violaient, puis les ramenaient en échange de nouvelles filles. L'âge des filles allait de 8 ans à 30 ans… il ne restait plus que 20 filles à la fin, poursuit Dilara.

Les témoignages se succèdent, les mots et les récits se ressemblent. Comme celui de Nadia, 23 ans, enlevées dans son village près de Sinjar. Elle a essayé de convaincre ses kidnappeurs qu'elle était déjà mariée, afin d'éviter d'être violée :

Les autres filles qui étaient avec moi ont dit qu'il était interdit d'épouser une femme mariée", décrit Nadia. Mais un homme lui répond : "Pas si ce sont des femmes yézidies." 

"Un traumatisme persistant"

Celles qui ont réussi à s'échapper ne sont pas sorties d'affaire. Dans son rapport, l'ONG multiplie les récits de tentatives de suicide de femmes devant vivre avec la honte et l'exclusion. D'autres doivent porter des enfants non désirés, ou avortent dans des conditions d'hygiène déplorables. Et les traumatismes psychologiques provoqués sont nombreux :

Les survivantes sont encore confrontées à d'énormes défis et à un traumatisme persistant après l'expérience qu'elles ont vécue", affirme la directrice de la division Droits des femmes à Human Rights WatchLiesl Gerntholtz.

Human Right Watch appelle à la solidarité internationale afin de venir en aide aux victimes : "Elles ont un besoin urgent d'aide et de soutien afin de retrouver la santé et de continuer à vivre", plaide Liesl Gerntholts.

Amaël François

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

MENTALITÉ TOTALITAIRE


En attendant de consommer les 70 vierges promises aux martyrs et héros de l’islam, les guerrier d’Allah n’hésitent pas à prendre un acompte sur terre. Voilà qui devrait fasciner les petits frustrés de nos banlieues tristes qui ne supportent pas l’arrogance des filles musulmanes d’ici émancipées par l’école d’ici, « ni putes ni soumises ».

Tout cela participe d’une mentalité totalitaire que rien ne saurait excuser comme ne sauraient être pardonnés les excès des croisades, de l’inquisition, de la terreur révolutionnaire, des guerres coloniales, des guerres mondiales et des monstruosités des états totalitaires.

Le mal radical est simplement le mal exacerbé. Il ne saurait être banalisé.



'RELIGIE GROEIT NIET, ZE WORDT HEVIGER IN HAAR VERVAL', ZEGT BRITSE FILOSOOF

De Morgen

Dat religie weer lijkt te groeien en aan de basis van veel conflicten ligt, is volgens de Britse filosoof en auteur Anthony Clifford Grayling paradoxaalgenoeg mogelijk een teken dat ze aan haar doodsstrijd bezig is.


Anthony Clifford Grayling © Belga Image

Uit een uitgebreide studie van onderzoeksbureau WIN/Gallup, die eerder dezeweek gepubliceerd werdblijkt dat twee derde van de wereldbevolking zichzelf religieus noemt, en dat dat aantal nog groter wordtEen op vijf (22 procentzegt ongelovig te zijn, 11 procent overtuigd atheïst

BEDREIGD

Grayling gelooft niet dat religie aan een heropleving bezig is. 'Ik denk dat we veeleer het volume stevig zien opgevoerd worden door religieuzenen dat is ietsanders,' zo citeert de krant The Independent de auteur die in het VerenigdKoninkrijk tot de stroming van The New Atheism (Nieuw Atheïsmewordtgerekend.

'Dat kan best een symptoom zijn van het feit dat religie zo hard onder druk staatdat ze doet zoals in de zestiende en zeventiende eeuw, ten tijde van de Reformatie toen het dominante katholicisme heel hevig werd in het vervalHetwas die doodsstrijd die leidde tot verschrikkelijke oorlogen.'

Een andere factor kan volgens hem de groeiende kloof tussen religieuze enseculiere levensstijlen zijn. Grayling: 'De irritatie en frustratie wordt mogelijkgevoed door de globalisering en het feit dat de islamitische delen van de wereldzich onder druk gezet voelen en bedreigd door wat zij de slechte moraal van het Westen noemen.'

BOEKEN

Grayling (66) is auteur van een dertigtal filosofische boeken en oprichter van het onafhankelijke New College of the Humanities in LondenVorig jaar was hijvoorzitter van de jury van de prestigieuze Man Booker Prize. (KVDA)

Gelijkaardige uitspraken doet de jonge Gentse filosoof Maarten Boudry dezeweek in Knack. 'De huidige radicalisering is volgens mij de stuiptrekking van een religie die op de terugweg is. Maar een stervend paard kan nog wild om zichheen schoppen', zegt hij.


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

"LES PERDANTS SONT CEUX QUI SE SONT PERDUS EUX-MÊMES"


"La plupart des hommes sont des scélérats"(Jacques Berque essai de traduction du Coran p. 129) Et que tous les scélérats qui justifient leurs forfaits  par la lettre du Coran méditent ces quelques phrases tirées du même texte :

"Ne vous portez pas à l'extrême en votre religion"

"Chacun  agit à sa mode" 303 "Malheur à nous dans notre démesure" 629 

"qui perpètre  un mal fait preuve d'iniquité envers lui-même. Qui fait une oeuvre salutaire, c'est pour soi- même ; qui fait le mal, c'est contre soi-même." 541 

"Qui bien se guide le fait pour soi-même, qui s'égare le fait à son propre dam" 

"Abstenez-vous de dégât sur la terre" 173

"Tuer une âme non coupable de meurtre d'une autre âme ou de dégât sur la terre, c'est comme d'avoir tué l'humanité entière; faire vivre une âme, c'est comme faire vivre l'humanité entière. "126 

Le Coran est le meilleur antidote aux excès de l’intégrisme et de l’islamisme aveugles. Il suffit de le lire avec les yeux du cœur sans chausser les lunettes de l’extrémisme.

MG

 

 

 

 

 

Aucun commentaire: