mercredi 1 avril 2015

La N-VA veut imposer le double nom linguistique

STEFAAN TASSIJN  La Libre



On connaît désormais la première étape de la septième réforme de l’Etat voulue par la N-VA, pour la prochaine législature. Si elle a promis de laisser de côté le volet communautaire de son programme pour le moment, le parti nationaliste a déjà commencé à travailler sur les points qu’il s’agira de défendre bec et ongles face aux francophones.

Un vent favorable nous a permis de consulter l’une de ces propositions nationalistes. Il s’agira dans un premier temps de laisser aux Flamands et aux francophones qui le désirent la possibilité de traduire officiellement leur nom de famille, si ce dernier n’est pas en phase avec la langue officielle de leurs régions d’appartenance.

Cette proposition qui devra passer le cap d’une révision constitutionnelle est portée par deux membres éminents du parti, Geert Bourgeois (ministre-Président flamand) et Jan Jambon (ministre de l’Intérieur). La proposition Ham/Burger a reçu l’aval du bureau de la N-VA, lundi matin. Afin d’obtenir une réaction des principaux intéressés, nous avons tenté de contacter Anne-Laure Mouligneaux (An-Laura Watermolen) qui n’a pas souhaité faire de commentaire.

Une phase pilote

Le projet du parti emmené par Bart De Wever, dans sa première phase pilote, mobiliserait les services communaux en lien avec le SPF Intérieur, chargés de recueillir les demandes de traduction du nom de famille. Si les résultats sont concluants, la traduction du nom de famille deviendrait obligatoire. Dans un troisième temps, il s’agira d’imposer à chaque citoyen un double nom de famille (le prénom restant facultatif), un en français pour tout ce qui est entrepris comme démarche administrative ou non au sud du pays et vice-versa. Exemple, Filip Verpakking résidant à Anvers (Flandre) souhaite réserver une caravane sur la Semois (Wallonie). Lorsqu’il contactera les propriétaires, il devra le faire avec son nom francophone, Philippe Paquet. Même chose pour Kris Dedeur, vivant à Dendermonde et qui souhaite participer à un colloque sur la royauté en Wallonie, devra s’inscrire sous le nom de Christian Laporte. Et si le Bruxellois francophone Francis Van de Woestyne, qui est un grand voyageur, veut s’installer en Wallonie, il devra dès lors opter pour le patronyme de Francis Du Désert. A Bruxelles, il fera comme il veut, mais en Flandre il reprendra son patronyme flamand.

Chaque citoyen aura la liberté de traduire littéralement son nom de famille dans l’autre langue ou de l’adapter avec une orthographe flamandisée. Exemple, le Wallon Xavier Ducarme, aura pour nom flamand Xavier Vandekarmeliet ou Ducaarm. Précisons encore que les Belges avec un nom de famille d’origine étrangère seront amenés dans un premier temps à traduire leur patronyme en bon flamand ou en français. Quant aux germanophones, ils seront dispensés.

LE CDH PROPOSE UNE TASK FORCE

La note de la N-VA propose encore d’autres exemples de traduction. Côté flamand nous avons trouvé Guy Lacapitalelointaine, Bartholomée Le Tisserand, Marguerite Lebloc, Christian Pierre, Alexandre Le Crooner, Walter Conversion, Théodore Lesfrancs et Stéphane Dubien. Côté wallon et bruxellois, nous aurions Karl Michiels, Jan-Klaus Vyverkort, Rudy Vanzode, Max BegeleiderJaakelin Galante, Dan Bakelijn, Pol Magneet ou encore Oliver Handwinst (ou Oliver Maingijn).

Nous avons demandé au CDH, le parti francophone à la pointe sur les questions de vie de famille, ce qu’il pensait d’une telle proposition. Le porte-parole du parti souhaite la mise en place d’assises du nom de famille qui déboucheraient sur une task force chargée de remettre un avis non contraignant.

Wilfried Martin et Jean-Luc Lecoq doivent s’en retourner dans leur tombe.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

MÊME HITLER N’Y AURAIT PAS PENSÉ.

A mon avis cela vient de Jan Jambon ou Geert Bourgeois qui ne supportent pas de s’appeler ainsi et rêvent depuis tout petit de flamandiser leur nom. L’autre idée, plus perverse est d’éradiquer les noms à consonance étrangère à l’exception des noms allemands : on se demande pourquoi : Hitler resterait Hitler et Eichmann, Eichmann. On se demande ce qu’il adviendra des morts et singulièrement des plus célèbres d’entre eux : Victor Hugo ? Albert Camus, Jean Paul Sartre, Michel Montaigne. Tous les manuels de littérature sont à réécrire. Et si c’était un poisson d’avril, un des meilleurs qu’on puisse inventer. Bravo La Libre.

MG

Aucun commentaire: