dimanche 19 avril 2015

L’Europe, chambre avec vue sur des morts

Béatrice Delvaux, Éditorialiste en chef


La mer Méditerranée est la route la plus mortelle du monde. 3.072 migrants s’y sont noyés en 2014, une année « record » que 2015 pourrait battre. Durant cette seule semaine, plus de 400 décès ont été comptabilisés. Des hommes, des femmes, avec de jeunes enfants, des bébés fuient dans des bateaux de fortune, un pays (la Syrie) ravagé par une guerre civile de plus de trois ans et un autre (l’Erythrée), où sévit une répression brutale, où l’on impose le service militaire à vie, où le travail forcé et non rémunéré est à durée illimitée.

Le « commerce » de ces migrants, organisé par des milices et des trafiquants, rapporte gros. Comme le précise Leonard Vincent, auteur de Les Érythréens, ils sont la « coke en stock » du moment, un vrai business, dont l’argent alimente la guerre. Parqués avant leur départ durant des mois dans d’anciennes usines à sardines, ils décrochent, parfois pour un prix exorbitant, leur place dans des bateaux pour l’enfer et la mort, prêts à tout pour fuir leur pays sur cette promesse d’Europe.

Qu’ils restent chez eux ! C’est ce que répétait encore cette semaine la Ligue du Nord en Italie. Mais qui donc a envie de quitter son pays et les siens, au péril de sa vie, sans rien et pour l’inconnu ? «  Comme si on demandait aux Nord-Corée

ns de ne pas fuir la Corée du Nord  », ironisait Leonard Vincent sur une radio. «  Comment expliquer que l’Europe et ses 500 millions d’habitants refusent d’accueillir 250.000 personnes  ?, s’indigne Cecile Kyenge, l’ex-secrétaire d’Etat italienne à la Migration,alors que Liban, lui, en accueille le même nombre, mais pour l’équivalent du quart de sa population.  »

Fermer les portes de l’Europe, accroître les contrôles et puis quoi, retourner dormir dans une chambre à coucher, avec vue sur un cimetière d’humains flottant sur une eau de moins en moins bleue ? L’Europe se ment en donnant le sentiment de gérer la crise. Son plan « Triton », finalement plus dérisoire que le « Mare Nostrum » des Italiens, ne suffit pas. Il faut arrêter de se voiler la face et il faut agir avec plus de réalisme, plus de force, plus de solidarité.

La crise économique ne peut être l’excuse de ce qui serait notre déshonneur : fermer les fenêtres et laisser la mort « border » les rives méditerranéennes de l’Europe. Les corps échoués à Lampedusa ont fait entrer ces migrants dans l’histoire de l’Europe. Il ne faudra pas que celle-ci retienne que notre continent s’est lavé les mains, à l’abri derrière ses murs.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

PROMESSE D’EUROPE,

Faut-il accueillir toute la misère du monde ?

Si, au fil des ans, la gauche a perdu le contact et la confiance de la classe ouvrière qu’elle a vocation de défendre dans ses intérêts les plus basiques, c’est en grande partie à cause de sa politique en matière d’immigration qui favorise l’accueil de très nombreux immigrés.

La mauvaise conscience des nations ci-devant colonialistes les « oblige moralement » noblesse oblige) à accueillir tous les demandeurs d’exil politiques et économiques de la terre et ils sont nombreux. D’autant qu’ils seront rejoints bientôt par les demandeurs d’exil écologique.

«  Comment expliquer que l’Europe et ses 500 millions d’habitants refusent d’accueillir 250.000 personnes  ?, s’indigne Cecile Kyenge, l’ex-secrétaire d’Etat italienne à la Migration, alors que Liban, lui, en accueille le même nombre, mais pour l’équivalent du quart de sa population.  » Le Liban est le voisin direct de la Syrie, il sait que tôt ou tard les réfugiés politiques retourneront chez eux avec une dette morale envers le pays qui les aura accueillis. Mais en ce qui concerne les Ghanéens, les Somaliens les Erythréens et autres subsahariens sans formation aucune, leur but est de prendre un billet sans retour vers l’Europe, au risque de leur vie. Ils mettent tout en jeu pour cela. On peut les comprendre. Faut-il pour autant les accueillir tous chez nous ? Chacun répondra en toute indépendance.  Mais voilà que tout ceci prend une dimension qui dépasse les compétences de la seule Italie..

 


LE HCR REDOUTE 700 MORTS DANS LE NAUFRAGE D’UN BATEAU DE MIGRANTS EN MÉDITERRANÉE

D’après AFP

Ce chalutier a chaviré à environ 110 km des côtes libyennes avec à son bord plus de 700 personnes, selon le récit de 28 survivants récupérés par un navire marchand



• AFP

Le naufrage d’un chalutier chargé de migrants au large des côtes libyennes pourrait avoir fait jusqu’à 700 morts, a annoncé dimanche le Haut-commissariat aux Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Ce chalutier a chaviré à environ 110 km des côtes libyennes avec à son bord plus de 700 personnes, selon le récit de 28 survivants récupérés par un navire marchand, a indiqué aux télévisions italiennes, Carlotta Sami, porte-parole du HCR en Italie.

Si ces chiffres étaient confirmés, il s’agirait de la «pire hécatombe jamais vue en Méditerranée», a-t-elle déclaré.

21 CADAVRES RÉCUPÉRÉS

Quelque 21 cadavres ont été récupérés, selon les médias italiens. Il n’a pas été possible dans l’immédiat d’obtenir confirmation de cette information.

Le chalutier a lancé dans la nuit de samedi à dimanche un appel au secours reçu par les garde-côtes italiens qui ont aussitôt demandé à un cargo portugais de se dérouter. A leur arrivée sur les lieux, à environ 120 milles (220 km) au sud de l’île italienne de Lampedusa, l’équipage a vu le chalutier chavirer, selon le HCR. C’est probablement quand les 700 migrants à bord se sont précipitées tous du même côté à l’arrivée du cargo portugais que le drame est survenu, a encore dit Mme Sami.

Une importante opération de secours a été mise en place avec le concours des marines italienne et maltaise, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la marine maltaise.

L’alerte avait été donnée vers minuit locales, selon ce porte-parole de la marine maltaise.

450 MORTS ET DISPARUS

Si ce bilan devait être confirmé, il viendrait s’ajouter aux quelque 450 morts et disparus lors de deux précédents naufrages en moins d’une semaine. Là encore, ce sont les récits de survivants qui ont permis d’établir ces bilans, alors que le flux de migrants provenant de la Libye ne cesse de grossir.

Entre 500 et parfois 1.000 personnes sont chaque jour récupérées par les garde-côtes italiens ou des navires marchands.

Plusieurs organisations internationales et humanitaires ont dénoncé ces derniers jours l’incurie des autorités européennes, réclamant davantage de moyens. «Il faut une opération Mare nostrum européenne», a ainsi déclaré la porte-parole du HCR. L’opération italienne Mare nostrum de sauvetage des migrants a été remplacée par l’opération Triton, une opération de surveillance des frontières beaucoup plus modeste.

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

UN PROBLÈME MONDIAL

 

Clairement, c’est un problème qui ne concerne pas seulement l’Italie, laquelle est confrontée directement avec un flux croissant de migrants exploités par une mafia de passeurs sans scrupules. C’est Nicolas Sarkozy qui a poussé au renversement de Kadhafi cause de la déstabilisation de la Lybie, c’est Bush qui a voulu renverser Sadam Hussein en Irak. Le résultat fut la création en Irak d’uEtat Islamiste avec une succursale en Lybie. La filiale lybienne menace de pousser un million d’Africains à franchir la méditerranée dans des rafiots pourris juste bons à être cassés. C’est presque aussi atroce que les déportations massives d’Africains capturés et vendus pour la traite esclavagisteIl s’agit désormais d’une situation de guerre ouverte mais non déclarée.  C’est vraiment un problème européenNon, c’est carrément in problème mondial qui doit se régler aux Nations Unies qui ont été créées à cette fin. N’en déplaise au professeur Baudet pour qui il n’est de salut en dehors de l’Etat national.  Nonsense.

MG

 

"LE DÉFICIT DÉMOCRATIQUE EST INHÉRENT AU PROJET EUROPÉEN"

Le Vif

18/04/15 à 15:55 - Mise à jour à 15:58

Source : Le Vif

Professeur de sciences politiques à l'université de Leyde aux Pays-Bas, Thierry Baudet estime que le projet européen a échoué. Il prône un retour à l'Etat-nation et fustige le rôle des organisations supranationales, obstacles à la démocratie.

© Robin Utrecht pour Le Vif

L'assassinat du réalisateur Theo van Gogh en 2004 sous les tirs d'un islamiste et le rejet du Traité constitutionnel européen en 2005 par une majorité d'électeurs néerlandais et français poussent alors le jeune Thierry Baudet à se pencher sur l'affaiblissement de l'Etat-nation. Ses travaux vont modifier le credo européen du professeur de sciences politiques et de droit de l'université de Leyde, aux Pays-Bas : une Europe fédérale à la Verhofstadt est une illusion faute de cohésion sociale des peuples d'Europe. Pour lui, le déficit démocratique de l'Union européenne que la crise de l'euro a mis en exergue impose le sursaut de l'Etat-nation d'autant que seule une dynamique collective nationale peut enrayer l'implosion de nos sociétés par le multiculturalisme. Le dernier livre-plaidoyer de Thierry Baudet Indispensables frontières, Pourquoi le supranationalisme et le multiculturalisme détruisent la démocratie (éd. du Toucan), a un côté iconoclaste et...interpellant.

 

 

 

 

 

 

Aucun commentaire: