samedi 9 mai 2015

En route pour le référendum sur la sortie de l’UE au Royaume-Uni




LE MONDE | Par Philippe Bernard (Londres, 

Jamais la voie n’a été plus ouverte à un référendum sur la sortie de l’Union européenne que depuis les résultats des élections législatives de jeudi 7 mai, qui ont offert une large et nette victoire aux conservateurs, avec 331 sièges sur 650, leur permettant ainsi de gouverner seuls.

Et le scénario du « Brexit » (« British exit » ou sortie de l’Union européenne) va perturber les relations entre Londres et Bruxelles. Enjeu caché du scrutin, l’Europe en était aussi le plus clair : tandis que David Cameron promettait de « donner la parole au peuple » en organisant cette consultation d’ici à la fin 2017, Ed Milibandjugeait cette perspective « désastreuse » pour l’emploi et l’économie. Les électeurs ont donc clairement tranché, et leur choix donne M. Cameron les mains absolument libres pour mettre à exécution son projet.

La déconfiture des LibDems (8 sièges au lieu de 57) et la démission dans la foulée du vice-premier ministre, Nick Clegg, de la présidence de ce parti, lèvent le principal aléa qu’aurait représenté la pression d’alliés ouvertement proeuropéen. M. Clegg s’était pourtant montré très conciliant sur ce point, refusant de mettre la question du référendum sur la liste des « lignes rouges » qu’il traçait à une participation ou un soutien gouvernemental. Son éventuel remplaçant à la tête des LibDems pourrait être plus intransigeant, mais, avec 8 députés, son poids risque d’être faible.

UN DES PIRES SCÉNARIOS POSSIBLES

Du point de vue de Bruxelles, il s’agit sans doute de l’un des pires scénarios possibles. Même si les conservateurs n’auront pas besoin pour gouverner du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP, antieuropéen et xénophobe), ce dernier – qui n’a gagné qu’un siège à Westminster – s’est tout de même hissé au rang de troisième parti du Royaume-Uni en nombre de voix. Même si leur chef emblématique, Nigel Farage, a été battu à South Thanet, le parti ne va pas abandonner ce combat, qui est sa raison d’être. Pendant la campagne, il réclamait même la tenue du référendum d’ici à la fin 2015.

Sitôt un nouveau gouvernement Cameron constitué, la préparation du référendum sur l’Europe risque donc de succéder presque sans transition à la campagne électorale des législatives, et d’occuper l’essentiel du débat public et de l’énergie des responsables politiques.

David Cameron a indiqué qu’il ferait campagne pour le maintien dans l’Union s’il obtenait de Bruxelles les changements qu’il exige, notamment en matière de contrôle de l’immigration intra-européenne et de protection des intérêts de la City.

LÉGER AVANTAGE AU MAINTIEN DANS L’UE

Mais rien ne dit que ses revendications soient satisfaites. L’Allemagne et la France, qui seront toutes deux en campagne électorale en 2017, ont fait clairement savoir qu’il n’était pas question d’accepter les modifications dans les traités qu’induisent les exigences britanniques. Certes, la victoire plus nette qu’attendue du premier ministre va lui donner davantage de poids aussi bien sur le plan national qu’européen.

Mais l’hypothèse selon laquelle, dans l’élan du vote conservateur de jeudi, les Britanniques continueraient leur glissade vers le Brexit, n’est pas à exclure. Les sondages sur ce point donnent un léger avantage au maintien dans l’UE, mais ils s’avèrent très volatils. Traditionnels défenseurs de l’Europe, les milieux d’affaires en particulier jouent de moins en moins vigoureusement ce rôle.

Si l’opinion tournait nettement en faveur d’un divorce avec l’Europe, M. Cameron, dont le solide pragmatisme n’est plus à démontrer, pourrait alors se faire le chantre d’un Royaume-Uni reprenant sa liberté et se tournant vers le « grand large », selon l’expression de Winston Churchill. Assommé par sa débâcle, le Labour, lui-même divisé tant sur le référendum que sur l’appartenance à l’UE, pourrait difficilement faire obstacle.


NON À L’EUROPE SELON CAMERON

Maroun Labaki 
Le Soir

L’issue des élections de ce jeudi au Royaume-Uni est très incertaine. Mais le vote britannique recèle également des éléments d’incertitude pour nous, citoyens européens du continent.

Car le Premier ministre sortant, le conservateur David Cameron, a promis aux Britanniques, d’ici fin 2017, un référendum sur le maintien de leur pays au sein de l’Union européenne. Pour les partenaires de Londres – nous donc –, c’est un revolver sur la tempe ! Ou bien ils cèdent aux pressions et consentent à un vaste détricotage de l’Europe, avec démantèlement de pans entiers de ce qui a été érigé depuis près de soixante ans, ou bien ils prennent le risque du référendum et d’un bye-bye des Britanniques.

Machine arrière toute ? Certes, sans le Royaume-Uni, nous serions numériquement moins forts, y compris au plan économique. Certes, bien des qualités britanniques nous manqueraient, comme le pragmatisme ou l’efficacité. Certes, toute séparation laisse le goût amer de l’échec. Il faut cependant leur dire fermement « non ».

Nous avons, du reste, déjà donné. L’obsession anti-européenne des Tories de David Cameron, poussés dans le dos par les exaltés du UKIP, a déjà contaminé le fonctionnement des institutions européennes. Depuis l’installation de la Commission Juncker-Timmermans, l’aspiration politique à plus d’intégration européenne est devenue quasiment incongrue, et l’appareil normatif s’est mis au ralenti. Il n’est plus question que de « better regulation » – en anglais. Dès lors, 80 propositions de législation européenne (sur 450) ont été revues à la baisse ou jetées à la poubelle, le nombre de réunions à la Commission et au Conseil a été réduit, les eurodéputés commencent à manquer de textes à décortiquer et globalement de choses à faire – tant et si bien que le gouvernement français s’est officiellement inquiété de l’impact économique de cet assoupissement général sur la ville de Strasbourg…

Procès d’intention ? Malveillance à l’égard de Jean-Claude Juncker et de Frans Timmermans, son premier vice-président néerlandais ? En tout cas, cette dérive ne peut plus durer. Il n’y a pas d’avenir hors de l’intégration européenne. Les Britanniques ont bien entendu le droit de penser le contraire. Rêvent-ils de rompre les amarres, de recouvrer l’ivresse océanique de l’empire de jadis, rêvent-ils d’Amérique et de rivages lointains ? Parfait. Qu’ils tiennent leur référendum, qu’ils jouent à la roulette russe. Good luck !

Soyons fermes.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

PUT THAT IN YOUR PIPE AND SMOKE IT

Ce point de vue est aussi celui de DiverCity qui adore les Anglais, leur art de vivre, leur humour, leur flegme d’insulaires mais honnit leur mal y pense européen. De Gaulle qui les avait fréquentés quatre ans à Londres était persuadé qu’il fallait les empêcher d’adhérer car ils sont trop liés à Washington. Il n’avait pas tort. Le processus de sortie de l’Europe des Britanniques est engagé. D’autres pourraient suivre. Pauvre Europe.

MG

 

 

Aucun commentaire: