vendredi 26 juin 2015

Bruxelles-Ville: le nouveau logo, une volonté d'Yvan Mayeur à... 80.000 euros

JONAS LEGGE 


La photo était passée quasiment inaperçue sur Twitter, ne faisant l'objet que de quelques malheureux partages, dont celui d'Yvan Mayeur en personne. Et pourtant, ni vu ni connu, le bourgmestre de la ville de Bruxelles avait laissé fuiter, la semaine passée, le nouveau logo de sa commune. Ce jeudi, la communication a pris une autre ampleur puisque les Bruxellois ont reçu un "toutes-boîtes" sur lequel figure cette identité graphique repensée.

Saint-Michel -l'archange accolé à la ville depuis le 13e siècle- ne disparaît pas de ce nouveaubranding mais il est largement simplifié par rapport à la représentation actuelle (où figurent la lance et le dragon). Ne subsiste que le haut du corps pourvu des deux ailes. Fait de blanc sur fond noir, il suscite une curieuse analogie avec le logo de Batman...

LaLibre.be a appris en exclusivité que ce logo a coûté la rondelette somme de 80.000 euros. Vu le tollé qu'avait provoqué le visuel wallon développé, il y a deux ans, pour 60.000 euros (voir ici), nul doute que le cas bruxellois va faire réagir. D'autant que, à bien y regarder, le nouveau logo n'est finalement qu'une réplique de l'ancien auquel ont été ôtés tous les éléments sous la taille.



Le bourgmestre socialiste affirme ne pas être au courant d'un tel coût. "Je ne sais pas si c'est ce montant. Et je ne sais pas si c'est beaucoup. Je ne suis pas apte à juger. Nous avions un problème d'identité graphique, tout le monde s’appelant "Bruxelles" : la ville, la Région, l'aéroport, et même Brussels-South. Nous nous sommes d'abord penchés sur ce problème en interne mais cela n'a pas été convaincant. Nous avons donc conclu un marché public, dont je ne connais pas le montant", affirme Yvan Mayeur. Avant d'ajouter : "Le montant ne porte pas juste sur un petit dessin, il comprend toute une analyse sur le positionnement de la ville. Nous avons énormément d'activités que nous souhaitons identifier en ayant une cohérence. C'est aussi un droit pour les citoyens de pouvoir identifier clairement ce que nous faisons pour eux".

Outre le coût, un autre reproche va certainement être adressé aux autorités communales : l'aspect communautaire. Car trois lettres accompagnent Saint-Michel : "BXL". Vu les sensibilités identitaires en Belgique, certains Bruxellois néerlandophones risquent d'être amers à la vue de cette abréviation pensée avec la seule œillère francophone.

Yvan Mayeur s'en défend : "Nous avons fait le test et il s'avère que les jeunes néerlandophones utilisent aussi l'abréviation 'BXL'. Sinon, nous ne l'aurions pas prise... Nous sommes une ville multilingue et nous voyons que le 'BXL' est utilisé dans toutes les langues sur les réseaux sociaux. Les échevins bruxellois néerlandophones ont également plaidé en sa faveur. Ils nous ont signalé que c'est une question de génération : les jeunes bruxellois néerlandophones l'utilisent. Moi, j'avais plaidé pour 'BRU' car cela convient dans toutes les langues. Mais, je m'en suis remis à leur opinion..."

Il nous revient de bonnes sources que ce logo n'aurait pourtant jamais dû voir le jour puisqu'il avait été écarté par des experts en marketing, qui avaient notamment signalé au bourgmestre socialiste que la tendance est actuellement au coloré. Cependant, rien n'a pu contrarier les plans du "rouleau-compresseur Mayeur" qui n'a pas dévié de sa trajectoire.

Achevé il y a trois mois, ce logo a été présenté voici trois semaines à l'administration de la ville, qui l'a reçu "avec consternation", précise un interlocuteur. Il apparaît d'ailleurs qu'Yvan Mayeur n'a pas l'intention de présenter ce logo officiellement. Il compte simplement remplacer l'ancien par le nouveau. La nouvelle identité graphique va donc fleurir très prochainement sur les nombreux affichages et publications de la ville.




COMMENTAIRE DE DIVERCITY

FAIRE PARLER DE SOI


Que va encore inventer le bourgmestre de Bruxelles pour faire parler de lui au détriment de l’image fade du ministre président Rudi Vervoordt ? Qu’il ait coûté dix cent ou 60.000 €, ce logo est tout simplement grotesque. Qui a décidé de cela ? Le collège ou le Mayeur autocratiquement ?

Et le peuple de Bruxelles, il en pense quoi ?

 

 MG

 

Aucun commentaire: