mercredi 17 juin 2015

Fuites des questions du CESS: l’épreuve d’histoire de mardi annulée


Pierre Bouillon
Le Soir

Le cabinet Milquet s’est réuni en urgence lundi en fin d’après-midi. L’examen de français, organisé ce lundi, est validé. L’examen d’histoire, prévu pour ce mardi, est annulé.

• Photo Belga

Les élèves de 6e secondaire passent lundi et mardi les épreuves standardisées de français et d’histoire liées à l’octroi du Certificat d’enseignement secondaire supérieur. Quelque 60.000 élèves sont soumis pour la première fois à ces épreuves – qui n’étaient à ce jour que facultatives.

Un hic : certaines questions ont fuité et ont été partagées par les élèves sur les réseaux sociaux. Une partie des consignes, données le 5 juin dernier aux directeurs d’école pour l’organisation de l’examen, a fait l’objet de fuites.

Pour le test de français : les élèves ont ainsi appris que l’épreuve porterait sur la littérature belge. Plus grave : pour l’épreuve d’histoire, qui devait avoir lieu ce mardi, ce sont carrément les questions qui ont fuité. Les élèves ont ainsi pu apprendre qu’ils seraient questionnés sur les mesures prises par l’Italie et l’Allemagne pour lutter, dans les années 70 et 80, contre le terrorisme. En outre, une photo d’une des questions de cette épreuve d’histoire a été diffusée sur Facebook.


Situation problématique pour le cabinet Milquet

Sur le coup de 18 heures, Joëlle Milquet (CDH), ministre de l’Education, a tranché. L’épreuve de français ne sera pas invalidée – seul le thème de l’examen a été dévoilé. Le test d’histoire, prévu pour ce mardi, sera annulé.

Il faut souligner ici que le CESS ne teste pas l’ensemble du cours d’histoire mais uniquement la « compétence de synthèse. » Si les fuites sont interpellantes, estime Alain Koeune, le président des directeurs du secondaire libre catholique, leur impact est finalement assez limité.

Les autres compétences en histoire sont évaluées de façon traditionnelle, via des épreuves organisées de façon libre, autonome, non standardisée, par les écoles.

S’agissant de cette fameuse compétence de synthèse en histoire, la ministre précisera ce mardi «  la manière alternative de l’évaluer.  »

Pour le reste, Milquet annonce qu’elle porte plainte contre X «  sur la base de la violation du secret professionnel.  » Si ce sont des élèves qui ont fait tourner les questions sur les réseaux sociaux, la fuite originelle ne peut être attribuée qu’à une direction d’école étant donné que les chefs d’établissements, avant l’épreuve, sont les seuls à détenir les documents relatifs aux tests.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

PAUVRE JOËLLE

Pauvre Joëlle, rien ne lui sera épargné. Cette fuite originelle ne peut être attribuée qu’à une direction d’école étant donné que les chefs d’établissements, avant l’épreuve, sont les seuls à détenir les documents relatifs aux tests.

Cela mérite une mise à pied pure et simple et on espère que la ministre se montrera ferme. On peut reprocher bien des choses à la responsable de l’éducation mais ceci ne saurait lui être crédité. Il se dit qu’il devient difficile de recruter des candidats à la charge de chef d’école. Le meilleur investissement serait de les former beaucoup mieux et de les payer au mérite.

MG

Aucun commentaire: