lundi 22 juin 2015

Un peu de dignité

Vincent Engel, Le Soir

 

Une fois n’est pas coutume : je remercie le pape François.



• 

Dans un concert aussi peu harmonieux que possible où l’immigration est comparée à une fuite d’eau, où le droit du sol est contesté, où le contrat social est bafoué par des élus de droite comme de gauche, dans cette cacophonie où la basse continue des intérêts des multinationales et des banques, à peine audible, dirige l’orchestre des gouvernements et tourne en ridicule la baguette de la démocratie, la dernière encyclique pontificale nous ramène à l’essentiel : la dignité humaine.

Rien n’a avancé sur le dossier grec : le même bras de fer se poursuit et l’on en est à jouer aux prophéties sur ce qu’il adviendra – de nous, des Grecs – en cas de Grexit. Personne n’a, au plus haut niveau, osé remettre en cause la légitimité de la dette et ses origines, dont certaines, sans doute, sont imputables à l’exécrable gestion grecque, mais d’autres ne sont que le résultat de manipulations financières honteuses. D’un côté, ceux qui dénoncent l’idéologie de la dette, comme David Graeber que j’ai déjà souvent cité, et les banques, responsables des difficultés de la Grèce, comme Myret Zaki

de l’autre, ceux qui accusent les Grecs non seulement d’avoir été incompétents sous les précédents gouvernements, mais de l’être encore avec Syriza et d’entretenir un « mythe », bref de véhiculer un récit mensonger sur la crise.

 

TOUT EST DISCOURS

Notre rapport à la réalité ne peut se faire qu’à travers le discours, et chaque discours est le fruit d’un point de vue, voire d’une idéologie. « On ne raconte pas un événement parce qu’il est vrai », écrit Pierre Campion dans La littérature à la recherche de la vérité (Seuil, Poétique), « il est vrai parce qu’on le raconte »  ; tout discours tente donc de faire émerger, voire d’imposer, une vérité, orientée par une intention.

Mais alors, de toutes ces vérités, laquelle est la plus vraie ? Mauvaise question, sans doute. Nous avons le choix entre deux attitudes : laquelle est la plus efficace, autrement dit laquelle finira par s’imposer auprès du plus grand nombre ? Ou : laquelle est la plus juste, humainement ?

Si l’on revient sur la crise grecque, on peut noter une divergence importante qui ne porte pas directement sur l’analyse de la situation et sur les propositions avancées par les uns ou les autres pour en sortir. Il est très choquant de relever combien les Européens qui négocient avec les Grecs infantilisent ces derniers. De notre premier ministre qui se croit autorisé à dire que « la récréation est finie » à la grande prêtresse du FMI qui déclare qu’il est temps que « l’on se comporte en adultes »(sous-entendant clairement que le conseil ne vise évidemment pas le FMI et ses alliés), tous les négociateurs considèrent Alexis Tsirpas et son gouvernement comme des gamins menant une grève estudiantine.

Peut-il y avoir une véritable discussion à partir du moment où un des partenaires reste bloqué sur la perspective tatchérienne du « no alternative » et estime que la seule solution est la reddition sans condition des mutins. Que l’épreuve ait ou non été annulée, qu’il y ait ou non des fuites, le résultat est connu : pour réussir, il faut que l’élève échoue. D’autant qu’un autre « récit » vient conforter, auprès de la population européenne, cette vision : la prise en charge de la crise grecque coûterait, a-t-on lu récemment, plus de 600 € par Belge. Fichtre… D’où sort ce chiffre ? Combien coûtera à chacun de nous la sortie de la Grèce de l’euro ? Et combien avons-nous payé, tous autant que nous sommes, pour sauver « nos » banques, lesquelles pourtant ne nous appartiennent toujours pas et rechignent à accorder des prêts aux citoyens qui les ont sauvées ?

LE COMPLOT

Etienne Chouard est ce blogueur français « sulfureux », qui se prétend de gauche, antifasciste, défenseur de la démocratie directe (il a beaucoup œuvré pour faire avancer le principe du tirage au sort citoyen et de l’élaboration d’une constitution par des citoyens ordinaires plutôt que par des professionnels de la politique) mais qui reconnaît en Alain Soral un « démocrate de gauche », alors que ce dernier est un thuriféraire de l’extrême droite la plus raciste et la plus antisémite, défend également la thèse d’un complot à très large échelle conduit par les milieux de la haute finance internationale, et utilise entre autres arguments celui du rachat, par des groupes financiers, de journaux connus pourtant pour leur manque de rentabilité, voire leur déficit insurmontable : pourquoi des groupes dont la priorité est de gagner de l’argent investiraient-ils dans ces secteurs où ils ne pourront qu’en perdre ?

Parce que ces médias sont importants pour faire élire les futurs responsables politiques. Lesquels seront, ensuite, redevables et devront faire la politique qui favorisera non pas leurs électeurs (ces moutons qui voteront pour ceux qui seront les plus présents dans les médias) mais pour les lobbies de l’ombre qui les ont fait élire, soit en possédant les médias, soit en finançant leur campagne (avec un bonus pour ceux qui cumulent).

Toutes les théories du complot sont séduisantes parce qu’elles sont d’abord des récits bien menés, qui ressemblent à s’y méprendre aux thrillers et polars dont les lecteurs se délectent. Les bons et les méchants sont clairement identifiés, la situation est manichéenne et on y défend un point de vue opposé à la pensée « mainstream ». La plupart sont du délire pur et simple, comme celles qui concernent les actes terroristes ; dans le cas de l’analyse de Chouard et d’autres, c’est plus complexe. Cette mainmise de la haute finance est attestée par de très nombreux analystes et acteurs, comme Christophe Nijdam, ancien banquier qui a créé l’ONG Finance Watch dont le but est d’essayer de compenser l’impressionnant lobbying bancaire auprès des institutions européennes (120 millions d’euros par an) via une association, dotée d’un budget de… 4 millions (réécouter l’émission de France Inter).

Lire : « L’éthique n’est pas vraiment de retour », selon Christophe Nijdam



À LA FIN, C’EST L’ALLEMAGNE QUI GAGNE

La finance et la politique seraient-elles des jeux qui mettent face à face des adversaires, et à la fin duquel c’est la finance qui gagne ? Pour revenir à l’analyse de Chouardles gens sont-ils à ce point décérébrés qu’ils tomberont toujours dans le panneau et contribueront, grâce à l’action de sape de médias abrutissants, à la mise en place d’une dictature molle, mais non moins terrifiante ? Peut-être pas.

Peut-être pas, parce qu’il y a des citoyens qui ne se laissent pas faire. D’abord, parce qu’ils n’acceptent pas la loi du « no alternative ». Il y a presque toujours des alternatives ; il faut pouvoir faire preuve d’imagination, et surtout aller chercher des solutions « out of the box » quand la situation est dans l’impasse et que les solutions traditionnelles sont un des facteurs majeurs de la crise. Tous les médias ne sont pas contrôlés par les banques et Internet restera encore longtemps un espace de liberté, certes sauvage, qui impose un esprit critique en alerte pour pouvoir discerner, critiquer, discriminer. Et il y a toutes ces initiatives citoyennes dont j’ai déjà souvent parlé (Tout autre chose, G1000, etc.) qui contribuent à un changement progressif de la démocratie.

UN JOUR, MON PAPE VIENDRA

Dans le « storytelling » ambiant, comment choisir « son » histoire, « sa » vérité ? On peut bien sûr se référer à son idéologie préférée, à son camp social. Un banquier rugira en entendant Chouard, un chômeur ricanera en écoutant Lagarde. Mais l’adversaire n’a pas systématiquement tort, de même que nous n’avons pas toujours raison.

Il faut bien sûr mener un travail de critique de l’information, recouper, vérifier, noter des convergences suspectes. Par exemple, dénoncer les arguments qui se fondent toujours sur l’égoïsme naturel et qui, pour plus d’efficacité, exagèrent les dangers. C’est ce que l’on retrouve dans l’idée d’un coût de 600 € par citoyen belge pour gérer la crise grecque, autant que dans les discours sur l’immigration (la « vague barbare » prête à submerger le bel Occident blanc et chrétien) ; non seulement ces arguments sont fallacieux, mais le danger présenté est tout à fait surévalué.

Mais que vient faire le pape dans tout ça ? Va-t-il se présenter à la présidence européenne sous la bannière des écologistes – nous savons, en Belgique, que ce sont souvent d’anciens démocrates chrétiens reconvertis ? Ça ne manquerait pas de charme… Mais plus sérieusement, il a posé, avec son encyclique, un acte véritablement courageux, en rappelant une notion fondamentale, qui devrait être à la base de toutes nos appréciations, de tous nos jugements : la dignité humaine.

Je ne parle pas de l’honneur, au nom duquel certaines des pires horreurs et des actes les plus inhumains sont commis. La dignité doit être garantie pour tout être humain. Pour les croyants des trois religions du Livre, c’est un impératif, un « sine qua non » à défaut duquel ils ne seraient que d’insupportables Tartuffe, bafouant les principes de leur foi et déshonorant leur Dieu. Pour les athées, c’est la pierre de touche de leur éthique et la clé de voûte de leur métaphysique. Elle est cette valeur première, pour Camus, au nom de laquelle l’individu se révolte, puisqu’elle est bafouée. Ce qui la compose ? Le droit de vivre dignement, sans dépendre d’autrui, de se nourrir, se loger, se vêtir, s’instruire, travailler, se déplacer… Bref, d’être un individu libre et responsable. Et ce, pour tout individu de la planète.

On en revient encore et toujours à l’impératif de Kant : ne pas faire à autrui ce que l’on ne voudrait pas que l’on nous fasse. Une forme d’égoïsme, peut-être, mais dont profite l’humanité entière.

DIGNITÉ, DIGNITÉ CHÉRIE

Le contrôle progressif de la politique mondiale par les multinationales et les banques défend-il la dignité humaine ? Non. La surconsommation, le pillage des ressources naturelles ? Pas davantage. L’appauvrissement des plus pauvres, le rejet de ceux qui sont menacés de mort dans leur pays ? Encore moins. Réduire un individu à l’indignité est un processus de fission incontrôlable qui frappera tôt ou tard celui qui l’aura initié ; dénier la dignité des Grecs en les traitant de cancres et en leur imposant une dette et une austérité insupportables finira par plonger l’Europe entière dans l’indignité : c’est ce que nous racontent tous les grands récits mythologiques de notre époque, du Seigneur des anneaux à HungerGames en passant par Harry Potter, La Guerre des étoiles et Le Trône de fer. Lorsque la vague du mal – dont on ne doit pas prononcer le nom, le camp de la facilité, de la séduction, de l’humiliation et de l’indignité – se met en route, rien ne peut l’arrêter. Sinon le retour à cette valeur première qu’est la dignité.

Si la finance doit gagner, il faut que ce soit une finance au service de l’humain, et pas l’inverse.

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LA DIGNITÉ HUMAINE.

Il se pourrait bien en effet que seul un sursaut éthique nous tire de l’ornière dans laquelle s’enfonce notre très ancienne civilisation mondialisée. Le pape François dans toute sa fausse candeur de jésuite raffiné semble l’avoir compris et il donne le ton : il a posé, avec son encyclique, un acte véritablement courageux, en rappelant une notion fondamentale, qui devrait être à la base de toutes nos appréciations, de tous nos jugements : la dignité humaine.

Et que Vincent Engel soit remercié de nous forcer à la réflexion en lançant, à son tour un appel fort en faveur de la dignité humaine. « indignez-vous » hurlait le vieux Stéphane Hessel dans son ultime cri, désormais d’outre-tombe.

 

  « Le contrôle progressif de la politique mondiale par les multinationales et les banques défend-il la dignité humaine ? Non. 

La surconsommation, le pillage des ressources naturelles ? Pas davantage. 

L’appauvrissement des plus pauvres, le rejet de ceux qui sont menacés de mort dans leur pays ? Encore moins. 

Réduire un individu à l’indignité est un processus de fission incontrôlable qui frappera tôt ou tard celui qui l’aura initié ; dénier la dignité des Grecs en les traitant de cancres et en leur imposant une dette et une austérité insupportables finira par plonger l’Europe entière dans l’indignité.

Lorsque la vague du mal – dont on ne doit pas prononcer le nom, le camp de la facilité, de la séduction, de l’humiliation et de l’indignité – se met en route, rien ne peut l’arrêter. Sinon le retour à cette valeur première qu’est la dignité. 

Si la finance doit gagner, il faut que ce soit une finance au service de l’humain, et pas l’inverse. »

 


Aucun commentaire: