samedi 8 août 2015

Donald Trump est-il le Jean-Marie Le Pen américain ?


 



FIGAROVOX/ANALYSE - Pour Anne Deysine, Donald Trump catalyse la colère de la classe moyenne américaine. Néanmoins, faute d'un vrai projet, son aventure pourrait tourner court.

Anne Deysine vient de publier La Cour suprême des Etats-Unis chez Dalloz

Comme prévu, Donald Trump a assuré le show par ses provocations lors du premier débat républicain à la télé. Le milliardaire a notamment tenu des propos très durs à l'égard des immigrés mexicains. Que pensez-vous de la comparaison avec Jean-Marie Le Pen?

Anne Deysine: Pour pouvoir tenter la comparaison, il faut faire abstraction du contexte spécifique français et de la négation de l'holocauste. Mais si l'on s'en tient à l'attitude des deux hommes faite de provocation, de langage outrancier et de refus du politiquement correct, il y a effectivement des similarités. Trump a tenu des propos outranciers sur les femmes, sur les immigrants illégaux , sur le Mexique qui enverrait sciemment des meurtriers sur le territoire américain et il a même critiqué le statut de héros, reconnu par la droite comme par la gauche, du sénateur McCain.

QUELS SONT LES RESSORTS DE SON SUCCÈS DANS LES MÉDIAS ET LES SONDAGES?

Le peuple américain est excédé par la situation politique et économique. Et il ne ressent pas dans sa vie quotidienne les effets de la reprise. Trump a le grand mérite de mettre en mots violents l'exaspération de l'américain moyen et de la classe moyenne. Ses accusations tous azimuts défoulent les électeurs qui ont le sentiment ou font semblant de penser qu'un candidat les a finalement entendu et compris.

SELON VOUS, L'ENGOUEMENT POUR TRUMP PEU-IL DURER. A-T-IL UNE CHANCE RÉELLE DE L'EMPORTER?

Trump est un bon connaisseur des médias, il fait de la télé réalité et c'est ce qui explique qu' il se soit propulsé à la première place des sondages. Et même si il ne faut pas prendre ce phénomène à la légère, on peut penser que parce qu'il n'apporte aucune réponse spécifique aux problèmes du pays, sa candidature est vouée a l'échec. Mais il ne faut pas sous-estimer sa capacité de nuisance. S'il n’obtient pas l'investiture républicaine, il a menacé de se présenter comme candidat indépendant. Dans cette hypothèse, c'est la défaite assurée des Républicains

SI NE CE N'EST TRUMP, QUI EST LE VRAI FAVORI DE CET PRIMAIRE?

Quand il y a 17 candidats, il est difficile de dégager un favori. Et donc selon les Etats et selon les questions, c'est l'un ou l'autre candidat qui semble émerger. Il y a un candidat qui n'est pas le favori car il est perçu comme trop modéré et trop centriste, c'est Jeb Bush. La question est de savoir s'il va pouvoir emporter les primaires et obtenir l'investiture des Républicains, car lui seul a des chances de l'emporter contre Hillary Clinton.

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE CHALLENGER


Ce type est redoutable. Le comparer à Le Pen n’est pas déraisonnable mais il serait plutôt une réincarnation du démagogue Poujade. Il pratique en effet un poujadisme à l’américaine inspiré de Reagan. Trump a le grand mérite de mettre en mots violents l'exaspération de l'américain moyen et de la classe moyenne, (…) il ne faut pas sous-estimer sa capacité de nuisance. S'il n’obtient pas l'investiture républicaine, il a menacé de se présenter comme candidat indépendant. Dans cette hypothèse, c'est la défaite assurée des Républicains.

MG

 

 

Aucun commentaire: