mardi 18 août 2015

Les réfugiés irakiens poussés vers la Belgique: notre pays vanté comme idéal pour un regroupement familial

Didier Swysen Le Soir

Lundi matin, 313 candidats à l’asile ont fait la file devant les bureaux de Fedasil. Plus d’un sur deux (159) provenait d’Irak et parmi eux, de nombreux hommes seuls. La raison ? Depuis quelque temps court la rumeur, dans l’ex-pays de Saddam Hussein, que la Belgique est le pays idéal pour un regroupement familial…


Photonews

«  Fedasil a dû demander à une cinquantaine de personnes de revenir demain (lisez, ce mardi, NdlR) », explique le secrétaire d’État à l’Asile, Theo Francken. «  Mais j’insiste sur le fait que les plus vulnérables, les familles avec enfants, par exemple, ont pu être enregistrés et que tous ont une place pour dormir. Ceux qui ont été renvoyés hier étaient des hommes seuls venant d’Irak.  »

DES HOMMES DE 25 À 40 ANS

Le secrétaire d’État refuse toutefois d’envisager les choses de manière naïve. «  Le mois passé, on a enregistré pas mal de Somaliens… Ce n’est plus le cas ce mois-ci, mais les Irakiens sont toujours plus nombreux…  »

C’est, pour lui, la preuve que des filières se trouvent derrière ces arrivées massives, à Bruxelles, devant les portes de l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile (Fedasil).

Et puis, il y a ces hommes seuls, venus d’Irak, tous entre 25 et 40 ans, un afflux qui ne manque pas de l’inquiéter. «  On a appris qu’une rumeur courait en Irak. On conseillait aux gens de venir chez nous, car c’était plus facile, une fois le statut de réfugié obtenu, de faire venir sa famille  », explique le secrétaire d’État. «  C’est tout à fait faux, c’est une fable, mais c’est ainsi !  »

C’est un fait que des passeurs rancardent les candidats au voyage, comme l’a prouvé une carte saisie, il y a quelques semaines, sur un réfugié qui se trouvait à la frontière hongroise (lire ci-dessous). Dans ce document, un comparatif des situations en Allemagne, Hollande et dans les pays scandinaves. La Belgique n’y figurait pas et c’était la preuve, pour Theo Francken, que le refus d’octroyer une aide financière aux demandeurs d’asile (qui reçoivent uniquement une aide matérielle) portait ses fruits.

Mais la Belgique reste donc visiblement un « pays de cocagne » dans certaines contrées du monde. Pourtant, ici aussi, la Belgique a durci sa loi : depuis 2011, le regroupement familial répond à des critères bien plus stricts. «  C’est une fable que ce soit plus facile chez nous  », insiste M. Francken, «  il y a des pays où le regroupement familial est plus simple.  »



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

FRANCKEN MENACÉ DE MORT


Il faut lire les 25 commentaires des internautes sur le Forum du Soir pour se rendre compte combien l’arrivée massive de demandeurs d’asile obsède nos compatriotes. On relèvera au passage la pauvreté du vocabulaire des intervenants et la faiblesse orthographique des messages courroucés. Comme l'explique le journaliste de l'Economist, c'est sans doute parce que la contre-culture et plus particulièrement la culture urbaine – entre autres par le biais de la musique et du cinéma – dépasse ses propres frontières pour empiéter sur la culture tout court.

Ceci dit, quelqu’un va jusqu’à menacer de mort le secrétaire d’Etat FranckenDans un courriel, rédigé en français, une personne menace en effet explicitement le mandataire.

«  Tu vas donner de l’argent à tous ces migrants alors qu’il y a tellement de chômage », indique notamment l’auteur du message. Il poursuit en exprimant son désir de placer «  une grenade dans la bouche  » du secrétaire d’Etat. C’est dire l’hostilité que ses mesures suscitent.

Francken réagit : "Ik krijg veel reactieszeer gemengde reacties""En ik hebvoor iedereen begrip. Migratie is een heel beladen onderwerpdat vaak stevigemeningen uitlokt."
Il ne fait aucun doute que le flot migratoire qui se répand sur l’Europe entraîne des réactions passionnellement hostiles  et très peu d’enthousiasme au sein de la population autochtone. Kroll, ce génie de la synthèse, a su les résumer en un dessin peu flatteur pour le ministre président de la fédération Wallonie Bruxelles et bourgmestre empêché de Tournai.

MG



UN JOURNALISTE BRITANNIQUE "KIFFE" L'ÉVOLUTION DU FRANÇAIS

La Libre Belgique



Un journaliste du magazine britanniqueThe Economist remarque avec une certaine curiosité et un certain amusement que les jeunes Français issus de la bonne société usent de mots tels que "wesh", "meuf" et "kiffer". On peut dire qu'il en va de même en Belgique. Par exemple, le mot "wesh", composé à partir de "Wach Rack" qui signifie "comment allez-vous" dans un dialecte algérien, a aussi traversé toutes les couches de la jeune population belge pour s'introduire dans les collèges les plus huppés du pays.

Comme l'explique le journaliste de l'Economist, c'est sans doute parce que la contre-culture et plus particulièrement la culture urbaine – entre autres par le biais de la musique et du cinéma – dépasse ses propres frontières pour empiéter sur la culture tout court.

Et le journaliste de poursuivre: "Constitué en tant que tel par réaction, l'argot de la rue résiste par nature à toute forme de désapprobation. Mieux, il y répond de toutes ses forces. Au début, le verlan, par exemple, (NDLR: le fait d'inverser les syllabes des mots; d'où femme devient "meu-feu" ou "meuf") a été conçu en réaction au français qui est la langue de la colonisation. Mais, aujourd'hui, on peut dire que la langue de l'ex-colonisateur s'empare des néologismes les plus inventifs de cette révolte."

Pourtant, comme le rappelle le site internet Slate, l'évolution du français n'est pas aussi évidente qu'il n'y paraît. En 2013, l'Académie française relève jusqu’à 8.475 infractions langagières. Et les limitations pour l’utilisation de mots étrangers dans la publicité ou dans la diffusion des chansons à la radio sont toujours strictes.


FRANCKEN MET DE DOOD BEDREIGD IN FRANSTALIGE MAIL

De Morgen Bron: Het Laatste Nieuws



Staatssecretaris Theo Francken. ©PHOTO NEWS

Staatssecretaris voor Asiel en Migratie Theo Francken (N-VA) is afgelopenweekend met de dood bedreigdDat schrijft Het Laatste Nieuws. In eenFranstalige mail wordt Francken stevig uitgescholden. De redenDe asielzoekers voor wie hij opvang zoekt.

'Ik heb voor iedereen begrip. Migratie is een heel beladen onderwerpdat vaakstevige meningen uitlokt'

THEO FRANCKEN, STAATSSECRETARIS VOOR ASIEL EN MIGRATIE

"Je bent een grote klootzak, want je gaat al die migranten geld geven terwijl erzo veel werkloosheid is." De schrijver gaat een stapje verder: "Als ik zoukunnendan stak ik een granaat in je mondIk zou het zonder problemen doenWe zullen elkaar terugziendat beloof ik je."

Dat Francken en bij uitbreiding de regering koortsachtig zoeken naar manierenom alle asielzoekers een bed, een bad en een maaltijd te kunnen gevenvalt bijde schrijver niet in goede aarde. Want voor de goede ordeeen financiëletegemoetkoming krijgen asielzoekers nietDe staatssecretaris zal een klachtindienen bij de politie.

"Ik krijg veel reactieszeer gemengde reacties", zegt Francken. "En ik heb vooriedereen begrip. Migratie is een heel beladen onderwerpdat vaak stevigemeningen uitloktIk probeer ook op zo veel mogelijk vragen en suggesties teantwoordenook al is het nu erg drukIk ben wel wat bagger gewend - het is eigen aan het vak - maar er zijn aan alles grenzenHoud het netjes."

Het is niet de eerste keer dat Francken met de dood wordt bedreigdEerderkregen hij en partijgenoot Jan Jambon doodsbedreigingen van een'extremistische moslim'.

 

Aucun commentaire: