vendredi 11 septembre 2015

Ceci n'est pas qu'une maladresse

Ik bied basic-preopvang aan. 14 gaan erop in. Ze willen gewoon nt. Tentenkampje te knus blijkbaar. Kritiek stopt hier. Excuses welkom. Dank.


Béatrice Delvaux éditorialiste en chef  Le Soir

 

Jugez-nous sur nos actes, pas sur (toutes) nos paroles. C’est la ligne de défense adoptée par le Premier ministre, confronté hier à la RTBF pour la première fois publiquement, aux propos tenus dans un tweet par Theo Francken et confirmés plus tard – on l’oublie – dans une interview télévisée.

Les actes ? Charles Michel a globalement raison. Depuis le début de la crise, son gouvernement apporte pas à pas des solutions à l’afflux croissant de réfugiés – ce matin encore, en demandant la création de 8.000 lits supplémentaires. Tout n’est certes pas parfait, notamment parce que dans un souci de vouloir démontrer une gestion ferme de l’asile – un dossier électoralement porteur pour les partis du gouvernement –, celui-ci a fermé des places qu’il aurait déjà fallu garder ouvertes. Par ailleurs, la mise en place d’un plan de répartition entre les communes belges, à l’image de ce que Jean-Claude Juncker vient de proposer pour l’Europe, devient urgente. Faute de quoi, on risque de tomber, comme pour les Européens, dans un « pas de ça uniquement chez moi » qui a démarré – une « maladresse » ? – par Rudy Demotte, pour carrément déraper chez deux élus, PS et MR (Sambreville et Fosses), et qui pousse ce vendredi Yvan Mayeur, le bourgmestre d’un Bruxelles potentiellement asphyxié par la densité de réfugiés, à dénoncer dans De Standaard la «  politique xénophobe et antibruxelloise de la N-VA menée depuis Anvers  ».

La parole du Premier ministre est par ailleurs imparable sur le fond. Ses propos télévisés d’hier, très attendus, mais aussi ceux tenus durant le week-end, sont ainsi parfaitement en phase avec le discours, unanimement loué, de Jean-Claude Juncker : affirmation d’une solidarité sans faille, mise en demeure des pays de l’Est qui renâclent à en assumer leur part, etc.

On ne peut pas suivre le Premier ministre toutefois, lorsqu’il limite la «  faute  » de son secrétaire d’Etat, à la «  communication  ». Qualifier de « maladresse » ce qui est – oui – un dérapage, relève d’une coupable faiblesse politique, car cette sortie de Théo Francken est de celles qui fissurent le vivre ensemble. Certes, il n’y a pas de « frontière raciste dépassée  » – comme le clamait à la RTBF, un Premier ministre agacé. Mais vouloir tacler l’opposition en acceptant de banaliser les propos d’un membre du gouvernement, qui flirtent avec le populisme, relève de la tactique électorale. C’est le fond, pas seulement la forme, du message qui était à sanctionner. Celui-ci portait d’autant plus à l’ambiguïté pour le grand public, qu’il émanait du membre d’un parti qui a multiplié ces derniers jours la parole «  dangereuse  ». Et ça, ce n’est pas l’opposition qui l’a dit, c’est Louis Michel.

 



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

CLOCHEMERLE


Attention que tout ceci ne vire au Clochemerle.

Qu’a dit exactement de si terrible cFrancken ? Ce n’est guère pire que les déclarations de Rudy Demotte. Ce dernier a-t-il pour autant démissionné de son poste de ministre président de Wallobrux ?

C’est du côté de De Wever qu’il faut dénoncer « la parole dangereuse »et les outrances langagières pour fait de populisme.

Les Belges veulent des actes et pas de la com et du blabla.

Et ras la casquette du politiquement correct.

MG

 

Aucun commentaire: