mardi 22 septembre 2015

Cours de citoyenneté: le PS et le CDH ont enfin trouvé un accord

Pierre Bouillon Le Soir

Le PS a approuvé le compromis esquissé vendredi par les techniciens.



Joëlle Milquet. ©René Breny

• Joëlle Milque

Vendredi, les techniciens du gouvernement de la Communauté française s’étaient accordés sur les modalités d’application du cours de citoyenneté et de philosophie dans l’enseignement libre catholique. Collant de près au scénario préconisé par le CDH, le compromis devait encore recevoir l’aval du PS. Il l’a obtenu ce lundi.

Un référentiel commun sera mis au point – il précisera, pour l’ensemble des réseaux, les objectifs du nouveau cours, à charge pour chaque réseau, ensuite, de matérialiser ces objectifs dans un programme.

Au contraire de l’école publique, l’école libre ne devra pas organiser un cours de citoyenneté à part entière. Elle pourra disperser cette nouvelle matière dans les cours existants – religion, français, histoire, géographie, etc.

LES COURS DE RELIGION INSPECTÉS DEUX FOIS

De toute évidence, le réceptacle privilégié de la citoyenneté et philosophie sera le cours de religion catholique. Et parce que le PS a souhaité la garantie que l’école libre jouera pleinement le jeu de la citoyenneté, celle-ci, dans ce réseau, sera contrôlée selon le mécanisme suivant. Au cours de religion, l’enseignement de la religion sera contrôlé par l’inspection du cours de religion alors que les éléments de citoyenneté seront contrôlés par une inspection mixte, associant les inspecteurs de religion et des inspecteurs de citoyenneté – fonction à encore créer.

Rappelons que le cours de citoyenneté sera introduit au primaire à partir de septembre 2016 et au secondaire en septembre 2017 et cela, dans tous les réseaux. Dans l’officiel, le cours de religion/morale passera de 2 heures à 1 heure, ce qui libérera 1 heure pour la citoyenneté. Mais si l’élève demande à être dispensé de la religion/morale, le cours de citoyenneté, pour lui, durera 2 heures.

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

DEUX POIDS, DEUX MESURES


On ne voit vraiment pas pourquoi le réseau catho et le réseau officiel sont désormais soumis à deux régimes qui à l’évidence sont différents.

Nous rejoignons  sans réserve le point de vue de la Ligue de l’enseignement qui est résumé dans le communiqué de presse suivant.

 

« UN ÉLÈVE = UN ÉLÈVE » IMPLIQUE UN COURS SUR LA CITOYENNETÉ DANS TOUS LES RÉSEAUX !

Tel est le point de vue du Conseil d’Etat dont l’avis doit être suivi.

En plein accord avec l’avis du Conseil d’Etat du 7 septembre 2015 relatif à l’avant-projet de décret relatif à l’organisation d’une éducation à la philosophie et la citoyenneté, la Ligue de l’Enseignement et de l’Education Permanente considère que le principe d’égalité doit être respecté. En conséquence de quoi, le cours de philosophie et sur la citoyenneté doit être organisé sur une base identique dans tous les réseaux, indépendamment des cours de morale et de religion, autant dans l’officiel que dans le libre. 

Tous les jeunes ont pareillement le droit de bénéficier d’un cours dont l’objet renvoie de manière directe à l’un des objectifs généraux de l’enseignement obligatoire (art. 6 du décret Missions) et il est injuste que les élèves de l’enseignement libre en soient privés.

La Ligue de l’enseignement recommande de suivre la procédure ordinaire pour l’adoption des référentiels et des programmes de ce nouveau cours : 

élaboration d’un référentiel commun dans un groupe de travail en inter-réseaux ; 
adoption du référentiel commun aux différents réseaux par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ;
élaboration par les pouvoirs organisateurs des programmes sur base du référentiel commun ;
contrôle des programmes par la Commission des programmes ; 
mission confiée  au Service général de l’inspection de vérifier l’organisation des cours et le respect des programmes. 

La Ligue de l’Enseignement et de l’Education Permanente considère que le non-respect du principe « un enfant=un enfant » porterait atteinte à l’Etat de droit.

Le Conseil d’Administration de la Ligue de l’Enseignement et de l’Education Permanente, asbl, réuni le 19 septembre 2015.

 

Serge Van Cutsem internaute en colère écrit sur le forum de la Libre  :

Cours de citoyenneté, entendez par là que les enfants ne peuvent plus appartenir à leurs parents dans le monde socialiste idéal (selon eux ...). Ils doivent absolument être façonnés dans le moule identique, avec pensée identique, et avec surtout pas trop d'instruction, on prendra soin de niveler au niveau du plus faible. 

Au pas de charge vers le "Meilleur des mondes" d'Aldous Huxley (Extrait) :

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. 

Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. 

On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. 

Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. 

Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir. »

 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

HORS SUJET

C’est un texte magnifique assez peu pertinent relativement au débat sur la question du cours de citoyenneté lequel s’étendrait sur toute la scolarité des élèves. Il comprendrait, bien évidemment, une initiation au questionnement philosophique et un entraînement à l’esprit critique (comme le cours de morale du reste) ainsi qu’un éclairage neutre sur les diverses religions monothéistes et autres (en contraste avec les cours de religion engagés). Sa qualité dépendra certes du référentiel commun et de la rédaction du programme mais surtout du talent et de la formation des professeurs qui le dispenseront.

MG  

 

 

Aucun commentaire: