vendredi 4 septembre 2015

« J’aimerais vraiment que ma photo puisse aider à changer le cours des choses »

Le Monde.fr |  Propos recueillis par Claire Guillot

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/09/03/534x0/4745174_6_7f9b_l-une-des-photos-du-petit-syrien-noye-faites_dfc3ca5df6a04e980879126ec7f18f09.jpg



Nilufer Demir, 29 ans, est correspondante pour l’agence turque DHA pour la région de Bodrum. Dans cette petite ville balnéaire plutôt chic, les réfugiés qui tentent la traversée vers l’île grecque de Kos ont changé le cours des choses – et son travail de photographe. Elle ne s’attendait pas, cependant, à ce que sa photo d’un enfant syrien noyé, sur la plage, ait un tel retentissement. Nous l’avons jointe au téléphone, en Turquie.

OÙ SE TROUVE LA PLAGE OÙ A ÉTÉ TROUVÉ LE PETIT GARÇON ?

La plage de Ali Hoca Burnu est une plage à l’écart de Bodrum. C’est un endroit d’où partent souvent les migrants, donc avec d’autres photographes, on y va chacun son tour pour voir ce qui se passe. Hier, c’était mon tour… Quand je suis arrivée le matin, vers 6 ou 7 heures, il y avait un groupe de Pakistanais. Je les ai rejoints et nous avons aperçu, un peu plus loin, quelque chose échoué sur la plage.

En nous approchant, nous avons vu que c’était le corps d’un enfant. Il y avait d’autres corps, mais plus loin, à 100 ou 200 mètres. On a tout de suite vu qu’il était mort et qu’il n’y avait rien à faire.

AVEZ-VOUS HÉSITÉ À PRENDRE CETTE PHOTO ?

J’ai été très choquée au départ, mais je me suis reprise très vite. Je me suis dit que je pouvais témoigner du drame que vivent ces gens. Il fallait que je prenne cette photo et je n’ai plus hésité. J’en ai même pris toute une série. J’étais triste car c’est le corps d’un enfant, mais ça aurait pu être le corps d’un adulte, et j’en ai photographié déjà.

L’homme qui tient l’enfant sur la photo est un gendarme, qui fait les premières constatations quand ce genre de choses arrive. Dans les premières images, on voit l’enfant tout seul, car le gendarme est arrivé quelques minutes après.

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/09/03/534x0/4745173_6_1887_l-une-des-photos-du-petit-syrien-noye-faites_89cba6fc6f2f7141abe8f99d109fabfd.jpg


AVEZ-VOUS EU CONSCIENCE QUE C’ÉTAIT UNE PHOTO SI FORTE ?

Non, pas du tout. Et aujourd’hui, j’ai un mélange de tristesse et de satisfaction… Je suis contente d’avoir pu montrer cette image à autant de gens, d’avoir témoigné, et d’un autre côté, je préférerais que ce petit garçon soit encore en vie et que cette image ne fasse pas le tour du monde.

LE RETENTISSEMENT DE CETTE PHOTO A ÉTÉ ÉNORME, POUSSANT FRANÇOIS HOLLANDE ET ANGELA MERKEL À PRENDRE RENDEZ-VOUS POUR ÉVOQUER LE SUJET.

Je n’aurais jamais cru qu’une photo ait de tels effets. J’aimerais vraiment qu’elle puisse aider à changer le cours des choses. Pour ma part, j’aimerais que tout le monde puisse vivre en paix chez soi, et que les gens ne soient pas forcés de fuir leur pays…

POURQUOI CETTE PHOTO, SELON VOUS, A-T-ELLE PU AUTANT ÉMOUVOIR LES GENS, PAR RAPPORT À TOUTES CELLES PUBLIÉES AVANT SUR LE SUJET ?

Je ne sais pas. Peut-être que le monde, en fait, attendait une image qui puisse changer les choses, faire bouger. Peut-être que ma photo a été le déclic que le monde attendait. J’ai surtout été au bon moment au bon endroit.




“JE N’AI JAMAIS VOULU PUBLIER UNE PHOTO D'ENFANT MORT. JUSQU'À HIER”

Courrier international



Fallait-il publier la photo d’un enfant syrien, retrouvé noyé sur une plage turque, qui a fait le tour du monde et déclenché une vive émotion ? Le directeur du journal italien La Stampa a répondu non, avant de revenir sur sa décision. Qu’il explique à ses lecteurs.

 Peut-on publier la photo d’un enfant mort en première page d’un journal ? D’un enfant qui semble dormir, comme notre fils ou notre petit-fils ?

Jusqu’à hier soir, j’ai toujours pensé que non. Ce journal s’est battu pour le respect de limites claires et infranchissables, pour le respect des êtres humains. Hier encore, ma réponse a été :On ne peut pas la publier.”

Mais pour la première fois, je ne me suis pas senti bien. J’ai senti au contraire que cacher cette image, c’était comme détourner le regard, faire comme si de rien n’était, que tout autre choix reviendrait à se ficher du monde. Cela ne servirait qu’à nous donner une autre journée d’inconscience tranquille.

Et là, j’ai changé d’avis. Le respect, pour cet enfant qui fuyait avec ses frères et ses parents une guerre qui se déroule aux portes de chez nous, exige que tout le monde sache. Que chacun de nous s’arrête un instant et prenne conscience de ce qui est en train de se passer sur les plages qui bordent la mer où nous sommes allés en vacances. Ensuite, vous pourrez reprendre le cours de votre vie, peut-être indignés de ce choix, mais conscients.

Je les ai rencontrés ces gamins syriens, enfants d’une bourgeoisie qui abandonne tout – maisons, boutiques, terrains – pour sauver l’unique chose qui compte. Je les ai vus tenir la main de leurs parents qui, comme tous les papas et toutes les mamans du monde, veulent les protéger de la peur et leur achètent une peluche, une casquette ou un ballon avant de monter dans un canot, après leur avoir promis qu’il n’y aurait plus ni cauchemars ni explosions dans leurs nuits.

Nous ne pouvons plus tergiverser, faire des acrobaties entre nos peurs et nos élans de compassion, cette photo fera l’Histoire comme le fit celle de cette fillette vietnamienne la peau brûlée par le napalm ou de ce petit garçon les bras levés dans le ghetto de Varsovie. C’est la dernière occasion pour les dirigeants européens de montrer qu’ils sont à la hauteur de l’Histoire. Et c’est l’occasion pour chacun de nous de faire ses comptes avec le sens de l’existence. 


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

OUI, IL LE FALLAIT

 

Aucun commentaire: