vendredi 16 octobre 2015

Bart De Wever va choisir ses policiers à Anvers

Patricia Labar

Le Soir

La Ville d’Anvers va pouvoir recruter ses propres policiers. Bart De Wever compte engager des Anversois d’origine allochtone.



•                                                      Bart De Wever. © Photo News

La commune d’Anvers va pouvoir recruter elle-même ses policiers pendant deux ans. Le projet pilote commencera au printemps prochain. Une expérience qui pourrait s’étendre à tout le pays.

De 2016 à 2019, la ville d’Anvers pourra recruter ses policiers. Elle ne devra plus attendre les recrues qui doivent passer au travers des nombreuses étapes de la sélection fédérale. Le policier qui sera sélectionné par Anvers sera aussi avalisé par le Fédéral.

UNE PROCÉDURE TROP LONGUE

« Avec le système de la sélection fédérale, il y a beaucoup de problèmes. La procédure dure beaucoup trop longtemps. Donc, on perd énormément de candidats entre l’étape du recrutement et celle de la sélection. Beaucoup trouvent un autre boulot. De plus, cette sélection fédérale ne correspond pas assez avec les besoins locaux. Ce sont de gros soucis qui font qu’on risque de se retrouver avec un manque de policiers », explique à la DH Bart De Wever qui reconnaît que depuis que Monsieur Jambon est ministre de l’Intérieur « qu’on a une meilleure écoute ».

DES JEUNES POLICIERS D’ORIGINE ÉTRANGÈRE

Pour Bart De Wever, cela représente donc de nombreux avantages. Il pourra engager des jeunes Anversois. «  Avec ce projet, on va pouvoir recruter de jeunes Anversois. Actuellement, 90 % de nos policiers n’habitent pas à Anvers. Notre corps de police ne reflète pas assez la population anversoise ».

Le bourgmestre d’Anvers engagera aussi des jeunes d’origine étrangère  : « Oui, beaucoup plus de policiers d’origine allochtone ! », a-t-il confié à la DH. «  Je pense qu’on peut dire qu’un corps de police plus diversifié sera meilleur. Je ne vais pas pour autant mener une campagne de discrimination positive mais je veux toucher les jeunes Anversois. Et les jeunes Anversois représentent la diversité. Si cette diversité se reflète demain dans un corps de police, il sera meilleur ».

« ON VEUT DÉMOLIR LA POLICE INTÉGRÉE »

Quant au syndicat des policiers, il dénonce ce qu’il appelle une démolition de la police intégrée.

«  Le SLFP Police ne peut pas être d’accord avec un tel projet qui, à l’analyse des propos tenus, n’est rien d’autre que la démolition de la police intégrée. L’idée telle que Bart De Wever l’expose, consiste ni plus ni moins qu’à rendre la main au pouvoir communal sur la sélection des candidats policiers », dénonce Vincent Gilles du SLFP Police.


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE RETOUR DE NOLS ?


La stratégie de communication de Bart de Weaver semble inspirée tout droit de celle de feu Roger Nols qui attirait un maximum d’attention médiatique avec un minimum de moyens. La différence avec Nols, ami de Le Pen, c’est que, contrairement à l’ancien bourgmestre de Schaerbeek, l’actuel bourgmestre d’Anvers se garde bien de franchir le parapet du politiquement correct.

Désormais il rêve de voir patrouiller dans sa ville des jeunes flics issus de l’immigration, comme dans le feuilleton Flikken qui fit jadis un tabac sur la VRT. Flikken fut tourné à Gand dont le bourgmestre est socialiste (une tare selon la N-VA).

Je veux toucher les jeunes Anversois. Et les jeunes Anversois représentent la diversité. Si cette diversité se reflète demain dans un corps de police, il sera meilleur ». 

Il exige cela du niveau fédéral la sélection fédérale ne correspond pas assez avec les besoins locaux.

Mais le fédéral cest lui, le fédéral en l’occurrence, si j’ose dire c’est Jambon.

Ce qu’il veut, c’est rendre au pouvoir communal la sélection des candidats policiers. Nols ne voulait pas autre chose. Paix à ses cendres ...

MG

 

 

 

 

 

Aucun commentaire: