dimanche 4 octobre 2015

Des graffitis racistes à Vilvorde pour s'opposer à l'ouverture d'un centre d'accueil

BELGA 



Des slogans racistes et anti-islam ont été apposés durant la nuit de vendredi à samedi sur différents bâtiments de Vilvorde en raison de l'ouverture lundi d'une centre d'accueil pour demandeurs d'asile sur le territoire de la commune brabançonne, indique samedi le bourgmestre local Hans Bonte (sp.a). Une banderole sur laquelle on pouvait lire 'Refugees not welcome' a été dressée sur le site Asiat, qui pourra héberger jusqu'à 124 réfugiés.

Les murs de l'Hôtel de Ville ont été recouverts du slogan 'Islam buiten' ainsi que d'une croix gammée, tandis que des graffitis critiquant le socialisme ont été apposés sur un local de la FGTB.

Le bourgmestre a demandé à ce que ces messages de haine soient effacés si possible et à ce qu'une enquête soit ouverte pour en retrouver les auteurs.



 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

'REFUGEES NOT WELCOME'


Il y a de fortes chances que ce type de actions se multiplie partout en Europe. En Allemagne, et particulièrement dans l’ancienne RDA, de nombreux centres d’accueil sont mis à mal par la population. L’automne sera chaud et l’hiver difficile à passer. Certains pensent même que Merkel va tomber face à la pression de l’opinion publique et de la classe politique qui exigent une fermeture des frontières et une limitation du flux des réfugiés. Mehr geht nicht mehr, titre Der Spiegel.

Dans son discours prononcé à l’occasion du 25 ème anniversaire de la réunification, le Président de la république J. Gauck a averti les Allemands ; « l’intégration des réfugiés sera plus difficile que la  réunification allemande. »


MG 



FLÜCHTLINGSKRISE  - POLITIKER APPELLIEREN AN MERKEL: "MEHR GEHT NICHT MEHR"

Spiegel

DPA

Ein Junge spielt in Berlin vor dem Landesamtes für Gesundheit und Soziales(LaGeSo): Flüchtlinge sollen besser in EU verteilt werden

"Belastungsgrenze erreicht", "Bundesländer am Limit": In der Flüchtlingskrise rufen führende Politiker Bundeskanzlerin Merkel zumHandeln auf. Die Zahl der Menschen, die täglich ins Land kommensollschnell reduziert werden.

Kanzlerin Merkel tut zu wenig in der Flüchtlingskrise - so der Tenor beiführenden Politikern der Bundesländer, die eine völlige Überlastung ihrerKommunen beklagen.

Die Bundesregierung müsse Mittel finden, um den Zuzug von Menschen, die keine Chancen auf Asyl in Deutschland hättenzu begrenzenUnd die Kanzlerinmüsse dafür sorgendass die EU Flüchtlinge besser auf die Mitgliedsländerverteilt

 

Aucun commentaire: