mercredi 7 octobre 2015

Le cours de philosophie et de citoyenneté approuvé en commission

Le Vif

La commission Education du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé mardi après-midi, après plusieurs heures de débats, le projet de décret instaurant un cours de philosophie et de citoyenneté dans l'enseignement obligatoire.



© BELGA

Le texte, qui sera soumis d'ici quinze jours normalement à la sanction de la plénière du Parlement, a été approuvé par la majorité PS-cdH. L'opposition MR s'est, elle, abstenue.

Le projet de décret prévoit l'introduction d'un cours de philosophie et citoyenneté dès septembre 2016 dans les six années du primaire, et dès 2017 dans tout le secondaire.

Ce nouveau cours, qui sera obligatoire à tous les établissements et fera l'objet d'évaluations, a pour ambition d'initier les élèves aux différents courants de pensées et religions, d'écouter et respecter les autres convictions, mais aussi d'argumenter leurs choix éthiques et philosophiques propres.

Face à l'évolution multiculturelle de la société, cet enseignement veillera aussi à favoriser le vivre-ensemble, mais également à faire connaître aux jeunes les principes et fondements de la démocratie, ses institutions, des droits fondamentaux, etc.

Un référentiel commun à tous les réseaux sera élaboré dans les mois qui viennent pour garantir que ces objectifs soient partout atteints. Sa mise en oeuvre concrète variera toutefois selon les réseaux.

Ainsi, dans l'enseignement officiel organisé (ex-Etat) ou subventionné (Cocof, communes et provinces), ce cours sera dispensé à raison d'une période hebdomadaire, en remplacement d'une des deux heures de morale ou religion aujourd'hui dispensées.

Les élèves de l'enseignement officiel qui solliciteront la dispense de ces cours confessionnels comme le permet un récent arrêt de la Cour constitutionnelle se verront offrir une seconde période de philosophie et citoyenneté.

Dans l'enseignement catholique, qui forme un élève sur deux en Fédération, ce nouvel enseignement à la philosophie et citoyenneté ne fera pas l'objet d'un cours propre. Son contenu y sera dispensé au travers des cours de religion, de français, voire d'histoire selon les modalités que choisiront les directions d'écoles.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

QUE DIRE ENCORE

Si ce n’est que cela ressemble à une cotte mal taillée. Pourquoi cette différence radicale entre l’obligation faite au libre d’étaler ce cours transversalement sur toutes les matières et celle d’imposer à l’officiel une toute autre structure et méthode.

On comprendrait que le profs se mettent en grève contre ça. Mais pas du tout, ils seront dans la rue demain pour obéir à un mot d’ordre purement politique et antigouvernemental de leurs syndicats respectifs. Belle leçon de civisme de la part de ceux qui doivent enseigner le questionnement et l’esprit critique à leurs élèves.

MG 



2,56 % DES ÉLÈVES VEULENT ÊTRE DISPENSÉS DES COURS DE RELIGION/MORALE 

Pierre Bouillon


Le Soir

Ils sont 2,2 % au primaire et plus de 3 % au secondaire.

• 

C’est l’une des nouveautés de la rentrée scolaire : la Cour constitutionnelle ayant estimé que l’on ne peut pas forcer les élèves de l’école publique à choisir entre les cours de religion et morale, la Communauté française permet désormais aux enfants de demander à être dispensés de ce cours. Ces enfants se verront proposer l’Encadrement pédagogique alternatif (dites EPA ou « cours de rien), que les écoles doivent organiser au plus tard en janvier 2016.

Des résultats inférieurs aux pronostics

Les parents avaient jusqu’au 15 septembre pour faire connaître leurs choix. Selon les comptes définitifs effectués par Joëlle Milquet (CDH), la ministre de l’Education, l’EPA a été réclamé par 2,2 % des enfants du primaire et par plus de 3 % des enfants du secondaire.

Ces résultats sont inférieurs à ceux du sondage effectué par la ministre au mois d’avril/mai, à un moment où il se disait encore que les dispensés iraient à l’étude, ce qui pouvait être jugé attractif par certains. Le sondage avait montré que 7% des parents de l’enseignement primaire comptaient solliciter la dispense pour leur enfant, contre près de 18% dans le secondaire.

Le fait d’avoir donné un contenu au « cours de rien » (on y travaillera, essentiellement sur des matières liées à la citoyenneté) a encouragé un paquet d’élèves à rester en religion/morale.

Rappelons que l’EPA sera éphémère. Il disparaîtra en septembre 2016 au primaire, septembre 2017 au secondaire. Il sera alors remplacé par un vrai cours de citoyenneté – un cours de 1 heure pour les élèves souhaitant rester au cours de religion/morale, de 2 heures pour les élèves souhaitant être dispensés de ce cours.

 

Aucun commentaire: