lundi 12 octobre 2015

Ruquier et les risques du buzz

La Libre

CAROLINE GOURDIN 



Après la polémique suscitée par les propos de Nadine Morano - "La France, pays de race blanche" (sic) -, lors de son émission "On n’est pas couché", Laurent Ruquier n’en finit pas d’essuyer les reproches. Quand il reçoit en rafale Michel Onfray, Michel Houellebecq et Alain Finkielkraut, tous les trois centrés sur des thématiques identitaires, la presse et les réseaux sociaux s’enflamment : ONPC a-t-elle viré néoréac ?

"Faux procès"

Dans "Libération", qui titrait il y a quelques jours en "Une" "La Réac Academy", Laurent Ruquier se défend en parlant de "faux procès" et en rappelant avoir invité récemment Cécile Duflot, Jean-Christophe Cambadélis, et Claude Bartolone.

"On ne va pas inviter des socialistes tout le temps […] On n’a pas à rougir de quoi que ce soit. En dix saisons, je n’ai reçu Marine Le Pen qu’une seule fois." L’animateur, taxé de faire, malgré lui, le lit de l’extrême droite, reconnaît toutefois une erreur fondamentale, "avoir gardé Zemmour à l’antenne pendant cinq ans. Cela lui a donné une caisse de résonance. Après son départ de l’émission, il y a eu une dérive, un Zemmour 2".

Ce samedi soir, à l’antenne, l’équipe d’ONPC tentait de renverser la vapeur avec humour. Outre plusieurs caricatures sur Nadine Morano, Laurent Ruquier l’a mise en tête de son "Flop ten", avec cette photo devant la tombe du général de Gaulle, et ce commentaire : "A propos de cette photo, Nicolas Sarkozy aurait dit : La Lorraine est connue pour sa croix et pour sa quiche. Il est rare que les deux soient réunies sur une seule photo."

Léa Salamé enfonce le clou : "On en a un petit peu marre d’en parler. Et comme dirait Nicolas Sarkozy : La comédie, c’est fini."

"Zemmour, sors de ces corps !"

A Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale et candidat pour les socialistes aux régionales d’Ile-de-France, Laurent Ruquier glisse : "Si vous pouviez ne pas déraper ce soir, ça m’arrangerait."Réponse de son interlocuteur (interrogé sans complaisance) : "Je vous ai senti attaqués. Je me suis dit, je vais y aller. Zemmour, sors de ces corps !"

Un peu plus tôt, Michel Drucker, venu notamment parler de sa judéité redécouverte, se charge de répondre aux politiques, comme Sarkozy ou Juppé, qui ont juré de ne jamais mettre les pieds dans cette émission devenue, selon "Le Monde", "une arène hétéroclite où se mêlent experts en dérision, nouveaux réacs et philosophes vedettes" : "Qui sont les conseillers qui ont dit à leur patron de ne pas venir chez vous ? Alors qu’objectivement, tout le monde sait qu’on a une demi-heure, trois quarts d’heure pour parler d’un livre" , remarque l’animateur de France 2, lui-même boudé par Jospin en 2002.

Petite pique de Léa Salamé à propos des ventes de l’ouvrage de François Fillon, "Faire" : "Fillon n’a qu’à venir sur notre plateau, peut-être qu’il en vendra trois fois plus."

"ONPC" est en fait fidèle à elle-même, avec ce mélange des genres parfois dangereux, qui allie talk-show, divertissement, interviews punchy et promo, visant le buzz, quitte à ce que ce bruit médiatique se retourne contre elle. On est tout de même loin de l’émission de débat et de fond que constitue la trop rare "Ce soir (ou jamais !)", le vendredi soir sur la même chaîne.Caroline Gourdin, à Paris



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

MÉDIACRATIE



Je ne ferai qu’un seul commentaire : Bart De Wever n’existait pas avant ses apparitions successives  dans une émission télé sur la VRT « de slimste man van de wereld ». On connaît la suite.  Pareil pour Zemmour ou Natacha Polony. Certains poussent l’auteur du « suicide français » à se présenter aux présidentielles… « Zemmour, sors de ces corps ! »

Paradoxalement, Ruquier force le grand public à sortir de sa torpeur, de son indolence et de son indifférence à la politique. (60% d’abstentions aux européennes).


MG

Aucun commentaire: