mardi 22 décembre 2015

Boko Haram empêche un million d’enfants d’aller à l’école

Afp

Le manque d’éducation est un terreau de la radicalisation au Nigeria et dans les pays voisins.


• © Reporters / D

L’insurrection menée par le groupe islamiste Boko Haram empêche plus d’un million d’enfants d’aller à l’école, a dénoncé vendredi le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), soulignant que le manque d’éducation est un terreau de la radicalisation au Nigeria et dans les pays voisins.

2.000 ÉCOLES FERMÉES AU NIGERIA

Plus de 2.000 écoles ont été fermées au Nigeria, au Cameroun, au Tchad et au Niger, - les quatre pays les plus affectés par les attaques du groupe - et des centaines d’autres établissements ont été attaqués, pillés ou incendiés par les jihadistes, selon l’Unicef.

Le président du Nigeria Muhammadu Buhari a donné à l’armée jusqu’à la fin de l’année pour mettre fin aux violences du groupe islamiste. Mais même en cas de victoire, les spécialistes soulignent que le gouvernement devra composer avec les troubles sociaux découlant de la déscolarisation d’une génération d’enfants.

«Plus longtemps (les enfants) ne vont pas à l’école, plus ils risquent d’être maltraités, enlevés et recrutés par des groupes armés», déclaré Manuel Fontaine, directeur régional de l’Unicef pour l’Afrique de l’Ouest et centrale.

La rébellion de Boko Haram et sa répression féroce par les forces de sécurité ont fait 17.000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis 2009.

« L’ÉDUCATION OCCIDENTALE EST UN PÉCHÉ »

Les écoles, les élèves et les professeurs font partie des cibles du groupe islamiste, dont le nom signifie «l’éducation occidentale est un péché» en haoussa, la langue la plus parlée dans le nord du Nigeria, et qui a pour objectif la création d’un Etat islamique indépendant.

L’enlèvement de 276 lycéennes à Chibok (nord-est) le 14 avril 2014 avait provoqué une vague d’indignation dans le monde. Environ 200 d’entre elles sont toujours retenues par Boko Haram.

Selon l’Unicef, certaines écoles ont pu rouvrir à mesure que l’armée nigériane a regagné du territoire, mais nombre d’entre elles sont surpeuplées et sous-équipées.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

« L’ÉDUCATION OCCIDENTALE EST UN PÉCHÉ »


Pour qui en douterait encore, la guerre des civilisations bat son plein. Les écoles, les élèves et les professeurs font partie des cibles du groupe islamiste, dont le nom signifie «l’éducation occidentale est un péché» en haoussa, la langue la plus parlée dans le nord du Nigeria, et qui a pour objectif la création d’un Etat islamique indépendant.

Le gouvernement devra composer avec les troubles sociaux découlant de la déscolarisation d’une génération d’enfants.

«Plus longtemps (les enfants) ne vont pas à l’école, plus ils risquent d’être maltraités, enlevés et recrutés par des groupes armés».


Les migrants juifs d’avant-guerre visaient l’assimilation par l’école ; les musulmans d’aujourd’hui (pas tous heureusement) veulent l’inverse la non assimilation et l’introduction de la sharia partout, même en Europe

On me dira que c’est une exigence de l’islamisme, pas de l’islam. La belle affaire, allez expliquer cette fine nuance aux enfants privés d’éducation.

Sans être officiellement déclarée, la troisième guerre mondiale a commencé elle oppose le mode de vie à l’occidentale, le nôtre, celui de la génération Bataclan à celui imposé par l’Etat islamique, l’orthopraxie, un cancer dont les métastases se développent au sein même de la jeunesse d’occident. La prochaine cible des djihadiste sera, à n’en pas douter, une école. Le décrochage scolaire est sans doute déjà regardé par les ados beurs comme un sport de combat, un acte religieux héroïque contre la mécréance. Les Etats Unis qui en détruisant l’Irak ont provoqué le phénomène  répugnent à le résoudre militairement.



OBAMA: 'GRONDTROEPEN IN SYRIË KOSTEN ONS 100 LEVENS EN 10 MILJARD DOLLAR PER MAAND'

Rudi Rotthier   Correspondent voor Knack.be in Noord-Amerika.

In een bijeenkomst met columnisten heeft president Barack Obama foutentoegegeven in zijn reactie op recente terreuraanslagenHij blijft gekanttegen het sturen van Amerikaanse grondtroepen om IS te bestrijdenDe kost aan levens en geld weegt niet op tegen mogelijk gewinzegt hij.



Barack Obama, op wat in principe zijn laatste werkdag is van dit jaar © REUTERS

De bedoeling van de informele ontmoeting met vooraanstaande columnisten is een achtergrondgesprekwaaruit niet geciteerd wordt. Maar onder meer The New York Times ging vrij precies in op de uitspraken van de president.

De president ging voor een stuk door het stof. Hij had flauw gereageerd op de terreuraanslagen in Parijs en San Bernardino, gaf hij toe. Hij had het veel meergehad over het misbruik van de angst voor politiek gewin (door Republikeinen), dan over de angst in het land zelf, die hij niet goed had ingeschatMisschien hebik me daarop verkeken omdat ik te weinig tv kijkzou hij gezegd hebben, of ietsvan die strekkingik had minder oog voor de angst dan voor de angstzaaiersHet gaf bij de Amerikanen de indruk dat hij "niet geëngageerd", lauwreageerde. Sindsdien probeert hij met een aantal tussenkomsten en met wisselend succes een andere indruk te verspreiden.

Hij bleef echter ook tegenover de columnisten zijn aanpak van IS verdedigenbombarderen (meer dan tevoren), coalities smeden en troepen opleiden. Het grondgebied waarover IS heerst, is de voorbije tijd serieus gekrompen, al gaatalles trager dan verhoopt.

STERFTECIJFERS

Obama is en blijft niet tuk om Amerikaanse grondtroepen te sturenVolgens eenrapport dat zijn militaire adviseurs hem hebben bezorgdzou een grondoorlogmet Amerikaanse troepen tegen IS ongeveer 100 Amerikaanse levens en 10 miljard dollar (9,2 miljard euro) per maand kostenPlus 500 zwaargewonden per maand.

Het mogelijk gewin weegt niet op tegen het verliesaldus Obama, die ook zeidat hij zo'n grondoorlog alleen zou overwegen bij een grote aanval van IS in de VS.

HET PROBLEEM VAN DE EENZATEN

Op een eindejaarspersconferentie ging Obama dieper in op enkele aspecten van zijn beleid.

De eenzaten ('lone wolves') in eigen land, of families zoals in San Bernardino, zijn "moeilijk op te sporen", net zo moeilijk als de daders van andereschietpartijen. Wat dat betreft, is raadzaamheid bij de bevolking de boodschap.

We moeten ook niet te veel van de overheid verwachten.

"Geen enkele regering heeft de capaciteit om alle sms-en of sociale media van elke persoon te volgen", wat trouwens "vragen oproept over onze waarden".

En dus zal IS gevaarlijk blijven. "Maar we zullen ze op de vlucht drijven", "systematisch druk zetten", onder meer de financiering, de infrastructuur, de leiding als doelwitten gebruikenhun propaganda treffen.

"Maar in elk gevechtook al boek je vooruitgangblijven er gevaren".

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

UNE LÉGION DE VOLONTAIRES ?


Peut-être faudrait-il constituer une légion de volontaires pour aller en découdre en Syrie aussi bien parmi les militaires de métier que parmi les civils. On verrait alors si l’occident est déterminé à défendre ses valeurs et son style de vie par rapport à ceux qui entendent bien le détruire. Obama est traumatisé par son Nobel de la Paix qui l’empêche d’en découdre avec l’hydre islamiste.


MG



'DE WERELDWIJDE IMPACT VAN IS EN ZIJN GEDACHTEGOED IS ONGEZIEN'

KNACK

'De wereldwijde impact van IS en zijn gedachtegoed is ongezien.' Dat zegtAndré Vandoren, die al jarenlang aan het hoofd staat van OCAD, het Coördinatieorgaan van de Dreigingsanalyse.



André Vandoren © BELGA

André Vandoren staat al jarenlang aan het roer van OCAD, maar stopt er over twee weken meeDe Standaard sprak met hem over de terreurdreiging en IS. 'De wereldwijde impact van IS en zijn gedachtegoed vind ik ongezien.'

'IS WERKT BIJNA ZOALS EEN MULTINATIONAL. ZE ZITTEN OVERAL'

Een terreurgroep als Islamitische Staat heeft hij in heel zijn carrière nog nooitgezien. 'In alle jaren waarin we terroristen opvolgenhebben we nog nooit temaken gehad met dit fenomeen', vertelt Vandoren'Zoals zij werkendat is bijnazoals een multinational als ik me zo mag uitdrukkenZe zitten overal. De wereldwijde impact van IS en zijn gedachtegoed vind ik ongezien.'

'OPMARS VAN IS HEEFT ALLES VERANDERD'

Hij noemt 2012 een zwaar kantelmomenttoen de veiligheidsdiensten zagenhoeveel jongeren naar Syrië vertrokken. 'Daarvoor was er ook al sprakevan foreign terrorist fighters die naar Afghanistan of Somalië gingen, maar datwas onder controle. De opmars van IS heeft alles veranderd.'

Op de vraag of de fameuze Belgische Syriëlijst (een lijst met met 900 geradicaliseerden waarop drie van de terroristen van Parijs stondenhaar doelgemist heeftantwoordt hij: 'Het overgrote deel van die mensen zijngeradicaliseerde personen. Maar iedereen heeft het recht om radicale ideeën tehebbenDat is vandaag geen strafbaar feit.' 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

UNE VRAIE MAFIA

'Zoals zij werkendat is bijna zoals een multinational als ik me zo mag uitdrukkenZe zitten overal. De wereldwijde impact van IS en zijn gedachtegoedvind ik ongezien.' Tout se passe comme si Daech fonctionnait comme une vraie mafia internationale, ce qui le rend absolument terrifiant et d’une redoutable efficacité.


MG

 

 

 

 

 

Aucun commentaire: