dimanche 13 décembre 2015

«LA RÉSISTIBLE ASCENSION » de MARINE LP


 



La victoire en nombre de voix du Front National, singulièrement au premier tour est un électrochoc politique qui frappe les esprits dans l’Europe entière et marquera pour très longtemps l’inconscient collectif français et. Il faudrait, sans doute remonter au Blitzkrieg de mai  quarante du siècle dernier pour retrouver un événement  qui plongeât la France dans pareille sidération un mois après les meurtriers attentats barbares de Paris.

En dépit de son énorme poids électoral, jamais une majorité absolue des électeurs ne s'est portée sur le parti de Adolphe Hitler (la NSDAP). Même en mars 1933 après deux mois de terreur et de propagande, son parti n'obtient que 43,9 % des suffrages. C’est pratiquement le score remporté par Marine Le Pen dans sa région au premier tour. Toutefois, Hitler a atteint xe la sorte son objectif poursuivi depuis fin 1923 : arriver au pouvoir légalement. Et il est hors de doute que le ralliement de la masse des Allemands au nouveau chancelier s'est fait très vite, et moins par la force que par adhésion à sa personne.


"Face à la montée du FN, l’indifférence n’est plus permise, le scepticisme non plus. On n’y croyait pas… Quelque chose en nous de profond refusait l’évidence. Et c’est arrivé :la bourrasque a soufflé, s’est engouffrée. Elle n’a pas déraciné tous les arbres. Et on en arrive à se féliciter des bonnes surprises. Il reste une forêt qu’il faut défendre et agrandir.

Marine Le Pen sait s’y prendre : elle s’est emparée des trois couleurs du drapeau, de "la Marseillaise" et même de notre devise nationale : "Liberté, Egalité, Fraternité". Elle a même proclamé, sans aucune vergogne : "Vive la République !"

On répète qu’il y a eu les migrants, les attentats, qu’il y a le chômage. D’accord, mais il y a aussi, publié avec une franchise déconcertante, un programme soit déraisonnable, soit déshonorant. "

Jean Daniel


Il se pourrait bien que cet électrochoc infligé à la France, Marine Le Pen réussisse à remporter les prochaines présidentielles.

Faut-il désespérer ?

MG


 

NE PAS DÉSESPÉRER!


Jacques Attali




Non clame Jacques Attali, Car nos malheurs  s’expliquent tous, en fait, par une unique cause : la faiblesse des dirigeants politiques. Depuis 30 ans, en effet,  ni la droite ni la gauche n’ont accompli aucune réforme sérieuse. Aucun de leur dirigeant n’a engagé la moindre action  réellement courageuse, dans l’intérêt des générations futures . De peur de mécontenter leurs électeurs d’aujourd’hui,  ils  ont tous, imperturbablement  laissé se dégrader notre école,  notre armée, notre police,  nos ponts, nos trains, nos métros, nos hôpitaux, nos prisons. De peur de perdre des voix,  ils ont laissé survivre les petits privilèges, les minuscules rentes, les dérisoires prébendes. En les faisant financer  à crédit, par les prochaines générations..

PENDANT CE TEMPS-LÀ,  LES EXTRÊMES ONT PU, SANS VERGOGNE, PRÉTENDRE QU’ON AVAIT TOUT ESSAYÉ, SAUF EUX.

Alors que, le malheur de la France est, justement,  qu’on n’a rien essayé du tout.

Le Front National ne fera pas exception: s’il gagne quelques élections régionales, il n’appliquera rien de son  programme, comme il n’en a rien appliqué dans les municipalités conquises l’an dernier, de peur d’indisposer les électeurs avant le grand rendez- vous de 2017.

Et s’il gagne en 2017, ce parti ne fera rien non plus, pour rester longtemps au pouvoir et gagner les élections suivantes .

Mais il sera trop tard : car, avant même que les élections de 2017 ne se tiennent, si la victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle  devient vraisemblable, le monde entier pensera que la France se prépare à sortir de l’euro;  des centaines, sinon des milliers, de milliards fuiront  le pays en quelques semaines. Ils ne reviendront jamais, et la France sera ruinée. Le FN sera discrédité, sans avoir agi. Par la seule absurdité de son programme, qu’il fait tout aujourd’hui pour faire oublier.

A moyen terme, à l’occasion de la prochaine élection présidentielle,  énoncer clairement, au plus vite,  sans craindre d’être provisoirement impopulaire, les réformes majeures à mettre en œuvre, une fois élus, sur les sujets majeurs: emploi, sécurité, immigration, intégration, défense, éducation. Des réformes rapides.  fermes, claires.

Je suis convaincu que le pays n’attend que cela,  que le malheur qui le guette peut encore être évité et que la France peut ne pas se réduire à osciller entre Daesh et le Front National.

Quelle voix se fera ainsi  entendre? (J. Attali)

 

 

Aucun commentaire: