dimanche 10 janvier 2016

Abandon du projet de Saidi contre la radicalisation: «Mais quel gâchis!»

Le Soir

Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef

L’édito de Béatrice Delvaux.



•                                                   Ismael Saidi © Le Soir

 

Pas besoin de terroristes pour nous faire du mal, nous nous en chargeons parfaitement bien tout seuls. Serions-nous au bout du compte, nos pires ennemis ?

Comment en effet expliquer, comprendre, justifier, qu’alors que la lutte contre la radicalisation des esprits est notre priorité numéro un, nous en sommes arrivés avec une efficacité inouïe (même pas deux jours) à torpiller un projet de solution adapté à un des défis impossibles du moment – le radicalisme islamique –, à dégoûter un des hommes qui s’est le plus mouillé le maillot ces derniers mois et à le placer par la même occasion sous les menaces de fous furieux le traitant de chien d’infidèle – mais qui en rêve ? –, à afficher une pagaille politique d’une grande mesquinerie et à en remettre une couche sur la mauvaise réputation de la gestion de la chose publique bruxelloise. Non seulement, nous fabriquons des extrémistes, mais nous n’arrivons pas à protéger ceux qui veulent lutter contre eux. Mais qui peut se permettre ce luxe !

C’EST BIEN D’UN COMBAT QU’IL S’AGIT

Ismaël Saidi n’est pas le messie et son projet n’est pas la panacée. Mais il faudra quand même nous prouver qu’il y a vraiment beaucoup d’autres candidats à l’enregistrement de capsules vidéo ludiques, permettant de vulgariser le contenu d’un Coran non dévoyé, à destination de tous publics, en trois langues. De la même manière que les caricaturistes ne sont plus légion, les musulmans osant jouer aux « Fred et Jamy du Coran » ne doivent pas courir les rues. Mesure-t-on bien la témérité de la proposition d’un acteur et deux philosophes, tous trois musulmans, qui veulent poursuivre le travail de réforme, de mutation, de révolution d’une religion contre l’avis, la volonté et le désir de certains membres souvent éminents de leur communauté ?

Il y a d’autres Saidi, et d’autres Benzine, mais pas suffisamment en tout cas pour se priver d’un de ceux qui étaient prêts à livrer le combat. Car c’est bien d’un combat qu’il s’agit.

LE RADICALISME GAGNE UNE NOUVELLE MANCHE

Qu’est-ce qui a dysfonctionné ? Comment le monde politique – dans ce cas, c’est lui qui est en première ligne des solutions – n’est pas arrivé à accompagner, gérer, protéger de manière adulte ceux qui sont venus avec une idée et du courage ? Fallait-il un marché public ? Un appel d’offres ? Peut-être, mais ce n’est pas notre problème aujourd’hui, c’était celui de tous ceux qui auraient dû refréner l’envie d’engranger des points, ou de les contester, pour viser l’obligation de résultat.

Tout ce qu’on voit aujourd’hui serait juste lamentable, si ce n’était pas suicidaire : mardi, nous avions un projet, des idées, des volontaires, deux jours plus tard, on a des politiques divisés (parfois dans leur propre camp), des réfractaires musulmans ravis et les mines réjouies des frustrés et des aigris.

Au final, le radicalisme gagne une nouvelle manche. Et cette fois, ce n’est pas la faute aux djihadistes. C’est, inexplicablement, la nôtre.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE DESARROI DES FORUMEURS

 

Ce nouvel édito très inspiré de Béatrice Delvaux (ils le sont pratiquement tous) suscite, comme toujours, la polémique chez les forumeurs. Parmi les réactions diverses et généralement négatives (pauvre Béatrice, ils ne savent pas la chance qu’ils ont de lire vos analyses) je ponterai celles-ci :

 

« Béatrice, le citoyen "Lambda" que je suis, après avoir lu et relu et votre édito, ainsi que le Kroll y relatif, reste néanmoins sur sa faim. Vous ne nous avez informé qu'à moitié, moi j'attends de vous après votre "coup de gueule" de nous informer avec force détails et autres preuve à l'appui, vous en avez largement tous les moyens, sur les mesquineries de bac à sable politico-habituelles qui ont contribué, si c'est bien le cas, à faire faire capoter ce projet d'Ismael Saidi de déradicalisation qui en dérange plus d'un et plus d'une semble-t-il. »

Ce forumeur lève un coin du voile, se permet une insinuation malveillante mais répugne à aller jusqu’au bout de sa pensée. Dommage.

 

« Nos politiciens ne peuvent s'empêcher de se tirer dans les pattes. Ça doit être gravé dans leurs gènes. » Ils sont hélas enfermés dans leur propre logique qu’ils sont quelquefois les seuls à comprendre. Il s’agit bien d’une logique de recherche permanente de l’attention des médias en vue de critiquer, et surtout de conquérir le pouvoir dont ils ne font généralement pas grand-chose, tant ils sont préoccupés de le conserver.

« Cela étant, les menaces émanant d'un frange du monde musulman, dont Saidia clairement fait état dans la presse, ont de quoi inquiéter, elles aussi. »

A mon sens c’est de cette menace très inquiétante qu’il serait bon de parler. Il est assez mal vu de sortir du rang dans la communauté des croyants musulmans.

 

« Soit les intégristes musulmans ne sont, comme on le répète souvent, quune infime minorité et alors je ne vois pas pourquoi on aurait du mal à trouver des volontaires parmi limmense majorité de musulmans modérés qui sont chez nous, soit les intégristes sont beaucoup plus nombreux que ce quon nous raconte et là on a un sérieux problème. »

C’est à l’évidence la bonne question à laquelle on craint de répondre car cela fait très peur.


« Le temps des "pastilles vidéoludiques" est passé. Cette méthode a-t-elle été utilisée à l'étranger ? Si c'est oui, pour quel résultat ? Étonnant que ces questions pourtant basiques soient complètement laissées de côté dans l'article ci-dessus. »

Mais encore ? En tout état de cause, le temps de la réflexion critique n’est certes pas dépassé.

Ces forums donnant la parole à la vox populi sont monopolisés par un ramassis de râleurs incapables de mesurer le talent et l’indépendance d’esprit de la très grande éditorialiste qu’est Béatrice Delvaux. Personnellement je lui tire une fois de plus mon chapeau et lui dis "bravo Béatrice pour votre perspicacité dans le choix et le traitement de vos sujets."

Et je joins toute ma sympathie au Schaerbeekois Ismael Saidi et l’invite à ne pas laisser tomber les bras.

MG

 

 

 

 

 

Aucun commentaire: