lundi 8 février 2016

Jan Jambon: «Je veux qu’on sache qui habite à Molenbeek et dans quelle maison»


C.Bq. Le soir

Molenbeek

Ce lundi, 20 policiers seront affectés à Vilvorde et 50 à Molenbeek dans le cadre du « Plan Canal ».


•                                                     © Belga

 

C’est le coup d’envoi pour le « Plan Canal » présenté vendredi par le ministre de l’Intérieur. «  Dès aujourd’hui, 50 policiers arrivent à Molenbeek et 20 à Vilvorde  », a confirmé Jan Jambon au micro de Bel RTL. Au total, 300 policiers supplémentaires seront affectés cette année et 500 en 2017.

 

Le ministre de l’Intérieur est revenu sur la décision de ne pas intervenir uniquement dans la commune de Molenbeek (au total huit communes sont concernées par le plan : sept à Bruxelles et Vilvorde) : «  Après concertation, nous avons défini cette zone car la radicalisation n’est pas un phénomène qu’on ne voit qu’à Molenbeek. Nous nous sommes basés sur des paramètres policiers  ».

« SAVOIR CE QU’IL SE PASSE DANS LA COMMUNE »

Quant à sa volonté de «  s’occuper personnellement de Molenbeek  », le ministre de l’Intérieur a assuré qu’il voulait «  qu’on sache qui habite à Molenbeek et dans quelle maison. Cela peut passer par le porte-à-porte ou encore par la vérification des factures de gaz ou d’électricité  ».

Jan Jambon a toutefois insisté sur le fait que les policiers ne devront pas se transformer en espion, «  leur tâche doit consister à savoir qui habite là et ce qu’il se passe dans la commune  ». Pour le ministre, la police locale a un atout : «  l’élément clé est la proximité  ».

Un contrôle des mosquées sera aussi renforcé. Mais là aussi, il ne s’agira que «  des locaux qui ne sont pas reconnus et où l’on pense que des prêcheurs de haine peuvent agir. Les mosquées reconnues ne seront pas visées. »

Ce « Plan Canal » consiste bien à un renforcement des capacités dans les communes ciblées. «  Nous mettons à disposition des policiers fédéraux dans les zones locales. Il ne s’agit pas là d’argent  ».

 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

LE PIRE DE TOUS LES MODES DE GOUVERNANCE : L’URGENCE


Franchement ce qui ici devrait surprendre c’est que toutes ces mesures annoncées à grand renfort de communiqués de presse n’ont pas été mises en place il y a des années déjà. Tout se passe comme s’il fallait prendre en urgence tout en train de mesures que les précédents gouvernements ont complètement négligées de prendre. Le parallélisme avec l’incurie relative à l’entretien des tunnels est absolument évident. Obsédés par le court terme et l’électoralisme, les partis politiques négligent les fondements de la gouvernance : gouverner c’est prévoir. On ne prévoit plus rien, on est obsédé par l’urgence qui devient elle-même un mode de gouvernance, le pire de tous, celui-là même qui feint de nous gouverner à Bruxelles au sens large.

MG

 

 

Aucun commentaire: