lundi 29 février 2016

Le piétonnier donne un «sentiment d’amateurisme et d’improvisation»

Le Soir

Belga

 

La plate-forme Pentagone présente un bilan du piétonnier bien différent de celui d’Yvan Mayeur.



•                                                        © Bruno D’Alimonte pour Le Soir

La plate-forme citoyenne « Pentagone » a un avis beaucoup plus partagé que le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Yvan Mayeur (PS), et l’échevine de la mobilité, Els Ampe (Open VLD), au sujet du bilan de la mise en œuvre du piétonnier sur les boulevards du centre de la capitale après 8 mois, ressort-il de l’analyse de ce groupe de comités d’habitants et d’associations présentée lundi.

La plate-forme considère toujours que ce piétonnier doit être davantage à l’environnement social, culturel et économique et moins formaté pour le tourisme.

Pour elle, les indicateurs retenus par la Ville pour son évaluation restent inconnus du public et les modifications apportées au plan de circulation ne sont pas autrement modifiées. La manière de procéder «  à la hussarde  » a fait fuir les automobilistes qui« ont préféré changer de destination que de mode de transport ».

Le défaut de gestion adéquate de la signalisation «  est à l’origine de la baisse du chiffre d’affaires dont se plaignent de nombreux commerçants. »

« SENTIMENT D’AMATEURISME ET D’IMPROVISATION »

Le report du trafic automobile des boulevards centraux vers des petites rues latérales peu aérées « a considérablement dégradé la qualité de vie des riverains ». Mais il est impossible de chiffrer le niveau de pollution de ces rues qui ne sont pas équipées pour ce faire, a ajouté la plate-forme.

Pour celle-ci, le paradoxe consistant à la fois à tenter de ramener des voitures vers le piétonnier et de prendre le risque d’accroître le trafic des poches de circulation qu’elle a elle-même créées dans les rues latérales, renforce «  le sentiment d’amateurisme et d’improvisation  » qui se dégage du projet.

La plate-forme a enfin demandé du changement en faveur d’une cité agréable à vivre pour tous, au départ d’une concertation avec l’ensemble des acteurs concernés, et d’«  études objectives étayées par des données transparentes ».


 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY

AMATEURISME ET IMPROVISATION


  La manière de procéder «  à la hussarde  » a fait fuir les automobilistes qui« ont préféré changer de destination que de mode de transport ».

Le défaut de gestion adéquate de la signalisation «  est à l’origine de la baisse du chiffre d’affaires dont se plaignent de nombreux commerçants. »

Bref, si l’idée de départ était tout à fait sympathique et franchement séduisante, en revanche la mise en place concrète du piétonnier s’est révélée parfaitement calamiteuse. Tout se passe comme si c’était le caprice d’un bourgmestre imposé sans vergogne et sans consultation aucune à l’ensemble des bruxellois, principaux usagers du centre-ville. Déjà et depuis longtemps, les commerces de luxe ont fuit Bruxelles, la plupart s’étant installés à Waterloo voire même à Lasne pour certains d’entre eux.

Tout cela est absolument désastreux pour l’image de Bruxelles et sa réputation internationale. Il n’est pas du tout impossible que les embarras de circulation permanents qui font de Bruxelles la capitale la moins mobile d’Europe entraînent, à terme, le départ des institutions européennes. Certains s’en réjouiront, la prospérité de la ville en prendrait un sérieux coup.

MG

 

Aucun commentaire: