jeudi 21 avril 2016

'Première belge' au Collège St-Michel: catholiques et musulmans vont prier ensemble

La Libre
CHRISTIAN LAPORTE
Marie est reconnue à la fois par l'Islam et la grande famille chrétienne
En Belgique, Dieu et Allah merci, les attentats du 22 mars n'ont pas débouché sur une radicalisation des esprits chrétiens et musulmans, les uns vis-à-vis des autres et vice-versa. Sans doute une vertu collatérale de l'esprit national qui préfère de loin les jeteurs de ponts aux casseurs de compromis...
Depuis les événements de Paris de janvier et de novembre 2015, toutes les occasions de dialogue ont été saisies, que ce soit à Bruxelles – notamment à travers l'association El Kalima – ou encore à Louvain-la-Neuve où différentes rencontres ont été mises sur pied. Une bonne entente qui se reflète aussi dans les rencontres que le Premier ministre Charles Michel a suscitées autour des représentants officiels des six cultes et de la laïcité organisée et qui devraient donner lieu à la création d'un lieu de concertation plus permanent.
Depuis lors, la dimension spirituelle s'impose aussi petit à petit : pendant la Semaine sainte, il y a eu des moments privilégiés entre la paroisse St-François d'Assise et la mosquée de Louvain-la-Neuve sous l'impulsion commune du curé, le P. Dominique Janthial et ses collègues imams.
PRIÈRE MUSULMANO-CHRÉTIENNE
Un nouveau pas sera franchi ce samedi 23 avril dans l'après-midi en l'église du Collège Saint-Michel à Etterbeek : le lieu du culte dédié à Saint-Jean Berchmans accueillera en effet à partir de 13h30 une rencontre de prière musulmano-chrétienne autour de la personnalité de Marie, reconnue à la fois par l'Islam et la grande famille chrétienne.
Intitulée “Ensemble avec Marie sur un chemin de paix", il s'agira selon les organisateurs tant chrétiens que musulmans, à la fois d'une "rencontre spirituelle et citoyenne accessible à toutes les personnes de bonne volonté, toutes générations confondues"...
A la base de l'initiative se trouve l'association Efesia lancée en 2014 en France et qui compte désormais aussi une section Efesia Belgium.
DANS LA LIGNE DE "NOSTRA AETATE"
L'association précise: "Pour l’heure, dans les temps particulièrement sensibles que nous traversons, nous avons perçu un appel clair à aller à la rencontre des musulmans pour promouvoir un « vivre ensemble » renouvelé et contribuer à la paix. Il y a eu des appels en ce sens depuis la France mais aussi depuis la Belgique et aussi d'Afrique. Pour vivre cette mission, notre association s'inspire du texte conciliaire, «Nostra ætate », la déclaration du Concile Vatican Il sur les relations de l’Église avec les autres religions. Ce document souligne l’importance du dialogue interreligieux et rappelle en même temps le devoir de l’Église d’annoncer sans cesse le Christ, la Voie, la Vérité et la Vie.
Pour renouveler le dialogue entre chrétiens et musulmans, et redonner du souffle, il faut aller aujourd'hui plus clairement sur la rencontre humaine et culturelle, par une approche spirituelle."
UNE INITIATIVE VENUE DU LIBAN
Une approche qui passe par la référence à Marie qui appartient à la fois aux chrétiens et aux musulmans. C’est en fait au Liban que, depuis le 25 mars 2007, chrétiens et musulmans ont décidé de fêter chaque année l'annonciation faite à Marie, de la naissance de Jésus.
Un véritable enjeu aussi pour l’unité du pays... Il y fut perçu si fortement par les autorités que depuis ce jour, le gouvernement libanais a déclaré la journée du 25 mars « fête nationale islamo-chrétienne ».
De plus en plus de voix se sont élevées pour exporter l'idée dans d'autres pays multiculturels où coexistent plusieurs religions qui se côtoient sans vraiment se connaître. Or Marie est l’intermédiaire par excellence pour que se rencontrent musulmans et chrétiens. Ainsi les récits de l’annonciation dans l’Evangile de Luc et dans le Coran sont très proches. En outre, pour les chrétiens comme pour les musulmans, Marie est un modèle de foi en Dieu ou en Allah. Elle est, enfin, par le respect que lui vouent les deux communautés un lien fondamental et précieux pour l’une et l’autre confession.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
PROMOUVOIR UN « VIVRE ENSEMBLE » RENOUVELÉ ET CONTRIBUER À LA PAIX

C’est évidemment une initiative extrêmement séduisante qui permet de braquer un projecteur en direction du navire-amiral de l’enseignement catholique à Bruxelles : le collège Saint-Michel.
Faut-il s’en réjouir ou s’en indigner ? Se réjouir certainement d’une initiative qui vise une sorte de dialogue interreligieux concret proposé à la jeunesse étudiante. En cela c'esr un geste fort est tout à fait bienvenu. Mais on peut y voir également une opération marketing -dont l’enseignement libre catholique a le secret- en vue d’attirer toujours plus d’élèves dans l’enseignement catholique, fussent-ils agnostiques ou d’une autre confession. C’est de bonne guerre et on sait que depuis la signature du pacte scolaire, la guerre scolaire s’est poursuivie avec d’autres moyens : notamment le marketing scolaire et la propagande indirecte via la presse bien-pensante. L’initiative de prière en commun va exactement dans ce sens.
C’est donc, qu’on le veuille ou non, une pierre dans le jardin broussailleux de l’école publique.
MG

Aucun commentaire: