samedi 23 avril 2016

Boris Dilliès (MR): "Yvan Mayeur, un gourou de la secte du Temple du Soleil qui nous tuera tous "


DORIAN DE MEEÛS & JONAS LEGGE  La Libre Belgique
  
 
La colère gronde parmi les commerçants, les restaurateurs et certains habitants du centre de Bruxelles. En cause : la menace terroriste sur la capitale, la fermeture du tunnel Stéphanie et le piétonnier qui empêchent de nombreux clients de se rendre dans cette partie de la ville. Or, pour beaucoup, le seul élément sur lequel les autorités politiques ont une emprise, c'est le piétonnier. Mais le bourgmestre Yvan Mayeur semble n'en avoir cure, refusant de modifier son projet. Quant au MR, partenaire de majorité, il reste particulièrement silencieux face aux critiques. Un autre libéral a cependant décidé de sortir de son silence : Boris Dilliès. Il l'annonce tout de go, c'est en sa qualité de vice-président du MR bruxellois et de député régional qu'il s'autorise "à parler de tous les sujets qui concernent les Bruxellois". Interview.
LE MR, DANS LA MAJORITÉ COMMUNALE AVEC LE PS, EST AUSSI FUSTIGÉ POUR SON SILENCE ET SON MANQUE DE RÉACTION. VOTRE PARTI ENTEND-IL CES REPROCHES ?
Oui, il faut entendre les mécontentements et ce n’est pas exact de dire que le MR bruxellois ne bouge pas sur ce dossier. Pour répondre aux attentes et remarques, il faut pouvoir se baser sur un constat clair.
VOUS AVEZ DRESSÉ UN TEL CONSTAT ?
Il est incontestable que le piétonnier tel qu’il existe aujourd’hui n’est autre qu’un repoussoir ! Plusieurs commerces sont en train de crever sous nos yeux, ici et maintenant, avec des chutes de chiffres d’affaires pouvant atteindre 60%. C’est une réalité. Nous avons donc un problème de fond concernant ce piétonnier, même si l’idée est très ambitieuse. Le MR de la Région et celui de la Ville de Bruxelles convergent sur ce constat, mais aussi sur les solutions à apporter. Il faut rappeler que l’accord de majorité prévoit certes un piétonnier, mais beaucoup moins gargantuesque puisque le projet initial devait aller de la Bourse à la rue des Teinturiers. C'était plus cohérent.
QUE S’EST-IL PASSÉ ENTRE CE PROJET THÉORIQUE ET LA RÉALITÉ ?
L’idée du piétonnier n’est pas un projet d’Yvan Mayeur. Par contre, le projet mégalomane qui ne tient pas compte des impacts économiques et de mobilité, ça, c’est la réalisation d’Yvan Mayeur. C’est de sa responsabilité ! Le constat est qu’on a fait une zone anti-voitures beaucoup trop grande et non une zone piétonnière. Ils ont mis des barrières sur les routes et trois tables de pique-nique puis ont annoncé "Ceci est un piétonnier". C'est du Magritte ! Ailleurs en Europe, aucun piétonnier ne s’est fait sans concertation et sans vision… C’est un premier problème.
QUELS AMÉNAGEMENTS PROPOSEZ-VOUS ?
Il ne faut certainement pas supprimer ce piétonnier mais nous devons y apporter des corrections pour répondre concrètement à ses effets néfastes. Pour inverser son aspect repoussoir en aspect attractif, il faut remettre rapidement la rue du Midi dans les deux sens pour redonner un accès facile à la place Rouppe. Ensuite, restaurer les deux sens aussi de la rue de Laeken pour redonner de l’oxygène à la place Sainte-Catherine, au quartier Vismet et à la rue Dansaert. D’autres modifications de rues peuvent relancer la mobilité du quartier assez facilement.
LE MR DE BRUXELLES-VILLE PARTAGE-T-IL VOS PROPOSITIONS ?
Oui, absolument. Maintenant, le MR de Bruxelles est un partenaire loyal formé de trois échevins. Il n’est dès lors pas toujours facile d’imposer ses vues face à la vision mégalo et non-concertée d’Yvan Mayeur.
EST-IL IMPOSSIBLE DE FAIRE ENTENDRE RAISON À YVAN MAYEUR ?
Je suis un grand optimiste, donc je pense qu’il réalisera à un moment donné qu’il n’est plus possible pour lui de n’être accepté que dans les restos du Zoute. Il doit pouvoir se remettre en question. Actuellement, il me fait penser au gourou de la secte du Temple du Soleil qui entraîne tout le monde dans son piétonnier gargantuesque qui nous tuera tous ! En réalité, le MR bruxellois et celui de la Ville de Bruxelles n’ont pas l’intention de jouer dans le cadre de la secte du Temple solaire d’Yvan Mayeur. Ça, c’est non ! De plus, j’aimerais entendre la position de l’échevin PS du Tourisme, Philippe Close.
NOMBREUX SONT CEUX QUI ATTENDENT AUSSI LE POSITIONNEMENT DE MARION LEMESRE, ÉCHEVINE MR AU COMMERCE ET À L’EMPLOI, MAIS ON NE L’ENTEND PAS.
On l’entend, mais vous admettrez que je suis – en tant que député de la Région et vice-président du MR bruxellois – plus libre qu’elle pour exprimer une position forte du MR par rapport à ce dossier. Marion Lemesre tente d’apporter des solutions en interne sans se répandre dans les médias. Au sein du Collège communal, en ce compris parmi les socialistes, il y a un débat pour sortir de la logique du Temple du Soleil et pour redonner envie aux gens de venir dans le centre… pour voir autre chose que trois tables de pique-nique. A peu de frais et sans attendre des travaux très lourds, on pourrait faire quelque-chose qui ait de la gueule, comme placer des œuvres monumentales.
EST-CE VRAI QU’IL Y A UN ACCORD DE NON-AGRESSION ENTRE L’ÉCHEVIN DES SPORTS ALAIN COURTOIS (MR) ET YVAN MAYEUR ? IL SE MURMURE QUE LE PREMIER A OBTENU LE STADE NATIONAL DONT IL RÊVAIT TANT ET QU'EN ÉCHANGE LE SECOND A PU METTRE EN PLACE SON PROJET DE PIÉTONNIER.
C’est un canard répandu auquel il faut tordre le cou, on n’est pas du tout dans ce genre de marchandage. Ce sont deux projets de Ville différents, distincts, et qui n’ont pas pour objet de se neutraliser.
UNE AUTRE RUMEUR AFFIRME QUE LA CHUTE DES VALORISATIONS DES BIENS IMMOBILIERS PRÈS DU PIÉTONNIER ARRANGE QUELQUES GRANDS GROUPES. CERTAINS ONT-ILS INTÉRÊT À LAISSER POURRIR LA SITUATION ?
Faisons attention aux rumeurs, d’autant que je n’ai pas le moindre indice en ce sens. Par contre, on me dit que de grands groupes immobiliers investiraient aux abords, mais ce n’est pas en soi une mauvaise chose. Cela démontre au contraire qu’ils croient au potentiel du centre-ville et du piétonnier à très long-terme. Mais évidemment, cela ne règle aucunement le problème de celui qui doit payer ses charges aujourd’hui dans un tel contexte économique.
LA PÉRIODE DE TEST DU PIÉTONNIER EST TERMINÉE DEPUIS LE 29 FÉVRIER. OR, QUASIMENT AUCUN CHANGEMENT N'A ÉTÉ APPORTÉ DEPUIS.
C'est très bien d'avoir un test mais encore faut-il en tenir compte. Aujourd'hui, Yvan Mayeur doit arrêter d'être aveugle, le test est négatif, c'est un repoussoir. L'idée n'est pas de refuser d'avoir de l'ambition pour Bruxelles mais de corriger le tir. L'un des buts était que les habitants du sud de la Région bruxelloise aillent davantage dans le centre. Au moment où cette partie de la population commençait à se rendre à la rue de Flandre, à la place Saint-Catherine ou aux Halles Saint-Géry, la dynamique s'est brisée. Et ceux qui souhaitent vraiment s'y rendre n'y arrivent quasiment pas. Le plan de mobilité est un village de Schtroumpfs : on ne s'y retrouve pas.
"LE TUNNEL STÉPHANIE? LA NUIT ET LE WEEK-END, IL N'Y A PERSONNE SUR CE CHANTIER!" 

  Cette semaine, nous avons appris que la réouverture du tunnel Stéphanie était repoussée à fin juin.
Ce tunnel est fermé depuis le 12 janvier. Il a fallu presque deux mois pour qu'on commence à y travailler. Aujourd'hui, la nuit et le week-end, il n'y a personne sur ce chantier. C'est digne d'une région sous-développée ! Je ne dis pas qu'il faut travailler comme à Dubaï mais, vu les conséquences économiques qu'a la fermeture de ce tunnel, il faut investir les moyens pour y travailler non stop. J'ai posé la question par écrit à Pascal Smet (ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux publics) : pourquoi ne travaille-t-on pas 24h/24 ? Il m'a fourni une semi-réponse, expliquant qu'il fallait laisser sécher... Mais arrêtons de dire n'importe quoi. La réalité, c'est qu'on ne tient pas suffisamment compte de l'impact économique !
DANS SES CONCLUSIONS, LA COMMISSION TUNNEL A OPTÉ POUR LA RESPONSABILITÉ COLLECTIVE ET N'A DONC POINTÉ AUCUNE RESPONSABILITÉ INDIVIDUELLE. VASTE BLAGUE, À LAQUELLE VOUS AVEZ PARTICIPÉ, NON ?
C'est le MR qui a demandé et obtenu cette commission. Nous y avons dressé les constats, et notamment la non gestion depuis plus de 10 ans. Par exemple, entre 2003 et 2008, Pascal Smet a ralenti l'inspection des tunnels. On a vu aussi que Brigitte Grouwels n'avait pas utilisé l'entièreté de ses budgets. Des problèmes de management ont également été constatés à Bruxelles-Mobilité. Mais ce qui importait avant tout, c'était de dégager des solutions.
QUELLES SONT-ELLES ?
Concrètement, nous avons obtenu que 1) au sein de l’administration de Bruxelles-Mobilité, un organe va être dédié spécifiquement à l'entretien des tunnels ; 2) le partenariat public-privé va devenir une réalité pour la rénovation et l'entretien ; 3) un audit externe de Bruxelles-Mobilité va être réalisé par la Cour des Comptes pour les chiffres, le management et les stratégies. Ce n'est pas rien, il y a un avant et un après commission !
LA RESPONSABILITÉ DE PASCAL SMET A ÉTÉ CLAIREMENT POINTÉE DU DOIGT. OR, IL EST TOUJOURS MINISTRE. AURAIT-IL DÛ DÉMISSIONNER ?
Sa démission, nous l'avons demandée après la fermeture du tunnel Stéphanie. La majorité estime qu'il n'en est pas question. Au MR, nous n'allons pas nous taper la tête contre le mur pendant 10 ans. Ce que nous voulons, c'est qu'avec la majorité en place, les choses soient gérées.
Entretien : Dorian de Meeûs & Jonas Legge 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
JAMBON ET MAYEUR FOSSOYEURS DE BRUXELLES ?

Les effets cumulés de l’arrogance de l’Yvan mayeur et de la propagande poujadiste de Jan Jambon font un tort inouï à la réputation de Bruxelles et pas seulement à son image.
La très timide riposte du MR amer et la volée  de bois vert de Défi ne suffiront pas à faire revenir les touristes à Bruxelles et les clients friqués de la périphérie dans les gargotes de luxe aux prétentions gastronomiques. On peut s’attendre à un exode du gratin gastro vers les mornes plaines de Waterloo.  Bruxelles se meurt doucement mais sûrement et tout le monde s’en fout. C’est absolument révoltant.
MG


BRUXELLES : INTIMIDATIONS APRÈS L’APPARITION D’AFFICHES ‘MAYEUR, PAS LE BIENVENU’ ?


Depuis plusieurs semaines, les témoignages et plaintes de commerçants du centre-ville de Bruxelles pleuvent. Face à la menace terroriste, aux tunnels fermés et aux conséquences du grand piétonnier, ils sont de plus en plus nombreux à faire part de leur 'ras-le-bol' face à la chute de leurs chiffres d’affaires. Parmi ces trois causes, seul le piétonnier pourrait évoluer si le bourgmestre de Bruxelles acceptait de revoir sa copie. Ceci explique pourquoi les commerçants et restaurateurs n’hésitent plus à afficher leur colère.
La réaction de la cheffe du restaurant gastronomique Cécila, qui a viré Yvan Mayeur de son établissement, a donné des idées aux autres. Certains commerçants commencent donc à afficher une photo du visage du maïeur entouré d’un cercle rouge et du texte « Non élu, pas le bienvenu ». L’un d’eux nous confie : « on est tous au bord du gouffre et lui ne voit rien et refuse de reconnaître son erreur. Cela nous rend dingue !».

Cette nouvelle méthode symbolique de contestation ne semble pas plaire au burgmestre à en croire les témoignages recueillis au centre-ville, comme en témoigne le bijoutier Michel Wajs (rue du Midi) : « La semaine dernière, deux femmes sont passées à la bijouterie. Elles ont regardé la vitrine et dit à mon fils qu'on risquerait des problèmes avec cette affiche. Elles ont ensuite poursuivi leur chemin et ont été chez d'autres commerçants plus loin. Quelqu'un a reconnu qu'une des deux était une proche du cabinet d'Yvan Mayeur. Hier, un homme est passé prendre des photos. Il a dit à mon fils que ce qu'on fait est illégal et qu'on risque une amende. Il lui a présenté une carte de la Ville de Bruxelles. Alors, soit c'est un employé qui veut faire de l'excès de zèle et faire bonne figure auprès d'Yvan Mayeur, soit c'est réellement un employé du bourgmestre ou un de ses proches. »
DES INTIMIDATIONS
Notre interlocuteur ne cache pas sa colère face à ce qu’il nomme des 'intimidations': « On est en démocratie, c'est inconcevable. Je suis le 4e à avoir été intimidé de la sorte. Et le plus grave, c'est un commerçant à qui on a conseillé de la mettre en veilleuse. Il demandait un permis pour sa terrasse. On lui a répondu qu'il allait avoir des problèmes. Et une personne proche du cabinet Mayeur a sorti un article de presse dans lequel le commerçant se plaignait du piétonnier. Je ne comprends pas la position d'Yvan Mayeur. Il a tout le monde contre lui. Il va finir par être désavoué par son propre parti. Cela fait 40 ans qu'on est là et entre juin et octobre, notre chiffre est descendu de 30 %. Et depuis les attentats, c'est la bérézina. »
Les commerçants regrettent que "les gens ont pris goût à ne plus venir en ville, ils en ont marre de tourner en rond pour se garer".
Cependant, et contrairement à des commentaires sur les réseaux sociaux, nous n'avons recueilli aucun témoignage qui confirme qu'un pv a été dressé ou qu'une amende a été signifiée. Tout comme aucun commerçant ne témoigne d'une visite policière dans son établissement suite à un tel affichage. 

 

Aucun commentaire: