dimanche 3 avril 2016

Le maire de New York à Yvan Mayeur: «Nous voulons vous aider »


Véronique Lamquin     Le Soir
Attentats de Bruxelles
Bill de Blasio a appelé le bourgmestre de Bruxelles, samedi, pour lui témoigner sa solidarité. Et propose d’échanger leurs expériences.

• Bill de Blasio, maire de New York © Reuters

Anne Hidalgo fut la première à exprimer sa solidarité avec Bruxelles. Puis, très vite, des maires d’autres grandes villes ont appelé Yvan Mayeur pour témoigner leur soutien. Samedi soir, lorsque le téléphone du bourgmestre de Bruxelles sonne, c’est Bill de Blasio qui veut, lui aussi, dire « sa solidarité en ces moments si difficiles ». « Et surtout, je voudrais vous faire savoir que si je peux vous aider d’une quelconque manière, ou si nos services peuvent faire quoi que ce soit, nous voulons le faire », insiste le maire de New York.
« Nous avons beaucoup appris du 11 septembre »
Une proposition acceptée avec enthousiasme par Yvan Mayeur, désireux de développer les liens entre villes du monde entier. « Nous pourrions organiser une rencontre… » « Oui, venez ici quand vous avez le temps ou, si c’est mieux pour vous, nous pouvons venir chez vous », suggère Bill de Blasio. « Je vais proposer à Anne Hidalgo d’organiser une rencontre Paris/New York/Bruxelles. Je pense que votre expérience pourrait nous être très utile. Pour l’instant, à Bruxelles, on voit beaucoup de souffrance mais aussi beaucoup de solidarité. Mais j’ai peur que tout cela ne soit pas fini. »
« Je suis tout à fait d’accord avec vous, ce n’est pas fini, estime aussi le maire de New York. Et c’est pour cela que toutes les villes du monde doivent se soutenir, échanger des informations et des stratégies. Nous avons beaucoup appris du 11 septembre. Nous avons vécu une extraordinaire unité. Et, après une tragédie pareille, il y a une opportunité de renaissance et de progrès. »
Bill de Blasio insiste aussi sur la multiculturalité des cités. « Nous apprenons à réussir ce défi. Sur ce point-là aussi, nous avons des choses à partager, entre villes. » « Ce serait un excellent message pour les citoyens », estime Yvan Mayeur. « Soyez assuré que nous ferons tout ce que nous pouvons pour vous aider », conclut le maire de New York. Reste à accorder les agendas.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ENCORE LUI

C’est Rudi Vervoort, ministre président en titre de la Région Bruxelles-capitale, qui va être content. Yvan Mayeur lui rafle systématiquement la vedette.
Une fois encore, une fois de plus, après son voyage hyper médiatisé à Paris, son numéro de claquette devant les marches  de la Bourse le voici maintenant au départ pour New York, notre sémillant bourgmestre de Bruxelles et avec seulement  2000 voix de préférence quand le très populaire Thielemans en faisait plus de 6000. Le patron de Bruxelles désormais c’est lui, le rempart contre les hooligans d’extrême droite c’est encore lui et surtout le piétonnier calamiteux c’est vraiment lui.
Yvan Mayeur a de la suite dans les idées, l’ennui c’est qu’il n’a aucune idée de la manière dont fonctionne une ville moderne en démocratie.
Ville-Région ? Région-ville ? Le statut de la capitale est flou comme toute la construction Belgique, du reste. Et c’est bien sûr lors d’une crise majeure comme celle que nous traversons qu’on prend toute la mesure de cette absurdité. Charles Michel a prévenu : il ne veut pas d’une nouvelle réforme des institutions. Qu’on se le dise.
MG

Aucun commentaire: