jeudi 21 avril 2016

Le PS fragilisé après la condamnation par Schaerbeek des propos discriminatoires envers les musulmans


Yves Goldstein, président de la section PS de Schaerbeek. - © Brussels Forum 2016
Le conseil communal de mercredi soir à Schaerbeek s'annonçait assez calme, voire digne avec les hommages appuyés rendus à l'ancien bourgmestre Francis Duriau, décédé le 29 mars dernier. Il n'en a rien été, surtout en fin de séance.
Une motion émanant des rangs de la majorité LB-cdH-Ecolo (Mohamed Echouel) a fait irruption pour demander aux élus de condamner les propos de Jan Jambon relatifs aux danses des musulmans après les attentats du 22 mars dernier. Celle-ci aurait pu en rester là si le MR n'avait pas décidé, par la voix du conseiller Abdallah Kanfaoui, de rajouter dans la condamnation les propos d'Yves Goldstein, conseiller communal PS, président de la section et chef de cabinet du ministre-président Rudi Vervoort. La RTBF vous en parlait récemment:lors d'une table ronde internationale, Yves Goldstein a parlé des "90% d'élèves musulmans" qui considèrent les terroristes comme des héros. Scandaleux pour plusieurs socialistes schaerbeekois qui ont parlé d'une affirmation sans fondement, suscitant stigmatisation et amalgames. Bien qu'Yves Goldstein ait profondément contextualisé ses dires lors de cette même conférence et refusé "toute stigmatisation" de la communauté musulmane...
Le motion déposée, la séance est rapidement partie en vrille. Si tous les élus étaient unanimes pour pointer la sortie de Jan Jambon, d'autres étaient moins prompts à condamner ceux d'Yves Goldstein, notamment dans les rangs du PS. Laurette Onkelinx est montée au créneau pour défendre le président de sa section, par ailleurs absent. Tout en tentant de sauver une apparence d'union au sein de son groupe, la version la plus dure de la motion ayant même été votée par une de ses élues (plus une abstention PS). Scission flagrante! D'amendement en amendement, de recadrages en négociations discrètes et intervention d'Isabelle Durant (Ecolo), un texte de compromis a finalement été trouvé.
UNE MOTION QUI NE NOMME PAS YVES GOLDSTEIN
Le texte voté à l'unanimité dit désormais que le conseil communal "condamne tout propos discriminatoire à l'encontre de la communauté musulmane, comme de toute autre communauté; demande au Premier ministre d’exiger de la part de son ministre de l’Intérieur des excuses publiques pour les propos tenus; demande au Premier ministre en tant que Président du Conseil national de Sécurité d’en appeler à éviter tout amalgame dans les propos de toutes les autorités qui la composent." Une dernière phrase qui vise Yves Goldstein sans le nommer. De part sa fonction de "chef cab" et le ministre-président qu'il représente, il peut être amené à participer au Conseil de Sécurité.
Une chose est sûre: l'affaire Goldstein laissera des traces. Pour l'intéressé tout d'abord qui, malgré toutes les formes mises dans son exposé, fait désormais l'objet de menaces, selon nos informations. Pour les frondeurs, ensuite. Réclamant des excuses pour tourner la page, ceux-ci ne les ont, toujours selon nos informations, jamais obtenues lors d'une réunion interne organisée mardi. Pour Laurette Onkelinx ensuite qui devrait aussi être interpellée à un plus haut niveau. Des mandataires PS régionaux et fédéraux envisagent la question à l'ordre du jour de la Fédération bruxelloise du PS dont elle est également présidente.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY

Cette affaire est au moins aussi délicate et sensible que le harcèlement d’un élève juif à Uccle II. Elle aurait justifié largement  la démission du Président de section.
Plus qu’une erreur de communication c’est une faute déontologique et carrément une faute politique.
Maintenir Yves Goldstein sur la liste PS de Schaerbeek risque de coûter plus de voix au PS que d’en rapporter à l’intéressé.
Goldstein/Jambon mêmes agents provocateurs. La différence c’est que Goldstein a envoyé le ballon dans son propre camp.
Faut le faire !
MG

Aucun commentaire: