dimanche 29 mai 2016

Communales 2018: rapprochement en vue entre DéFI et MR à Schaerbeek

RTBF


Bernard Clerfayt (au centre), le bourgmestre de Schaerbeek. - © DIRK WAEM - BELGA

Les élections communales, c'est dans un peu plus de deux ans. Mais les manœuvres ont déjà commencé. A Schaerbeek, la Liste du bourgmestre Bernard Clerfayt (DéFI) opère, selon nos informations, un rapprochement avec le MR local. Ou plutôt, plusieurs élus MR souhaiteraient rejoindre la Libre du bourgmestre en 2018. Des discussions en hauts lieux sont en cours, revient-il à la RTBF à très bonnes sources.
Actuellement, à Schaerbeek, la Liste du bourgmestre est en majorité avec Ecolo et le cdH avec un total de 29 sièges sur 47. Le MR, dans l'opposition, en compte 4. Une faible représentation pour des libéraux qui ont jadis dirigé la cité des Anes. Alors que les élections de 2000 ont vu l'arrivée de Daniel Ducarme (décédé en 2010) et que les parachutages des Charles ou Louis Michel ont été évoqués en 2006 et 2012, il semble que le MR fédéral ne fasse plus de Schaerbeek une priorité pour 2018. Plus question non plus de faire venir dans la commune le chef de groupe MR à la Chambre Denis Ducarme (fils de Daniel Ducarme). Avec l'intégration des Réformateurs à la Liste du bourgmestre, ceux-ci ont plus de chance de participer à une majorité et de se refaire une santé électorale.
CONNEXIONS
Les connexions entre les deux blocs restent en tous les cas évidentes, du moins à Schaerbeek. Le député régional Abdallah Kanfaoui a été élu en 2012 sur la Liste du Bourgmestre avant de passer au MR. Trois échevins actuels (Guillaume, Noël, Köksal) sont trois libéraux qui ont refusé la scission des listes FDF-MR à la fin de la fédération. En cours de législature, l'unique élu Open VLD Quentin van den Hove a décidé de soutenir la majorité. La proximité entre Bernard Clerfayt et Didier Reynders, président de la régionale MR n'est pas un secret. Et enfin, Bernard Clerfayt entend garder une certaine indépendance politique face aux injonctions de son président de parti Olivier Maingain qui a conclu en 2014 une alliance régionale avec le PS et le cdH.
En tous les cas, si les choses venaient à se confirmer officiellement, restera à attribuer un nombre de places aux candidats MR sur la LB. Quatre comme le nombre d'élus (Verzin, de Beauffort, Chan, Kanfaoui)? Moins? Plus? Avec ou sans les libéraux néerlandophones de l'Open VLD? Qui sacrifier chez DéFI? Ceci étant, le rapport de force apparaît plutôt favorable à Bernard Clerfayt.
Le PS cherche à se renforcer
Il faudra de toute manière attendre 2018 pour voir si ce projet s’avère payant. En face, le PS (13 sièges) fourbit déjà ses armes. Laurette Onkelinx repartirait pour une troisième fois au combat pour décrocher le fauteuil mayoral.  La polémique Goldstein semble déjà oubliée, les socialistes préparent le prochain scrutin et seraient même prêts à se renforcer. Des noms circulent (Madrane, Laaouej...) mais restent à ce stade difficile à confirmer.
Le parti Ecolo d'Isabelle Durant espère toujours intégrer la prochaine majorité mais les tensions de plus en plus flagrantes avec la Liste du bourgmestre notamment sur la gestion du dossier du CPAS. Le cdH de Denis Grimberghs demeure au balcon. Ou au centre, selon les points de vue.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE « DEFI » SCHAERBEEKOIS : UNE ÉQUATION À PLUSIEURS INCONNUES.

Excellente analyse qui se lit comme une équation à plusieurs inconnues. Première certitude : après la gestion calamiteuse du CPAS par Ecolo, le divorce de DEFI avec les verts est consommé. Deuxième certitude, la succession de Bernard Clerfayt avec lui-même est une évidence tant ses chances de réussite sont grandes
Première inconnue : le rôle de Georges Verzin, (homme fort affaibli de la section MR) dans l’hypothèse de nouvelles fiançailles DEFI-MR à Schaerbeek. Sa mésentente avec Bernard Clerfayt est légendaire. Deuxième inconnue : Laurette Onkelinx aura-t-elle le front de risquer un troisième camouflet face à un bourgmestre populaire ? Rien n’est à exclure et quid de Yves Goldstein qui ne fait pas l’unanimité au sein des conseillers  PS élus de culture musulmane ? Troisième inconnue, la rumeur de l’arrivée à Schaerbeek  de Laaouej (chef de file PS à Koekelberg) que nous avons longuement évoquée in tempore non suspecto, va-t-elle se confirmer? -ce qui mettrait Onkelinx, présidente  du PS  bruxellois, hors-jeu mais donnerait des ailes au PS schaerbeekois en mal de poids lourds.  Le brillant Laaouej c’est le joker du PS et son maître atout. Ses chances de renverser le placide mais solide Philippe Pivin à Koekelberg sont faibles. En revanche, il risque, selon nous,  de faire un tabac à Schaerbeek où il serait accueilli comme le messie dans une section PS en mal de leader.
Quatrième inconnue, le score du CDH animé par le bouillant Denis Grimberghs qui agace le bourgmestre et est en perte de vitesse. Cinquième inconnue, le manque d’intérêt apparent du MR pour sa légendaire section schaerbeekoise, 
jadis animée par feu le président Daniel Ducarme soi-même.  
Comme à chaque élection communale, l’édition 2018 qui se rapproche, promet autant de suspense qu’ un film d’Hitchcock.
MG         

Aucun commentaire: