vendredi 20 mai 2016

Une école coranique clandestine fermée à Molenbeek-Saint-Jean


Le Vif
Source: Belga
La commune de Molenbeek-Saint-Jean a fait fermer mardi une école coranique clandestine que fréquentaient 38 enfants de trois à huit ans, rapportent les titres Sudpresse jeudi.

La bourgmestre de la commune, Françoise Schepmans, a ordonné la fermeture des lieux en raison des infractions urbanistiques constatées, et non en invoquant le radicalisme, ce qui n'est pas de son ressort. Les 38 enfants qui fréquentaient la maison unifamiliale étaient considérés comme scolarisés à domicile. Les "enseignantes" présentes étaient vêtues de niqab et ne disposaient d'aucune formation reconnue pour s'occuper d'enfants. 


COMMENTIRE DE DIVERCITY
ECOLE PARALLÈLE 

Rien à voir avec le djiahadisme…Quoique. 
C’est tout à fait intéressant.  Trente-huit familles molenbeekoises  choisissent donc de confier la « scolarisation  à domicile » de leurs enfants à des femmes  sans aucune qualification hormis leur adhésion totale au prescrit vestimentaire salafiste.
Ces parents, qui doivent avoir moins de trente ans, sont donc acquis sans réserve à une forme d’islam de caractère intégriste. Quid de l’obligation scolaire pour les plus âgés ( de cinq à huit ans) ? On nous dit, si je lis bien, qu’ils bénéficieraient du statut d’élèves à domicile une disposition qui permet en effet de se soustraire à une présence à l’école au bénéfice d’un enseignement par correspondance, au demeurant très bien organisé. Tout ceci mérite un meilleur éclairage et une vraie investigation journalistique.
La fermeture de cette école serait une conséquence directe du renforcement des contrôles policiers à Molenbeek. Depuis février et les révélations de l'enquête sur les attentats de Paris, les polices locales et fédérale ont intensifié leur collaboration dans les contrôles des ASBL de la commune notamment, et ce afin de prévenir les problèmes de radicalisation.
Il y a clairement des soupçons de radicalisation. "Nous avons constaté qu’il y avait des enfants dans ce bâtiment, dont certains sont en âge de scolarisation », déclare Françoise Schepmans. Elle ajoute  « que ces enfants étaient coupés du monde et évoluaient dans un environnement strictement religieux. Un environnement de fondamentalisme, de conservatisme religieux." Curieusement une école du même genre a été découverte en région parisienne, tenue par  « des individus présentant un profil salafiste et agissant contre les valeurs républicaines ». On a sans doute à faire à une tendance nouvelle visant à soustraire les enfants à l’influence de l’école belge ou française en l’occurrence.  C’est dire à quel point les esprits sont radicalisés dans certains quartiers particulièrement problématiques. Affaire à suivre donc de très près.
Contrairement à son prédécesseur qui fermait les yeux sur tout, Françoise Schepmans est vigilante et elle ne manque ni de cran, ni de détermination.
MG 

 
LA MOSQUÉE ABRITAIT UNE ÉCOLE CORANIQUE CLANDESTINE 

Après la fermeture de la salle de prière de Lagny-sur-Marne et les perquisitions menées, le préfet a précisé hier la nature des découvertes effectuées. Le Parisien
Hugues Tailliez
Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne), mercredi. Dans la salle de prière, des installations « propres à l’exercice d’un enseignement pour enfants » ont notamment été découvertes. (AFP/Thomas Samson.) 


Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne)

Depuis mercredi, la fermeture de la salle de prière de l'association des musulmans de Lagny-sur-Marne a suscité de multiples réactions.
Ont suivi le placement en garde à vue de deux fidèles, des perquisitions mercredi et jeudi, l'assignation à résidence de neuf autres membres de l'association et l'interdiction de sortie du territoire signifiée à 22 autres. Hier, le préfet de Seine-et-Marne a précisé la nature des découvertes effectuées. Au sujet de l'arme dénichée chez un fidèle qui décrivait « un pistolet à grenaille rouillé trouvé dans un bois », Jean-Luc Marx précise qu'il s'agit d'un « pistolet Flobert, 9 mm, à grenaille, en état de fonctionnement, transformable en arme de tir à balles. Un type d'armes fréquemment utilisé par des malfaiteurs. »

DES CHANTS RELIGIEUX À LA GLOIRE DES MARTYRS DU JIHAD

Par ailleurs, lors des perquisitions, des munitions de calibre 7,62 pour armes de guerre de type kalachnikov, ont été découvertes.

Quant à la présence dans les locaux de la mosquée de Lagny d'une « école coranique » présentée jusqu'alors par le président de l'association comme « des salles de classes pour accueillir des cours d'arabe pour les enfants, [...] des cours de français aux fidèles [...] et du soutien scolaire », le préfet détaille que « des installations propres à l'exercice d'un enseignement pour enfants, du mobilier — des tables et des chaises à la taille de petits enfants notamment —, du matériel pédagogique— des disques de chants religieux à la gloire des martyrs du jihad liés à l'organisation terroriste Jabhat al-Nosra(NDLR : affiliée à Al-Qaïda en Syrie) — ont été découverts. » Le préfet a précisé n'avoir pas validé « la construction d'une école coranique » au sens où il entend une école privée qui dépend d'une réglementation spécifique. « Aucune demande d'ouverture d'une école privée n'a été déposée — ni a fortiori accordée — dans les services du rectorat, au bénéfice de la commune de Lagny. Il y a donc tout lieu de penser que travail dissimulé et exercice illégal d'un enseignement se déroulaient en ces lieux, ce que les enquêtes en cours permettront de qualifier et sanctionner », a ajouté le préfet.

Sur le disque dur de l'un des habitués de la mosquée, le préfet précise qu'ont été trouvées « des vidéos de propagande du groupe Etat islamique », quand cet homme nous avait assuré que « rien de compromettant » ne figurait dans son ordinateur. « Ces faits confortent la justification de la fermeture provisoire de la salle de prière de Lagny-sur-Marne, fréquentée par des individus présentant un profil salafiste et agissant contre les valeurs républicaines », a conclu le préfet Marx.

Aucun commentaire: