jeudi 30 juin 2016

Plongée au cœur du patrimoine bruxellois

Marie-Èver Rebts

L’ASBL « Voir et Dire Bruxelles » propose pour la troisième année consécutive des visites exclusives d’hôtels de maître Art nouveau. Un moyen de partager et de préserver ce patrimoine d’exception qu’on côtoie souvent sans le voir… 


• L’hôtel Tassel, rue Paul-Emile Janson, à Bruxelles. Photo : D.R. 

D’après ce que révèle le dernier baromètre du tourisme de Visit. brussels, plus d’un tiers des visiteurs se rendent à Bruxelles pour y découvrir son patrimoine historique et culturel. Et dans ce domaine, ce sont l’architecture et l’Art nouveau qui intéressent le plus les touristes.
Or, certains chefs-d’œuvre bruxellois de la construction sont tout simplement inaccessibles au public. Depuis 2014, l’ASBL Voir et Dire Bruxelles propose toutefois des visites exclusives dans des hôtels de maître Art nouveau habituellement fermés, car appartenant à des privés ou occupés par des locataires. « Lors de la première saison, d’avril à décembre 2015, nous avons ouvert deux hôtels à raison d’un samedi par mois et de groupes de vingt à vingt-cinq visiteurs, précise Julie Staszewski, directeur de Voir et Dire Bruxelles. Nous avons presque fait carton plein avec environ 650 visites sur la saison, c’est pourquoi nous avons décidé de reconduire l’expérience cette année, mais avec une offre plus large. »
Autrefois uniquement en français et en anglais, les visites se déroulent désormais aussi en néerlandais. Elles ont également été étendues à deux samedis par mois et les amateurs ont la possibilité de visiter non plus deux, mais cinq bâtiments en exclusivité.
Il s’agit des hôtels Tassel et Van Eetvelde respectivement implantés à la rue Paul-Emile Janson et l’avenue Palmerston, de la maison Autrique à Schaerbeek ainsi que des hôtels Solvay et Max Hallet tous deux situés sur l’avenue Louise. « L’ouverture de ces lieux pour des visites a dû se négocier au cas par cas avec les propriétaires et les occupants, explique Julien Staszewski. La plupart sont favorables et contents de participer car ils sont passionnés et aiment partager cela avec le public. »
Du côté des visiteurs, l’initiative est également très appréciée comme en témoignaient les statistiques 2015. Ce début de saison 2016 n’a quant à lui pas échappé à la morosité qui touche le tourisme bruxellois depuis les attentats du 22 mars, mais l’ASBL Voir et Dire Bruxelles entend se développer sans tomber dans le tourisme de masse.
« Notre objectif est de nous internationaliser davantage, car seul un quart à un tiers de nos visiteurs sont actuellement des étrangers, précise Julien Staszewski. En parallèle de cela, nous tenons à préserver les valeurs qui nous sont chères, à savoir la qualité des visites guidées et l’intérêt porté au retour des clients. Nous avons également baissé certains prix pour rendre les visites plus accessibles mais, même si notre objectif n’est pas la rentabilité, nous restons tributaires des rémunérations des guides et des propriétaires de certains lieux que nous ouvrons. »
La promotion du patrimoine architectural bruxellois par Voir et Dire ne se limite pas à ces visites exclusives. A partir de mars 2017, la biennale Art nouveau et Art déco organisée par l’ASBL deviendra par exemple le Banad Festival, un événement annuel qui mettra ces courants artistiques en lumière au travers de découvertes de lieux exceptionnels, de promenades, de concerts, d’expositions, etc. Une initiative qui permettra sans doute au patrimoine de rester en tête des intérêts des touristes bruxellois… 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
DES RDV A PAS MANQUER

Aucun commentaire: