jeudi 28 juillet 2016

Attentats: "Il y en a marre de la victimisation et des réactions de bisounours"


LA LIBRE BELGIQUE

Une opinion d'Assita Kanko, conseillère communale MR à Ixelles 



Selon plusieurs sources médiatiques, les autorités françaises savaient que l’un des deux assassins du prêtre de 86 ans, assassin à présent identifié comme étant Adel Kermich (19ans), s’était radicalisé. Malgré tout, ils ont laissé sortir ce djihadiste de prison en mars dernier apparemment contre l’avis du parquet, se limitant à lui appliquer un bracelet électronique. Quel suivi après cela ? Il a pu se promener parmi les gens innocents et commettre l’horreur il y’a quelques jours à Saint-Etienne-du-Rouvray.
Voici encore un exemple du laxisme qui gangrène l'Europe. Ce n’est pas la première fois que ces extrémistes qui versent le sang des innocents sont "connus des services de police" ou ont échappé à la justice à un moment donné de leur parcours. Les moyens dont nos pays disposent déjà doivent être utilisés au maximum: une justice forte, efficace et sans complaisance. Des services de police et de renseignement dotés des moyens financiers, technologiques et humains nécessaires. Des prisons décentes et sécurisées capables d’absorber et de gérer ces criminels. Un contrôle plus poussé des canaux de financement du terrorisme. Une éducation qui fabrique des citoyens responsables et solidaires. Des politiques d'intégration et de vivre-ensemble rigoureuses. Un système d'incarcération, de dé-radicalisation et de réintégration éventuelle desreturnees...mais l'expulsion pure et simple là-où c'est possible. Une responsabilisation individuelle claire pour les choix et les actes posés n’est rien d’autre que pure logique.
On ne peut pas se présenter comme victime après avoir joué avec la vie et l’avenir des autres, et ceci quelles que soient les difficultés qu’on a rencontrées en grandissant. Rien ne peut justifier ces actes barbares. Il y en a marre de la victimisation et des réactions de bisounours. Le salafisme n’a pas sa place chez nous. "Le niveau du sang versé au nom d’Allah a beau monter sans cesse depuis des années, ils restent toujours accrochés aux mêmes formules. Pas d’amalgame. Pas de stigmatisation" dénonçait justement Franz-Olivier Giesbert dans Le point après l’attentat de Nice. Le sang des innocents a assez coulé et l’incertitude a été semée dans l’esprit des citoyens honnêtes qui veulent simplement se lever le matin, circuler en sécurité et travailler pour leurs familles et nos pays. C’est leur argent qui nourrit et soigne ceux qui cherchent à détruire ce que nous aimons.
NOS ÉLUS D'ORIGINE TURQUE ET ERDOGAN
Aujourd’hui, c'est toute la chaîne de sécurité qui doit être remise en question. Le débat sur l'islamisme radical ne peut pas continuer à être évité. Une vraie politique européenne d’immigration doit aussi voir le jour, pas des petits accords minables avec Erdogan, contre toutes nos valeurs comme il le démontre plus que jamais ces derniers jours : des milliers de personnes arrêtées de manière arbitraire, torturées, violées, et ceci impunément. Les milieux enseignant, journalistique et judiciaire sont violemment purgés pour qu’il n’y ait plus d’opposition. Les indignations européennes ressemblent à un mauvais vaudeville. Des élus d’origine turque de chez nous n’ont jamais caché leur soutien à l’AKP et à Erdogan, comme si leur identité européenne était subordonnée à leur turquitude. Etrange sens de la loyauté et des priorités. La Turquie quant à elle a menacé de (re)devenir une passoire face à l’immigration clandestine dont l’Europe ne sait apparemment toujours que faire.
Attend-on que l’avenir nous surprenne alors qu’aujourd’hui déjà, l’absence de rigueur, de respect et de cohésion sociale nous enfonce ? Nous ne pouvons pas continuer à négocier et à jouer à cache-cache, notamment avec le président imprévisible d’un pays à la géopolitique éminemment importante comme la Turquie. Nous ne pouvons pas nier le fait que, sans vision globale, nous ne pourrons que continuer à allumer des bougies, à présenter nos condoléances aux familles des victimes et à nourrir des populistes comme Donald Trump. Cela ne ramènera pas les morts. Mais aujourd’hui, nous avons encore le choix. L’Europe doit reprendre la main. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UNE ÉDUCATION QUI FABRIQUE DES CITOYENS RESPONSABLES ET SOLIDAIRES. 

Celle-ci ne saurait être dispensée que par l’enseignement public qui regroupe tous les publics. Mais voilà que le réseau scolaire islamique se développe et que l’Islam militant annonce la création de sections dans chaque commune du parti ISLAM. Celui-ci se veut de plus en plus présent de manière revendicative.  Une vraie menace pour le PS et autres partis communautaristes.  Et voilà que ce même Islam revendicateur  entend dès 6 ans s’emparer de l’éducation des enfants de famille musulmane. C’est le contraire de l’interculturel.  Plutôt que de s’intégrer dans des écoles où ils côtoyeraient des enfants d’autres religions, on veut créer des écoles ethniques qui auront vite fait de drainer la population des écoles communales schaerbeekoises officielles ou depuis deux cent ans on s’efforce d’enseigner une forme d’esprit critique.   C’est donc carrément  un apartheid à rebours que l’on entend créer. On nous objectera que les catholiques avaient leur propre réseau. Mais historiquement, ce n’est pas la même chose. Les catholiques belges n’étaient pas issus de l’immigration. Ils n’avaient aucun particularisme ethnico-religieux à faire valoir.
Désormais,  on profite des libertés publiques reconnues par la constitution pour faire prévaloir des spécificités ethnico-religieuses alors que des enfants devraient justement s’assimiler dans la culture de leur pays d’accueil.
Leur autojustification :  « Il suffit d’analyser les programmes scolaires, les programmes politiques des grands partis, et les directives officielles pour comprendre un fait important : les écoles n’ont plus pour seule mission de dispenser une instruction, mais ont à présent pour vocation de transmettre, outre l’instruction, des valeurs philosophiques, morales et idéologiques. » Voilà qui est lumineux et sans ambiguïté aucune. Et pour qui en douterait encore, question : « Quel avenir pour nos enfants » ? Réponse : « Un réseau d’écoles musulmanes fort  dans lesquelles les valeurs islamiques sont respectées et transmises et où les programmes officiels sont appliqués. Hier, la construction des mosquées était un devoir communautaire. Aujourd’hui, ce sont les écoles » dont acte.
On ne saurait être plus clair : les valeurs de l’islam sont jugées plus essentielles que les valeurs du pays d’accueil.
On ne peut que trouver regrettable ce type d’initiative  qui marginalisera encore plus des enfants et des jeunes dont certains déjà prétextent de la stigmatisation pour se radicaliser.
Petit à petit l’Islam grignote de l’espace pour prôner des valeurs qui ne sont pas en adéquation ni avec les traditions, ni avec les moeurs, ni avec les coutumes en vigueur en Belgique. La création d’écoles islamiques risque, selon nous, d’entraîner l’émergence d’une société parallèle avec ses propres règles, ses propres valeurs, son propre mode de vie. C’est bien là un mouvement  liberticide qui se déploie en usant et abusant de nos libertés publiques, en poussant jusqu’au bout notre logique de tolérance. Au-delà d’une certaine limite, les billets ne sont plus valables. La plus grande vigilance s’impose.
Ceux qui ont lu soumission de Houellebecq s’en souviennent :
2030 un musulman devient président de la république et forme un gouvernement. Il ne réclame qu’un seul ministère, celui de l’éducation.
Beau sujet de méditation.
MG 


La première école secondaire islamique ouvrira en septembre
Le Vif 



L'ASBL Enseignement confessionnel islamique de Belgique (ECIB) a reçu le feu vert du gouvernement de la Fédération Wallonie¬-Bruxelles pour ouvrir à la rentrée de septembre une section secondaire à l'école fondamentale islamique "La Vertu", située à Schaerbeek, annonce jeudi la Libre Belgique. Il s'agit d'une première dans le pays.

© Belga
La section secondaire ouvrira dans un premier temps 120 places pour des élèves de 1ère et 2e années mais à terme, elle compte organiser les trois degrés d'étude, un enseignement de transition générale aux 2e et 3e degrés et accueillir 660 élèves. Plus de 90 élèves se sont déjà inscrits. 

L’ÉCOLE ISLAMIQUE SECONDAIRE « LA VERTU » OUVRIRA SES PORTES EN SEPTEMBRE
· ISLAMIC EVENTS

L’année dernière on nous avait annoncé que le projet d’école secondaire islamique « La Vertu » avait été avalisé. En réalité, il avait franchi une étape importante mais la signature ministérielle finale devait encore arriver. Cette signature a été apposée il y a déjà un petit temps, mais on devait rester prudent et discret à ce sujet. Cela reste un mystère pourquoi la discrétion était de mise. Bref, maintenant que les médias en ont parlé, Islamic-Events se doit aussi de vous informer et de vous inviter à soutenir les écoles islamiques.
En septembre 2015, cette école islamique secondaire ouvrira ses portes à Schaerbeek et il reste des places pour accueillir des élèves. L’école islamique « La Vertu » a ouvert ses portes depuis 2013 en  accueillant les élèves des maternelles et des primaires.
Le projet «La Vertu» a été rendu possible par une alliance heureuse, judicieuse (et trop rare) entre acteurs turcs et marocains. Ainsi la ligue turque (BIF) a acquis le bâtiment et a confié le volet administratif et pédagogique à l’ECIB (le pouvoir organisateur d’al-Ghazali et de La Plume). Il reste à espérer que cette alliance perdure et ne s’estompe pas à la moindre divergence. Cependant, les Turcs n’ont pas offert un bâtiment sans garantie ni contrepartie : certains de leurs membres siègent à présent au sein de l’ECIB.
Au-delà de cet accomplissement, le constat est sans appel : les écoles musulmanes ne sont pas assez soutenues par les musulmans de Belgique. Les causes sont multiples mais la principale est que de nombreux citoyens de confession musulmane ne sont pas assez conscients de l’importance des écoles musulmanes. Certains craignent les écoles ghettos (relayant ainsi la propagande mensongère des médias) et préfèrent ainsi les écoles catholiques ou non confessionnelles. Le sénateur Alain Destexhe (MR) a récemment qualifier l’école « La Vertu » d’une école ghetto.

LES ÉCOLES MUSULMANES ONT LE DROIT D’EXISTER
Les écoles musulmanes ont autant le droit d’exister que les écoles catholiques et juives. La loi de notre pays le permet et aucun musulman ne doit en être complexé. Cependant, sans le soutien des parents musulmans, ces écoles resteront faibles et rares. Certains musulmans osent encore parler d’écoles « dites musulmanes » et non pas d’écoles musulmanes, ce qui est bien entendu erroné mais surtout malhonnête, quand on connaît la réalité quotidienne de ces écoles et surtout les contraintes des programmes officiels.

MÉFIANCE ?
De nombreux parents se méfient des écoles musulmanes, sans jamais prendre la peine d’aller les visiter, mais ils ignorent que l’instruction a évolué en Belgique. Il y a 25 ans, quand ces parents étaient sur les bancs de l’école, la mission des établissements scolaires était avant tout d’octroyer une instruction. Aujourd’hui, les choses ont évolué. Il suffit d’analyser les programmes scolaires, les programmes politiques des grands partis, et les directives officielles pour comprendre un fait important : les écoles n’ont plus pour seule mission de dispenser une instruction, mais ont à présent pour vocation de transmettre, outre l’instruction, des valeurs philosophiques, morales et idéologiques.
Quel avenir pour nos enfants ? Un réseau d’écoles musulmanes fort ? Dans lesquelles les valeurs islamiques sont respectées et transmises et où les programmes officiels sont appliqués. Ou bien des écoles musulmanes faibles et rares et des milliers d’enfants musulmans dans des écoles où les valeurs de l’islam sont discréditées, pointées du doigt et diabolisées, où l’islamophobie et les discriminations avancent chaque jour un peu plus ?

NOTRE SOUTIEN EST UN DEVOIR !
Hier, la construction des mosquées était un devoir communautaire. Aujourd’hui, ce sont les écoles. Des projets avancent et c’est positif mais attention à l’amateurisme, attention à la division et surtout attention aux rumeurs. Ces projets doivent recevoir notre soutien, nos conseils, nos euros…. et nos invocations.

Aucun commentaire: