dimanche 31 juillet 2016

Munich, la piste du tireur raciste se précise

Par Petra Hessenberger Libération


A Munich, au lendemain de la fusillade qui a fait neuf morts. Photo Christof Stache. AFP
Selon la presse allemande, l'auteur de la fusillade dans un centre commercial qui a fait neuf morts était un admirateur d'Adolf Hitler et haïssait les Turcs et les Arabes.
Munich, la piste du tireur raciste se précise.
La tuerie de Munich du 22 juillet qui a fait neuf morts a été présentée par les autorités comme le geste de folie d’un jeune forcené qui était suivi pour des problèmes psychiatriques. Cinq jours après, le 27 juillet, le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung avance l’hypothèse qu’il s’agissait plutôt d’un acte raciste.
Les enquêteurs de la police confirment que David Ali Sonboly, âgé de 18 ans, ne faisait pas partie d’un groupe d’extrême droite, mais supposent qu’il avait un fort penchant pour les idées racistes. Selon des proches, il admirait Adolf Hitler et considérait le fait d’être né le même jour que le dictateur comme un honneur. Né en Allemagne d’une famille iranienne, il se disait fier d’être «doublement aryen», l’Iran étant considéré par les tenants de l'aryanité comme le «berceau aryen». Il haïssait particulièrement les Turcs et les Arabes, «éprouvant un sentiment de supériorité envers eux».
Selon le quotidien, ce n’était donc probablement pas un hasard si toutes ses victimes, résidant à Munich ou aux alentours, avaient des origines étrangères (turques, kosovares, grecques et hongroises). Il avait 300 munitions sur lui, mais ne semble avoir visé que des personnes visiblement d’origine étrangère. Deuxième indice, l’altercation avec un riverain pendant la tuerie où il criait qu’il était allemand et né en Allemagne et pestait contre les «Turcs de merde». Un dernier indice renforçant la thèse d’un terroriste d’extrême droite est le choix de la date : il a commis son acte le jour du cinquième anniversaire de l’attentat du Norvégien Anders Behring Breivik, auteur du massacre de 77 personnes, qu’il prenait comme modèle.
Petra Hessenberger


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ISLAMISME HITLERISME DIFFERENT COMBAT MÊME MODUS OPERANDI 

Daech a ouvert la boite de Pandore ou plus exactement,  les djinns maléfiques sont sortis de la bouteille où ils étaient tenus enfermés depuis si longtemps. Ils ont moins de vingt ans et des courants d’air leur traversent le cerveau. Air chaud du radicalisme qui fanatise, air glacé du fanatisme qui tue. Ils jouent la carte du désespoir l’arcane de Thanatos. Retournez la carte djihadiste vous découvrirez une figurine raciste. Terroristes d’Hallah et terroristes d’extrêmes droite : même combat. De quelles armes disposons-nous pour les  combattre ? L’esprit critique et l’éducation. Enseignantes et enseignants, la balle est dans votre camp.
MG

Aucun commentaire: