lundi 29 août 2016

Allemagne : un Chinois en vacances placé par erreur dans un foyer de réfugiés


Un centre culturel transformé en centre d'accueil pour réfugiés à Dortmund, en septembre 2015. (MAJA HITIJ / DPA / AFP) 

Les tribulations d'un Chinois chez Kafka.
L'Obs

Un touriste chinois en voyage à travers l'Europe s'est retrouvé coincé en juillet dans un foyer pour réfugiés en Allemagne en raison d'un imbroglio bureaucratique aggravé par des difficultés linguistiques.
Pour des raisons encore confuses, cet homme de 31 ans, qui ne parle ni anglais ni allemand, avait été considéré "comme ayant besoin d'aide" juste après l'atterrissage de son vol à Stuttgart, le 4 juillet, raconte à l'AFP Christoph Schlütermann, un responsable de la Croix-Rouge.
Conduit dans un centre de premier accueil, à Heidelberg, il avait perdu son argent et a rempli, "visiblement par erreur", le formulaire de demande d'asile que lui tendaient les autorités locales, selon Christoph Schlütermann.
"Une machinerie à laquelle il ne pouvait plus échapper"
Comme le veut la procédure allemande, qui organise une répartition des réfugiés entre les Etats-régions, il a été transféré le 6 juillet dans un centre d'accueil à Dortmund, puis dans un autre situé à proximité, à Dülmen.
"Il a déclenché une machinerie à laquelle il ne pouvait plus échapper", explique Christoph Schlütermann, qui gère le centre de Dülem, au journal "Dülmener Zeitung".
Privé de son passeport et de son visa, le malchanceux, dont l'identité n'a pas été révélée, s'est plié à toutes les procédures normales : visite médicale, prise d'empreintes digitales et a même reçu les aides prévues par la loi pour les demandeurs d'asile.
"J'imaginais l'Europe autrement"
Christoph Schlütermann et un autre responsable du centre ont cependant rapidement remarqué que l'homme était différent de leurs autres bénéficiaires et ont dissipé le malentendu grâce à une application de traduction sur mobile.
"Il disait qu'il voulait voyager en France et en Italie", raconte-t-il.
L'arrêt des procédures a néanmoins pris plus de dix jours et ce n'est que deux semaines après le début de sa mésaventure que le touriste chinois a finalement pu reprendre son voyage.
"J'avais imaginé l'Europe autrement", a-t-il déclaré, selon la chaîne d'informations locale WDR, avant de continuer son tour d'Europe. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
NOUS AUSSI ON IMAGINAIT L’EUROPE AUTREMENT 

Le choc de l’immigration et l’impact psychologique du terrorisme créent une psychose collective en Europe. L’irrationnel prend le pas sur le bon sens et une sorte de paranoïa s’empare des Européens.
Les medias s’empressent de relayer le moindre incident qu’ils font monter en graine entretenant un climat délétère que n’arrivent pas à désamorcer le personnel politique aux abonnés absents.   Selon le Figaro, la chancelière allemande Angela Merkel a jugé inacceptable que certains pays de l'Union européenne refusent d'accueillir des réfugiés parce qu'ils sont musulmans, alors que l'Allemagne réclame l'instauration de quotas de répartition au sein de l'UE.
"Ca ne va pas du tout que certains pays disent que "de manière générale, nous ne voulons pas avoir de musulmans dans nos pays"", a-t-elle déclaré. De nombreux Etats européens, notamment en Europe de l'Est, estiment que la chancelière a créé un appel d'air migratoire. Plusieurs d'entre eux ont affirmé en réaction ne pas vouloir voir émerger de communauté musulmane dans leurs pays. En 2015, la Slovaquie a fait savoir qu'elle ne comptait accueillir que des migrants chrétiens.
Angela Merkel voit loin. Elle est consciente du terrible déficit de natalité dont souffre son pays. Elle estime qu’accueillir les élites  syriennes est une aubaine. Le peuple allemand ne voit pas les choses ainsi et l’angélisme  d’Angela lui coûtera vraisemblablement sa réélection.  Il y a pourtant de célèbres précédents : la chute d’Anvers en 1585 en faveur du roi d’Espagne Philippe II  entraîné une immigration massive des marchands et érudits calvinistes anversois vers les Provinces hollandaises et a provoqué, par conséquence, la fortune de Amsterdam ville monde au 17ème siècle, le siècle d’or des Pays-Bas. L’abrogation de l’Edit de Nantes par Louis XIV a provoqué l’exil de dizaines de milliers de Huguenots notamment vers la Prusse donnant un fabuleux coup de pouce (il faudrait dire « coup de pousse ») à son industrie naissante.  Au 19ème siècle un million de Flamands sont allé travailler dans les mines de charbon et la sidérurgie wallonne. Etc. etc.
Certes tous les demandeurs d’asile ne sont pas bardés de diplômes  ou qualifiés professionnellement. Ceci dit, les immigrés qui ont peuplé les Etats-Unis n’étaient pas, loin s'en faut, tous des gens de qualité hyper formés. Il s’agissait au contraire, le plus souvent de lie de la société européenne. Et je ne parle pas des immigrés venus d’Italie travailler dans les mines de Wallonie dont les fils et les filles occupent aujourd’hui des positions clé au sein des élites.
Qu’elle le veuille ou non, l’Europe est désormais terre d’immigration.
La gauche y voit un vivier de voix potentielles, la droite en se raidissant contre l’immigration compte bien sur les voix des Belges dits de souche. On voit difficilement comment tout cela finirait bien.
On s’étonnera qu’un politicien de haut niveau tel qu’Elio Di Rupo n’élève pas la voix dans ce débat crucial pour l’avenir de l’Europe.
Très franchement, nous aussi on voyait l’Europe autrement.
MG




CALAIS: LE SEUIL DES 10.000 MIGRANTS FRANCHI
• Par Jean-Marc Leclerc (Figaro)

Alors que les rixes se succèdent, la situation dans les camps de la région devient intenable, selon la police.
L'ambiance était tendue à Calais, elle devient explosive. Selon une note remise jeudi dernier au syndicat de police Alliance (majoritaire chez les gardés et gardiens), le nombre de migrants au camp de la Lande, baptisée la «jungle», «devrait atteindre les 10000 d'ici à début septembre». Les chiffres des associations humanitaires, qui évoquaient 9000 personnes (4500 en juin), sont maintenant dépassés par les propres estimations des forces de l'ordre.
Et encore ne s'agit-il que des migrants de Calais, car si l'on compte le camp de Grande-Synthe, près de Dunkerque, et les multiples implantations sauvages dans plusieurs agglomérations côtières, ce sont au moins 12000 déracinés qui se concentrent dans la région, dans l'espoir de rejoindre la Grande-Bretagne. 


UN RESTAURATEUR S'EXCUSE APRÈS AVOIR REFUSÉ DE SERVIR DEUX FEMMES VOILÉES

Figaro
La ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol a indiqué aujourd'hui avoir saisi la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme après qu'un restaurateur ait refusé de servir deux femmes voilées dans son établissement. Le parquet de Bobigny a indiqué avoir ouvert dimanche une enquête pour "discrimination à caractère racial". Les faits ont eu lieu samedi à Tremblay-en-France en Seine-Saint-Denis. Selon les récits disponibles, deux femmes ont souhaité diner au restaurant Le Cénacle quand le chef cuisinier leur a intimé l'ordre de quitter les lieux sous prétexte que « tous les musulmans sont des terroristes ».

Dans une vidéo, prise par l’une des deux jeunes femmes pendant l’altercation, une des deux clientes déclare : « On ne veut pas être servies par des racistes ». Propos auxquels le restaurateur réplique : « les racistes ils ne tuent pas les gens ». Plusieurs fois dans la vidéo, il leurs demande de quitter le restaurant en expliquant, « je suis maître chez moi ». La vidéo se termine sur une discussion téléphonique d’une cliente qui explique que la police va intervenir.


Aucun commentaire: