lundi 1 août 2016

Wie niet wil vechten, zal op zijn knieën verder mogen leven

BART DE WEVER
Wie niet wil vechten, zal op zijn knieën verder mogen leven 
Opinie De Morgen


Bart De Wever houdt een pleidooi voor meer respect voor de Europese waarden
Net als in de klassieke oudheid zal Europa aan één simpele waarheid niet ontkomen: wie niet bereid is te vechten voor wat hij staat, zal op zijn knieën verder mogen leven. Het moslimextremisme neemt de westerse beschaving wel nog serieus. Zo serieus dat het uit is op haar totale vernietiging.
Een 2.400 jaar geleden bleef een leger van 10.000 Griekse hoplieten verweesd achter diep in het Perzische rijk. Hun broodheer was omgekomen, hun officieren vermoord. Ze verkozen Socrates' leerling Xenophon - die het relaas later in de Anabasis zou vastleggen - tot aanvoerder en begonnen aan de terugtocht. Een volstrekt hopeloze onderneming, waarbij de hoplieten zich een weg naar zee moesten vechten. De kreet "Thalassa! Thalassa!" die de Grieken slaakten toen ze eindelijk de kust zagen, prevelen sommige classici nog steeds in hun dromen.

Dat een verzwakt huurlingenleger er toch in slaagde een overweldigende overmacht te weerstaan, is een van de meest opmerkelijke exploten uit de geschiedenis. Maar wat maakte dat leger zo bijzonder? Met ras had het niets te maken. De latere stelling dat ze als westerlingen superieur waren aan de Perzen, werd door geen enkele Helleen geloofd. Evenmin waren ze gewelddadiger, brutaler of moreel hoogstaander.

Het verschil schuilde in hun culturele erfenis. Geconfronteerd met de Perzische dreiging tapten ze in op wat hen eens groot had gemaakt. Ze verkozen een nieuwe leider en iedereen kreeg een stem in de te volgen koers. Kritiek op de leiding was toegelaten, maar elke soldaat erkende de noodzaak aan discipline. Het leger uit de Anabasis werd een 'marcherende democratie' en kon als dividend van de Helleense cultuur boven de Perzen uitrijzen.

Die Grieks-Romeinse culturele software blijft tot vandaag de basis van de westerse beschaving. De joods-christelijke traditie voegde er de metafysica van de menselijke waardigheid aan toe. De renaissance stelde met het humanisme de mens centraal en richtte de wetenschappelijke traditie op vooruitgang. De verlichting nam met individuele rechten en vrijheden het vaandel over en gaf ons volkssoevereiniteit, de rule of law en opinievrijheid.
Niet eens zo lang geleden vonden we het vanzelfsprekend dat die beschaving, met de verlichte moderniteit als historische verdienste, superieur was. De verschrikking van de wereldoorlogen en de dekolonisatie beroofden Europa van die zelfverzekerdheid. Het werd modieus om de westerse beschaving af te doen als een verdachte constructie die eerder met verontschuldigingen dan met trots omkleed diende te worden. Deze omslag werkte aanvankelijk bevrijdend en werd zeker in intellectuele kringen aangemoedigd. Maar de zwakte van onze zelfschaamte wordt alsmaar pijnlijker duidelijk.

Want het moslimextremisme neemt die westerse beschaving wel nog serieus. Zo serieus dat het uit is op haar totale vernietiging. Elke aanslag confronteert ons met een ideologie die gelooft dat de eindfase van een eeuwenoude strijd tussen beschavingen is ingegaan en dat het moreel goed is om de westerlingen te doden. Ook mensen die hier geboren en getogen zijn en die - zelfs in geval van kansarmoede - materieel veel beter leven dan in het land van herkomst, blijken er vatbaar voor.

Onze elite ontbeert elk mentaal referentiekader om de beweegredenen van terroristen te plaatsen. Wie is afgeleerd om trots te zijn op de eigen identiteit, kan moeilijk vatten dat iemand zo fundamentalistisch omgaat met identiteit dat terreur een logische optie wordt. Iedere analyse over islamfundamentalisme wordt argwanend bekeken, uit angst te veralgemenen of de verdenking van racisme op zich te laden. Zeker in Duitsland - met zijn beladen verleden - doet men alles om aanslagen niet als terreur, maar als een individuele problematiek van de dader te bestempelen. We houden een minuut stilte, steken kaarsjes aan, leggen knuffels neer en zingen 'Imagine'. Alles in de hoop iedereen te begeesteren voor een wereld zonder collectieve verbanden waarin we allemaal een club van dikke vrienden zijn.

Intussen groeit de angst en boosheid bij de Europeanen. Men herkent zich niet meer in een elite die non-identiteit omarmt als een opstap naar wereldburgerschap. Massamigratie en multiculturaliteit worden als evident positief gepresenteerd, nationale soevereiniteit verdwijnt in onduidelijke supranationale structuren en criticasters van dit alles worden afgedaan als oud, laag opgeleid, intolerant of racistisch. Het is een breuklijn die over het continent sluimert van de fameuze 'kloof met de burger' tot de recente brexit.

De Summer of Terror dreigt die breuk tot ongekende diepten aan te jagen. De traditionele politiek en de Europese gedachte kregen al zware klappen, maar het totale gebrek aan antwoorden op de existentiële ongerustheid drijft steeds meer Europeanen naar radicale oplossingen. Dat een weerloze 86-jarige priester tijdens de mis de keel wordt doorgesneden, doet het bloed van de braafste Vlaming koken. En volkomen terecht.
'HET ZAL ZWAAR WORDEN'
De Europeanen willen daadkracht en actie. Maar momenteel komen de Europese leiders niet verder dan gelaten de volgende aanslag afwachten. We moeten de Europese zelfschaamte overwinnen. Zelf respect opbrengen en respect eisen voor de Europese waarden is geen uiting van misplaatste superioriteit, laat staan van racisme. Europa kent zijn gelijke niet op het vlak van vrijheid, gelijkheid en welvaart. Ons burgerschap is de graadmeter om iedere samenleving te beoordelen. Wie zich in Europa vestigt, moet zich aansluiten bij dat verlicht burgerschap. Wie dat niet wil, zal elders gelukkiger zijn. Wij gaan geen debatten heropenen over de gelijkheid van man en vrouw, de seksuele vrijheid, de plaats van religie binnen de staat. Iedere burger mag daar gerust afwijkend over denken, maar kan geen uitzondering vragen op basis van particuliere overtuigingen.

Wij zijn in oorlog. Wij worden aangevallen. Onschuldige Europeanen sterven haast wekelijks. Wij moeten ons verdedigen. Wij moeten in staat van paraatheid verkeren, de veiligheidsdiensten activeren en bedreigingen preventief verwijderen. Dat staat ver van een realiteit waarin teruggekeerde Syrië-strijders als praatgast opduiken op Canvas of met een enkelband aanslagen plegen.

Misschien moet het eerst erger worden voor het beter wordt. Duitsland gaat gebukt onder een historische last, Frankrijk is economisch en politiek verzwakt en het Verenigd Koninkrijk - de sterkste Europese legermacht - kiest voor splendid isolation. Allemaal niet van aard om weer hoop te krijgen. Maar aan één simpele waarheid zal Europa niet ontkomen: wie niet bereid is te vechten voor wat hij staat, zal op zijn knieën verder mogen leven.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
WIJ ZIJN IN OORLOG. WIJ WORDEN AANGEVALLEN. ONSCHULDIGE EUROPEANEN STERVEN HAAST WEKELIJKS. WIJ MOETEN ONS VERDEDIGEN 




J’invite chacune et chacun qui lirait ceci à consulter sur google le terme « Alep » et à regarder les images de l’état dans lequel se trouve cette ville. On croirait voir Beyrouth détruite ou Dresde en ruine, c’est même presque Hiroshima. Est-ce cela qui nous attend si devait se poursuivre l’espèce de guérilla-urbaine qui a déjà transformé Paris ou Bruxelles en camps retranchés ? On y évite désormais les rassemblements de masses, les terrasses trop fréquentées, les stades, les salles de spectacle, les cinémas, bref tout ce qui fait notre art de vivre et que l’ennemi islamiste implacable entend anéantir. Les masochistes, les lucides et surtout les sceptiques liront avec terreur la lettre  de Ben Laden adressée aux Américains dont nous reproduisons ici un bref extrait pour information. En vérité c’est une déclaration de guerre totale adressée au « grand Satan » américain. Désormais sa cible de prédilection c’est la France et aussi la capitale d’une Europe, honnies précisément pour leur style de vie.  L’objectif c’est nous.
D’aucuns voudraient, comme De wever, sortir une bonne fois du « aux larmes citoyens » pour entonner avec force le fameux   « aux armes citoyens »  de la marseillaise.
Mais qu’on lise également les admirables  discours du maire communiste de Saint-Étienne-du-Rouvray, celui de Emmnuel Valls  et aussi celui du pape François adressé à une jeunesse européenne qui devant les jeux vidéos, internet et la consommation s’affaisse comme dans un divan. Ces discours sont une exhortation non pas à la contre violence mais au dialogue et au non recours à la force dans un esprit qui rappelle celui de Gandhi, lui-même inspiré par le grand Léon Tolstoï.
MG 

 
SYRIE: FLOU AUTOUR DE LA SORTIE D'HABITANTS DU SECTEUR REBELLE D'ALEP

Des médias du régime syrien ont affirmé samedi que des dizaines de familles étaient sorties des quartiers rebelles d'Alep par un de ses couloirs "humanitaires" mais des habitants et des insurgés ont démenti et dénoncé des "mensonges".
Le régime, qui soumet ces quartiers à un siège total et à des bombardements meurtriers, et son allié russe ont mis en place une opération "humanitaire" pour permettre aux civils et combattants de quitter les secteurs insurgés -où vivent quelque 250.000 personnes- et passer ainsi en zone loyaliste.
Selon l'agence officielle Sana, "des dizaines de familles sont sorties des quartiers est d'Alep à travers les couloirs (...)" et ont été prises en charge par des soldats et "transportées en bus vers des abris temporaires".
Un groupe "de femmes de plus de 40 ans est également sorti par le passage de Salaheddine", d'après Sana, qui a aussi parlé de combattants ayant déposé les armes.
Dans un communiqué, l'armée russe a elle affirmé que 169 civils et 69 rebelles ayant rendu les armes avaient emprunté depuis vendredi l'un des trois couloirs "humanitaires".
La chaîne officielle Al-Ikhbariya a elle diffusé des images de quelques femmes et d'enfants traversant une rue bordée d'immeubles en ruines.

RUMEURS
"Le régime dit avoir ouvert une voie à travers Salaheddine mais ce ne sont que des rumeurs et des mensonges", a indiqué Iyat Abou Mohamed, un commandant du groupe rebelle Noureddine al-Zinki.
"Nous sommes au passage (du quartier) de Boustan al-Qasr. Le régime ment", a dit au correspondant de l'AFP un autre commandant rebelle, Yasser Flis. "Ils n'ont rien ouvert, (...) Au contraire, ils ont augmenté leurs bombardements et leurs raids aériens sur le point de passage."
Le régime assiège totalement Alep-est depuis le 17 juillet et ses habitants souffrent de graves pénuries. Depuis le 7 juillet, aucune aide ne leur est parvenue.
L'objectif du régime est de reprendre la totalité d'Alep, ce qui représenterait un tournant dans une guerre qui a fait plus de 280.000 morts depuis 2011 et poussé des millions de personnes à la fuite.
La perte d'Alep pourrait aussi sonner le glas de la rébellion syrienne, déjà affaiblie par la montée en puissance des groupes jihadistes.

PLUS DE NOURRITURE
Si l'ONU s'est dite favorable à ces corridors "humanitaires" et a proposé d'en prendre le contrôle, l'initiative a été accueillie fraîchement par les Etats-Unis, qui cherchent à travailler avec Moscou --principal soutien de Bachar al-Assad-- pour trouver une issue au conflit syrien.
L'opposition a également mis en doute les intentions du régime et de son allié russe: un membre de la Coalition de l'opposition en exil, Ahmad Ramadan, a même parlé de "couloirs de la mort".
Et des habitants disent avoir peur d'emprunter ces passages.
"Je veux sortir mais pas vers les zones du régime. J'ai très peur qu'ils prennent mon fils de 17 ans pour l'obliger à faire son service militaire ou l'envoyer au front", dit Abou Mohammad, 50 ans et père de quatre enfants.
"La situation humanitaire est de plus en plus désespérée et on arrive difficilement à trouver de la nourriture", ajoute-t-il.
Pour renforcer le siège des quartiers rebelles, l'aviation syrienne bombarde intensément depuis vendredi la zone industrielle de Chqif et la banlieue de Dahret Abd Rabbo, situées respectivement au nord et au nord-ouest d'Alep, selon l'OSDH.
Le régime cherche ainsi à empêcher toute tentative des insurgés d'envoyer des renforts ou de lancer des contre-attaques pour briser le siège.


FULL TEXT: BIN LADEN'S 'LETTER TO AMERICA'
Online document: the full text of Osama bin Laden's "letter to the American people", reported in today's Observer. The letter first appeared on the internet in Arabic and has since been translated and circulated by Islamists in Britain.



In the Name of Allah, the Most Gracious, the Most Merciful,
"Permission to fight (against disbelievers) is given to those (believers) who are fought against, because they have been wronged and surely, Allah is Able to give them (believers) victory" [Quran 22:39]
"Those who believe, fight in the Cause of Allah, and those who disbelieve, fight in the cause of Taghut (anything worshipped other than Allah e.g. Satan). So fight you against the friends of Satan; ever feeble is indeed the plot of Satan."[Quran 4:76]
Some American writers have published articles under the title 'On what basis are we fighting?' These articles have generated a number of responses, some of which adhered to the truth and were based on Islamic Law, and others which have not. Here we wanted to outline the truth - as an explanation and warning - hoping for Allah's reward, seeking success and support from Him.
While seeking Allah's help, we form our reply based on two questions directed at the Americans:
(Q1) Why are we fighting and opposing you?
Q2)What are we calling you to, and what do we want from you?
As for the first question: Why are we fighting and opposing you? The answer is very simple:
(1) Because you attacked us and continue to attack us.
a) You attacked us in Palestine:
(i) Palestine, which has sunk under military occupation for more than 80 years. The British handed over Palestine, with your help and your support, to the Jews, who have occupied it for more than 50 years; years overflowing with oppression, tyranny, crimes, killing, expulsion, destruction and devastation. The creation and continuation of Israel is one of the greatest crimes, and you are the leaders of its criminals. And of course there is no need to explain and prove the degree of American support for Israel. The creation of Israel is a crime which must be erased. Each and every person whose hands have become polluted in the contribution towards this crime must pay its*price, and pay for it heavily.
(ii) It brings us both laughter and tears to see that you have not yet tired of repeating your fabricated lies that the Jews have a historical right to Palestine, as it was promised to them in the Torah.  Etc. etc.


AUX JMJ, LE PAPE FRANÇOIS RÉCUSE LES «JEUNES-DIVANS»

Le pape François a lancé un appel provoquant, samedi soir, à Cracovie, lors de la soirée finale des JMJ, exhortant les jeunes à ne pas vivre comme des «abrutis» mais à quitter «le divan» et chausser des «crampons» pour «changer le monde» car «notre réponse à la guerre» est «la fraternité».
De notre envoyé spécial à Cracovie (Pologne) Figaro
«Jésus est le Seigneur du risque!» Le pape les a surtout provoqués en dénonçant une «dangereuse paralysie lorsqu'on confond le bonheur avec un divan!».
En effet, «le temps qu'aujourd'hui nous vivons n'a pas besoin de jeunes-divan, mais de jeunes avec des chaussures, mieux encore, chaussant des crampons. Il n'accepte que des joueurs titulaires sur le terrain, il n'y a pas de place pour des réservistes.» Pour François, l'enjeu est de taille: «Si tu n'y mets pas le meilleur de toi-même, le monde ne sera pas différent». Et «l'histoire aujourd'hui nous demande de défendre notre dignité et de ne pas permettre que ce soient d'autres qui décident notre avenir.»
Les jeunes «perdent leur liberté» en passant «des heures de tranquillité pour se transférer dans le monde des jeux vidéo ou devant l'ordinateur» sans réaliser qu'ils sont «endormis étourdis et abrutis» - et sans oublier «d'autres drogues socialement acceptées» qui nous rend plus esclaves - ce sont «d'autres, peut-être plus éveillés, mais pas les meilleurs qui décident de l'avenir pour nous».
«la vérité est autre» car «nous ne sommes pas venus au monde pour ‘végéter', pour vivre dans la facilité, pour faire de la vie un divan qui nous endorme ; au contraire, nous sommes venus pour autre chose, pour laisser une empreinte, une empreinte qui marque l'histoire».
«NOUS, NOUS NE VOULONS PAS VAINCRE LA HAINE PAR DAVANTAGE DE HAINE»
D'où cet appel dans un monde ravagé, pour partie par la guerre - un témoignage poignant d'une jeune syrienne avait introduit la soirée - ou par l'angoisse: «Nous ne voulons pas détruire (…) Nous, nous ne voulons pas vaincre la haine par davantage de haine, vaincre la violence par davantage de violence, vaincre la terreur par davantage de terreur. Et notre réponse à ce monde en guerre a un nom: elle s'appelle fraternité, elle s'appelle lien fraternel, elle s'appelle communion, elle s'appelle famille.»
«LA PEUR MÈNE À UN SEUL ENDROIT : À LA FERMETURE»
Les chrétiens doivent donc sortir et ne pas rester «enfermés» en se sentant «menacés par un entourage» qui les «persécuterait», les «obligeant à demeurer figés et paralysés». «On voudrait nous faire croire que nous enfermer est la meilleure manière de nous protéger de ce qui fait mal», or, «la peur mène à un seul endroit: à la fermeture. Et lorsque la peur se terre dans la fermeture, elle est toujours accompagnée de sa ‘soeur jumelle', la paralysie» qui est «l'un des pires maux».
«NOUS LES ADULTES, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS»
D'où cet envoi: «Aller par les routes en suivant la “folie” de notre Dieu qui nous enseigne à le rencontrer en celui qui a faim, en celui qui a soif, en celui qui est nu, dans le malade, dans l'ami qui a mal tourné, dans le détenu, dans le réfugié et dans le migrant, dans le voisin qui est seul. Aller par les routes de notre Dieu qui nous invite à être des acteurs politiques, des personnes qui pensent, des animateurs sociaux. Il nous incite à penser à une économie plus solidaire.»
«TOUS ENSEMBLE, DEMANDONS QUE VOUS EXIGIEZ DE NOUS DE PARCOURIR LES ROUTES DE LA FRATERNITÉ»
Car «aujourd'hui, nous les adultes, nous avons besoin de vous, pour nous enseigner à cohabiter dans la diversité, dans le dialogue, en partageant la multiculturalité non pas comme une menace mais comme une opportunité: ayez le courage de nous enseigner qu'il est plus facile construire des ponts que d'élever des murs! Et tous ensemble, demandons que vous exigiez de nous de parcourir les routes de la fraternité. Construire des ponts.»
«Fais en sorte que tes mains, mes mains, nos mains se transforment en signes de réconciliation, de communion, de création.  Des mains pour continuer à construire le monde d'aujourd'hui. »


Aucun commentaire: