jeudi 15 septembre 2016

Bruxelles abandonnée par plus de 14.000 entreprises en cinq ans



Bruxelles © Belga

Le Vif
Source: Belga
En cinq ans, Bruxelles a vu partir près de 13.765 entreprises et indépendants, dont 6.889 sociétés. Celles-ci se sont principalement installées dans le Brabant flamand et le Brabant wallon, selon une étude réalisée par Beci, la chambre de commerce et Union des entreprises bruxelloises, et Bisnode, un bureau d'analyse de données, rapporte mardi L'Echo.


Depuis 2011, 13.765 entreprises et indépendants - dont 6.889 sociétés - ont quitté la Région Bruxelles-Capitale, les communes de Bruxelles (ville), Ixelles et Uccle (respectivement 12%, 11,6% et 10,8%) en tête.
Ces sociétés s'installent pour beaucoup ensuite en Brabant flamand et wallon, principalement à Waterloo, commune la plus attractive, suivie par Anvers. L'exil serait avant tout motivé par les problèmes de mobilité et les limites de l'espace foncier.
Parmi les grands noms, on retrouve ENI, British American Tobacco, Citroën, Siemens et Levi Strauss qui ont délaissé la capitale.
En cinq ans, 10.141 nouvelles firmes et nouveaux indépendants sont par contre venus s'y installer, ce qui n'est assez pour compenser les départs, laissant un solde négatif de 3.624. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
GESTION DESASTREUSE DE LA REGION ET DE LA VILLE DE BRUXELLES
On ne dira pas que la gouvernance socialiste bruxelloise soit un succès. La délocalisation vers le Brabant est un désastre pour la nature et accélère la paupérisation de la Région capitale. Difficile de faire pire. Le président Rudi Vervoort et le bourgmestre Yvan Mayeur ne sont pas précisément des foudres de guerre. Il serait temps que l’opposition se révèle enfin 


UN POSSIBLE CONFLIT D'INTÉRÊTS AU SEIN DU CABINET DE RUDI VERVOORT
Le Vif 



Source: Belga 

Les asbl Cumuleo et Anticor ont indiqué avoir envoyé lundi un courrier au ministre-président bruxellois Rudi Vervoort à la suite de ce qu'ils qualifient de "découverte d'un conflit d'intérêts et d'un faux et usage de faux dans le chef de son directeur de cabinet Yves Goldstein".

Yves Goldstein a annoncé jeudi qu'il quittait ses fonctions de directeur de cabinet pour des raisons personnelles. Le quotidien La Capitale avait indiqué vendredi que l'association contre la corruption Anticor le soupçonnait de conflit d'intérêts, le socialiste ayant caché son mandat de président de l'asbl Mondial Sport, basée à Schaerbeek et financée quasi intégralement par des subsides de la Région et d'Actiris.
Dans leur courrier adressé à Rudi Vervoort, Cumuleo et Anticor ont demandé à Rudi Vervoort de rendre public sous 15 jours l'ensemble des mandats, fonctions et professions publics et privés exercés par les membres des cellules stratégiques de son cabinet "afin d'instaurer un climat de confiance entre les Bruxellois et l'équipe de son cabinet".
Selon ces deux asbl, en plus du conflit d'intérêts, le chef de cabinet de Rudi Vervoort a commis "un faux et usage de faux envers la Cour des comptes en ne déclarant pas le mandat de président de Mondial Sport alors que la loi le lui imposait".
GOLDSTEIN PRÉSIDE DEPUIS 2013 MONDIAL SPORT SOUTENUE PAR LA COCOF DEPUIS 2005
"Yves Goldstein est président de l'asbl Mondial Sport depuis décembre 2013. Cette asbl est subventionnée depuis 2005 par la CoCoF pour des activités de soutien scolaire. Les décisions de soutien de cette asbl par Actiris ou la CoCoF sont majoritairement antérieures à la nomination de Monsieur Goldstein comme directeur de cabinet et les procédures d'octroi ont toujours fait l'objet d'une décision du gouvernement ou d'Actiris sur base de procédures décrites par la loi", a affirmé lundi midi le cabinet du ministre-président Rudi Vervoort.
Yves Goldstein a annoncé jeudi qu'il quittait ses fonctions de directeur de cabinet pour des raisons personnelles. Le quotidien La Capitale avait indiqué vendredi que l'association contre la corruption Anticor le soupçonnait de conflit d'intérêts, le socialiste ayant, d'après cette asbl, caché son mandat de président de l'asbl Mondial Sport, basée à Schaerbeek et financée quasi intégralement par des subsides de la Région et d'Actiris.
Au-delà de l'explication fournie concernant l'entrée en fonction d'Yves Goldstein, postérieure à l'octroi de subvention à cette association par la CoCof, le cabinet de Rudi Vervoort a dit constater "qu'aucune plainte n'a été déposée. L'objectif d'Anticor est-il de faire respecter la loi ou de nuire délibérément en faisant anonymement des déclarations calomnieuses par voie de presse? ", a-t-il demandé.


Aucun commentaire: