vendredi 30 septembre 2016

La N-VA veut une nouvelle réforme de l'Etat en 2019


BELGA


La N-VA veut ouvrir plusieurs articles de la Constitution pour révision après les élections de 2019, ressort-il d'une note interne que De Morgen a pu consulter.
"Aucune réforme ne doit être rendue impossible. L'électeur doit recevoir toutes options afin de pouvoir décider. Il est donc normal que la Constitution soit ouverte à révision", stipule le document portant sur la stratégie communautaire du parti. Cette note, transmise à tous les cadres nationalistes via l'intranet du parti, intervient dans le contexte tumultueux du départ des députés Hendrik Vuye et Veerle Wouters.
La N-VA entend être en mesure de mener une réforme aussi large que possible, selon la note. Aucun de ses partenaires de coalition ne s'est cependant engagé à ouvrir des articles de la Constitution pour révision à l'issue de la législature. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
PANIQUE A BORD 

Il ne voulait pas de septième réforme et voilà qu’il la veut quand même. Bart De Wever semble avoir perdu son légendaire sang froid depuis le départ de deux grosses têtes pensantes inséparables. Wait and see. 


LA DÉDUCTIBILITÉ FISCALE DES COTISATIONS SYNDICALES VISÉE PAR LA N-VA
La N-VA a proposé de supprimer la déductibilité fiscale dont bénéficient actuellement les cotisations syndicales afin de dégager des moyens pour équilibrer le budget, écrit Het Laatste Nieuws vendredi. L'imposition des primes syndicales est également dans le viseur du parti nationaliste.

Quelque 3,2 millions de Belges sont syndiqués. Ils payent en moyenne une cotisation de 150 euros, un montant déductible fiscalement.
Les primes syndicales font également l'objet de l'attention des nationalistes. Celles-ci doivent être taxées, mais sont rarement signalées dans les déclarations. La N-VA veut dès lors obliger les employeurs à rédiger une fiche pour fiscale pour ce bonus.
Avec ces deux mesures, la N-VA espère récupérer 102 millions d'euros.


ELIO DI RUPO VEUT RENFORCER LE POIDS DES TRAVAILLEURS DANS L’ENTREPRISE
C.Bq Le Soir 


• © Pierre-Yves Thienpont / Le Soir
Le PS souhaiterait insérer dans le droit belge une nouvelle forme d’entreprise. Au micro de Matin Première, Elio Di Rupo a présenté une nouvelle proposition : la mise en place, de manière volontaire, d’un conseil des travailleurs en parallèle au conseil d’administration dans les entreprises.
Selon lui, pour toute décision il faudrait alors obtenir la majorité dans chacun des conseils. Pas question donc d’intégrer les travailleurs dans le conseil d’administration : «  je prône la codécision, un vrai conseil des travailleurs indépendant  », a insisté Elio Di Rupo. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
GARE  À L’ICEBERG ; À GAUCHE TOUTE.

Il en faudra plus pour ramener les « pétébistes » au sérail.
Mais attention les « pétébistes » font de l’entrisme au sein de la FGTB.



Aucun commentaire: