samedi 3 septembre 2016

Les femmes voilées en Belgique, un effet de mode ?


DORIAN DE MEEÛS 
La Libre


Trois questions sur le voile islamique en Belgique à Felice Dassetto
Sociologue des religions, Professeur émérite UCL, Membre de l'Académie Royale de Belgique. 



LE NOMBRE DE FEMMES VOILÉES A-T-IL AUGMENTÉ EN BELGIQUE CES DERNIÈRES ANNÉES ?

A ma connaissance, il n'y a pas de chiffres à ce sujet. Mais mon impression est plutôt en sens contraire. Le pic du port du foulard semble avoir été atteint dans les années 2010. Depuis lors, il me semble que la situation est stagnante. En regardant ces questions, il faut prendre en compte également la succession des générations. La population qui a été hautement concernée a été la première et surtout la deuxième génération. En raison de l'impact de la prédication salafiste et des Frères musulmans dans les années 2000. Après le 11 septembre 2001 et les interpellations mal ressenties par une jeunesse musulmane, un sursaut identitaire pieux, alimenté par les groupes cités a trouvé son expression féminine dans l'obligation du foulard. Les choses pourraient changer auprès des troisièmes, quatrièmes générations. C'est à suivre et cela demanderait des recherches ou du travail journalistique de fond, qui manquent. Il y a également des phénomènes en sens contraire, car certaines femmes commencent à comprendre qu'elles paient un prix cher -sur le plan de l'emploi- en suivant ces obligations, qui restituent la lettre plus que l'esprit. L'esprit étant celui de la pudeur et il concerne tant les femmes que les hommes. Malheureusement, de nombreux leaders musulmans pensent que la lettre prime sur l'esprit.

COMMENT EXPLIQUEZ-VOUS CETTE "MODE" OU "TENDANCE" DEPUIS UNE DIZAINE D’ANNÉES?

La politisation et la médiatisation française autour du burkini, peut donner à penser qu'il y a là une surenchère nouvelle, ce qui ne me semble pas être le cas. Mais à condition de ne pas faire de la surenchère polémique de part et d'autre et de ne pas tomber dans des débats contreproductifs et, selon moi, erronés. Il peut y avoir un effet d'imitation, donc de mode. Mais l'impact plus grand est celui de la prédication, tant des salafistes que des Frères musulmans, qui ont fait de cet objet identitaire une marque de la "vraie" musulmane. Ils en ont également fait un drapeau: celui, avec les mosquées, de la présence de l'islam en Europe. Dans les discours saoudiens, à l'origine du salafisme, ce projet était et est, explicite.

EN BELGIQUE, LE PORT DU VOILE EST-IL UN ACTE VOLONTAIRE DES FEMMES MUSULMANES OU EST-CE LE FRUIT D’UNE FORTE PRESSION DES HOMMES DE LA COMMUNAUTÉ MUSULMANE ?

L'analyse est la même partout en Europe ; il peut y avoir des cas d'injonction externe, mais je ne généraliserais pas. Je soulignerais plutôt que globalement, c’est un climat diffus au sein des communautés musulmanes, ainsi que dans l'ensemble du monde musulman, qui ont fait de cet objet un "absolu". Il faut ajouter également que pour une jeune musulmane de la deuxième génération, dans les années 2000, porter le foulard était parfois un condition pour trouver un "bon" mari. Enfin, il ne faut pas oublier que - aussi paradoxale que cela puisse paraître, porter un foulard dans certains quartiers à fort contrôle social, c'est également synonyme de liberté de mouvement sans être harcelés par des jeunes qui trainent aux stations de métro, par les rumeurs qui circulent dans la communauté.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
« CES OBLIGATIONS, QUI RESTITUENT LA LETTRE PLUS QUE L'ESPRIT »

Felice Dassetto est sans doute  celui qui connaît le mieux « ’islam en Belgique ». Ses analyses font autorité et ses avis sont écoutés par nos décideurs. Jugez plutôt par vous même : « Surenchère nouvelle ? ce ne me semble pas être le cas. Mais à condition de ne pas faire de la surenchère polémique de part et d'autre et de ne pas tomber dans des débats contreproductifs et, selon moi, erronés. Il peut y avoir un effet d'imitation, donc de mode. » Mais attention, qu’on ne s’y trompe pas : «  l'impact plus grand est celui de la prédication, tant des salafistes que des Frères musulmans, qui ont fait de cet objet identitaire une marque de la "vraie" musulmane. »
« Ils en ont fait un drapeau: celui, avec les mosquées, de la présence de l'islam en Europe. Dans les discours saoudiens, à l'origine du salafisme, ce projet était et est, explicite.

« Dans les années 2000, porter le foulard était parfois un condition pour trouver un "bon" mari. Enfin, il ne faut pas oublier que - aussi paradoxale que cela puisse paraître, porter un foulard dans certains quartiers à fort contrôle social, c'est également synonyme de liberté de mouvement sans être harcelés par des jeunes qui trainent aux stations de métro, par les rumeurs qui circulent dans la communauté. »
Cela dit, il se murmure que le salafisme s’infiltre insidieusement partout, dans nos grandes villes et jusque  dans les villages perdus du Maghreb et ce même au Maroc ce qui a fait régir le roi Mohamed V.
Voilà qui est extrêmement préoccupant et se doit d’être dénoncé par les musulmans modérés et par mes musulmans éclairés, les nouveaux penseurs de l’islam.
MG


Aucun commentaire: