samedi 17 septembre 2016

Vent de révolte à la N-VA


Le Vif 

Hendrik Vuye et Veerle Wouters, les experts en matières communautaires de la N-VA, menacent de quitter le parti si aucune réforme de l'Etat n'est revendiquée à l'occasion des élections de 2019, rapportent De Morgen et Het Laatste Nieuws samedi. Ils ajoutent qu'une rébellion gronde au sein du noyau dur flamingant du parti. 


Bart De Wever © BELGAIMAGE
"Pour nous, il est tout simplement inconcevable que la N-VA se présente en 2019 sans ambition communautaire. Nous ne pourrions nous aligner sur cette position. Ce sera sans nous", soulignent les deux députés fédéraux. "Nous sommes convaincus qu'une grosse partie de nos partisans en feront de même. Lorsque la N-VA s'est engagée au sein du gouvernement Michel en 2014, beaucoup de membres du parti se sont dits: 'C'est bon pour cinq ans, mais pas plus longtemps.'"
Le président des nationalistes, Bart De Wever, a laissé entendre cette semaine qu'une nouvelle réforme de l'Etat n'est pas une priorité pour 2019 et qu'il serait satisfait de poursuivre pour une législature supplémentaire avec la majorité actuelle. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ZIZANIE OU REBELLION? 

Il semble bien que De Wever doive faire face à une fronde violente au sein de son parti où il s’est senti jusqu’ici comme Dieu en Flandre. Son analyse extrêmement réaliste de la situation est contestée au sein de son parti : « pas de réforme constitutionnelle communautaire sans le PS au fédéral » par conséquent plutôt pas de réforme pourvu que le PS reste éloigné du paysage fédéral. Certes ce point de vue est plus conservateur que nationaliste.  Mais la contestation est vive au sein de la N-VA et elle menace à terme de miner, voire de provoquer l’éclatement de son parti.
L’éloignement du PS du fédéral c’est mieux qu’une réforme de l’Etat avait dit Daniel Reynders. C’est aussi la conviction de Siegfried Braecke, numéro deux de la N-VA actuel président de la chambre et ancien journaliste phare, le Pujadas de la VRT qui tous les deux constatent que le PS chute dans les sondages. (La N-VA aussi du reste au profit du Belang)
Reste à savoir ce qu’en pense le grand sage de la N-VA, le taciturne mais néanmoins très influent Geert Bourgeois, ministre président de la Vlaamse Gemeenschap. « Afwachten en thee drinken ».
MG


"ZONDER COMMUNAUTAIR PROGRAMMA ZIJN WE WEG" 

Hendrik Vuye en Veerle Wouters waarschuwen N-VA-voorzitter De Wever
 Jeroen Van Horenbeek en Jonas Muylaert 


Hendrik Vuye en Veerle Wouters (N-VA) ©Bas Bogaerts 

Hendrik Vuye en Veerle Wouters, de communautaire specialisten van N-VA, dreigen op te stappen als hun partij geen nieuwe staatshervorming eist bij de verkiezingen in 2019. Bovendien waarschuwen ze dat er dan een rebellie dreigt uit te breken van de harde Vlaamse kern binnen N-VA.
"Voor ons is het totaal ondenkbaar dat N-VA in 2019 naar de kiezer trekt zonder communautaire ambitie. Daar zouden we ons niet kunnen bij neerleggen. Dan zal het sowieso zonder ons zijn", benadrukken de twee federale parlementsleden in een interview met deze krant. "En we zijn ervan overtuigd dat een groot deel van onze achterban dan zal afhaken.

Toen N-VA er in 2014 uiteindelijk voor koos om in de regering-Michel te stappen, zeiden veel partijgenoten al: 'Dit is goed voor vijf jaar maar echt niet langer.'" N-VA-voorzitter Bart De Wever liet eerder deze week uitschijnen dat een nieuwe staatshervorming in 2019 geen must is voor hem. Een voortzetting van de huidige centrumrechtse coalitie met MR zou zijn voorkeur wegdragen omdat hij nooit in een regering wil zitten met PS - de partij die wel nodig is om een nieuwe staatshervorming te kunnen stemmen in de Kamer.






Aucun commentaire: