dimanche 16 octobre 2016

"Si nous obtenons une majorité avec le Vlaams Belang, nous allons exiger l'indépendance flamande"


Stavros Kelepouris 
Journaliste pour Knack.be 

Si aux prochaines élections, la N-VA peut former une majorité avec le Vlaams Belang, le parti exigera l'indépendance flamande. C'est ce qu'a déclaré le chef de fraction N-VA Peter De Roover vendredi soir lors d'une soirée-débat du Vlaamse Volksbeweging (Mouvement populaire flamand). Le cordon sanitaire, qui a tenu 24 ans, semble définitivement en miettes. 


Peter De Roover © BELGA 

Face aux membres du VVB, Peter De Roover a donné un exposé consacré à la participation au gouvernement de la N-VA. Ensuite, le public a posé des questions au sujet de la concrétisation de l'indépendance à l'orateur. "Imaginez que demain la N-VA obtienne 40%, et le Vlaams Belang 11. La N-VA prendrait-elle alors le Vlaams Belang avec elle pour exiger l'indépendance ?", a demandé le médiateur à De Roover. "Oui", a-t-il répondu, "nous le ferions même avec le PS."
Jusqu'à présent, le parti ne s'est jamais prononcé sur une éventuelle participation au gouvernement avec le Vlaams Belang. Il y a quelques semaines, le Secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration Theo Francken a néanmoins laissé entendre qu'il était contre le cordon sanitaire. "Je suis contre le cordon sanitaire, mais pour la réalisation de notre programme électoral", a-t-il déclaré à la chaîne VTM.
DANS LE RESPECT DES RÈGLES DU JEU DÉMOCRATIQUE
En 1992, les partis flamands ont invoqué le cordon sanitaire en réaction au langage particulièrement grossier et incendiaire du Vlaams Belang et de son attitude trop brutale contre les immigrants. Aussi est-il étonnant que le plus grand parti de Flandre et de Belgique tende la main au Vlaams Belang. Toutefois, une majorité N-VA-Vlaams Belang n'est pas pour demain, puisque dans le dernier sondage de la VRT et du quotidien De Standaard, les deux partis réunis obtiennent 35% des votes.
Entre-temps, le porte-parole de la fraction N-VA? Diederik Demuynck, nuance les propos de Peter De Roover : "Tous ceux qui veulent aider à réaliser notre programme doivent le faire dans le respect des règles de jeu démocratiques." 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CHASSER LE COMMUNUTAIRE IL REVIENT AU GALOP 

« .Toutefois, une majorité N-VA-Vlaams Belang n'est pas pour demain . Dans le dernier sondage de la VRT et du quotidien De Standaard, les deux partis réunis obtiennent 35% des votes. »
Traumatisée par le départ des deux députés nationalistes inséparables,  la N-VA entend bien donner des gages à son arrière-ban radical.  Charles Michel va lire ceci avec consternation. Non, les déclarations de Peter De Roover ne sont pas de nature à ramener la sérénité au sein de la suédoise. La confiance n’est plus du tout à l’ordre du jour et on sent comme un climat de pré-campagne électorale, trois ans avant les élections. Chacun fourbit ses armes et Bart De Wever lit ostensiblement son journal au bar du parlement tandis que Charles Michel prononce, devant une opposition, son State of the Disunion. Drôle d’ambiance, franchement.
MG




Aucun commentaire: