vendredi 18 novembre 2016

Réaction vive et critique à propos du vote obligatoire


« Chez nous d’aucuns envisagent de supprimer le vote obligatoire. C’est insensé et dicté par des petites stratégies électoralistes. « Car enfin, si le vote est un droit, n’est-il pas tout autant un devoir ? ».MG
Vraiment? Pas sûr du tout!

Sans cela, dit-il, nous verrons un jour une minorité non représentative de la population exercer le pouvoir, sous le couvert légalisé d’une imposture.

D’autres, à des fins purement électoralistes, s’évertuent, par une logique démocratiquement mortifère, de convaincre du droit du non-vote !
Faut qu'on m'explique!

En Suisse, on vote sur tous les sujets, et ni les votations, ni les élections ne sont obligatoires.
Le citoyen suisse est responsabilisé! Il vote quand il veut, par correspondance ou à l'urne, mais en tout cas, par conviction!
Bien mieux à mon sens qu'une journée d'élection gâchée avec moult râleurs qui s'en contrefichent.

Par contre, le citoyen est très bien informé avant chaque votation: il reçoit une documentation officielle avec les arguments pour et contre et l'avis du Conseil Fédéral sur le sujet.
Et il est évident que toutes les presses énoncent des avis divers, organisent des colloques ou forums télévisés.
(Tiens, forum avec un S, ça me fait mal aux yeux: L'assimilation du mot latin forum au français a construit le pluriel forums couramment usité et indiqué dans les dictionnaires modernes comme le seul pluriel )

À mon sens, l'obligation ne changerait rien au scrutin final puisque les résultats (ici), correspondent toujours avec les sondages.
Cela dit, la participation à un vote reste un devoir, un devoir civique, mais pas le seul. Le respect de son environnement et le sentiment de citoyenneté, celui de l'appartenance à un territoire, font aussi partie du civisme. Je sens que tu vas me targuer de nationaliste, mais comment dissocier droits civiques, civisme et citoyenneté?

Combien d'étrangers qui voudraient s'intégrer le veulent vraiment? Sont-ils prêts à accepter les contraintes liées au civisme, à "s'approprier" le pays d'accueil, à le respecter, l'entretenir, le préserver?
Vaste débat!

Au lieu d'obliger le citoyen à voter, on ferait beaucoup mieux de développer chez lui le respect de son pays et de ses institutions.
Je sais, je suis mal placée pour ce respect depuis notre "affaire", mais je respecte néanmoins le territoire et ses habitants.
J'AI ENCORE RELU LE PAPIER ...VOTE OBLIGATOIRE: LE PREMIER DEVOIR DU CITOYEN!

... et je trouve que cette liste d'arguments tient comme noix sur un bâton.
De plus, il enfonce des portes ouvertes sur ce droit de vote, "un acquis précieux, durement acquis, 1er garant de la démocratie". Puis il fait digression stupide vers les pays totalitaires.

Et il continue en racontant des salades:
Sans le maintien du vote obligatoire, nous aurons des minorités, voire des majorités silencieuses qui n’auront plus d’autres choix démocratiques que les inutiles défouloirs des réseaux sociaux.
Et de l’autre côté, au mieux, une majorité, au pire une minorité non représentative de la population, exercera le pouvoir, sous le couvert légalisé d’une imposture.
D'où a-t-il bien pu déterrer ces conneries?

A quoi servirait la liberté de penser s’il n’est de liberté de choisir ?
Quel rapport? Du gloubi-boulga!

Abolir l’obligation de vote, c’est miser sur les électeurs qui seraient indigents intellectuellement, qui ne seraient pas assez motivés pour aller voter.
Dirait l'autre.

Je dois vraiment me retenir pour ne pas écrire 5 points d'exclamation derrière chacune de ces contrevérités.

So what?
C'est pas un playdoyer, c'est un fatras de lieux communs et d'inepties. Pardon.

Il est question de vote et de liberté. Voire de démocratie.
Le souverain (le peuple suisse en tout cas) n'est pas un ramassis de citoyens indigents intellectuellement!
ET ÇA MARCHE! A. M.

Aucun commentaire: