lundi 19 décembre 2016

Ecolo sur la réunion de crise: «Le patron de notre pays, c’est Bart De Wever»

Le Soir
C.Bq

L’opposition réclame que le ministre de l’Intérieur Jan Jambon et le président de la N-VA viennent s’expliquer en commission attentats ce lundi. 


• © Belga

L’opposition ne décolère pas après les révélations sur la présence de Bart De Wever à une réunion de crise au lendemain des attentats de Bruxelles. « Politiquement c’est très grave ce qu’il se passe. On voit que le patron de notre pays, c’est Bart De Wever  », a déclaré le député fédéral Ecolo Gilles Vanden Burre.
«  Nous avons entendu toutes les personnes présentes à cette réunion. Jamais la présence de Bart De Wever n’a été évoquée  », explique-t-il.
Ecolo, comme le reste de l’opposition, souhaite que le président de la N-VA et le ministre de l’Intérieur Jan Jambon viennent s’expliquer en commission attentats ce lundi.
De son côté, la N-VA a justifié la présence de son président selon des raisons « politiques  ». Selon le porte-parole, cette réunion était une réunion hebdomadaire qui a évolué vers une réunion de crise, de par les circonstances.
«  Bart De Wever n’était pas là par hasard. Les excuses de la N-VA : c’est vraiment nous prendre pour des naïfs  », s’est agacé le député Ecolo. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
IL COURT IL COURT LE FURET

La présence de Bart  De Wever prouve une seule chose, que le cabinet Jambon était alors en pleine panique. Jambon envisageait de démissionner mais il ne pouvait envisager ce geste fort sans l’aval de son président. Il ne faudrait pas se le dissimuler : Bart est sans conteste l’homme le plus puissant de ce pays en phase d’évaporation lente. De Wever est comme le furet, il est passé par ici, il repassera par là. Il se retrouvera même peut-être dans l’opposition plus vite qu’il ne le souhaitait car les jours de la kamikaze sont désormais comptés.
MG 

 
Ecolo et groen sont sur toutes les balles quand il s’agit de discréditer l’autorité de Charles Michel. Un nouveau coup dur pour le patron de la kamikaze.  
"DAT DE WEVER OP DIE CRISISVERGADERING WAS, BEWIJST VOORAL DAT HET KABINET IN PANIEK VERKEERDE" 
De Morgen 



Politicoloog Nicolas Bouteca. ©RV 

Politicoloog Nicolas Bouteca (UGent) voorspelt dat vicepremier Jan Jambon (N-VA) deze namiddag in de terreurcommissie hoogstens schaafwonden zal oplopen. Gisteren lekte uit dat zijn partijvoorzitter Bart De Wever net na de aanslagen op een crisisvergadering aanwezig was met de politietop.
Dat de oppositie daar gebruik van maakt om de N-VA aan te vallen, noemt Bouteca begrijpelijk. Maar hij betwijfelt dat de aanval ook zal blijven hangen. "Weinig mensen liggen hier wakker van: je moet al de finesses van het politieke spel kennen om te begrijpen dat wat De Wever gedaan heeft, hoogst ongebruikelijk is. Het is gewoon te politique politicienne."
Bovendien valt het moeilijk te bewijzen dat er fouten gemaakt zijn. "Als dat al het geval is", klinkt het. "Dat De Wever op die crisisvergadering was, bewijst vooral dat het kabinet in paniek verkeerde en niet wist van welk hout pijlen te maken. Jambon speelde met de gedachte ontslag te nemen en had daarvoor de voorzitter nodig. Ongewoon is dat niet. Strikt genomen moest De Wever daar niet zijn, maar laten we niet blind zijn voor de werkelijkheid: De Wever is de machtigste man van de Wetstraat."

Aucun commentaire: