vendredi 16 décembre 2016

Ras la casquette (de pensionné)

Ras la casquette (de pensionné) (OPINION)
CONTRIBUTION EXTERNE  La Libre Belgique


Une opinion de Claude Emonts, conseiller communal PS à Liège. Président honoraire du CPAS de Liège.


Centriste de gauche qui possède certains amis "de droite", aujourd’hui je suis écœuré, fâché, en rogne. Démagogie cynique, austérité budgétaire mortifère, pauvreté galopante… : on détricote notre mode de vie à forte protection sociale.

Depuis plus d’un an maintenant, j’ai pris une retraite que je veux silencieuse en tant que président honoraire du CPAS de Liège. Silencieuse disais-je, jusque ce matin et sans doute pour longtemps, tant les informations que je lis et les décryptages que je fais me désespèrent. Ceux qui me connaissent savent que je suis ce que l’on pourrait par un beau néologisme appeler un centriste de gauche. Je n’ai jamais renié mes racines marxistes ni surtout la pertinence de cette grille d’analyse (mais je suis bon pour la "cordonsanitarisation" hein Monsieur Jeholet ?), et cela ne m’a cependant jamais empêché d’avoir certains amis "de droite", enfin membres du MR - on s’entend et, surtout, de respecter voire, parfois, de trouver pertinentes un certain nombre de leurs analyses.
Je ne suis pas, on l’aura compris, un adepte du bloc contre bloc, du "j’ai toujours raison" contre le "ils ont toujours tort", si fréquent en politique.
Mais aujourd’hui la coupe déborde. Je suis écœuré, fâché, en rogne.
TRUMP, FILLON, BORIS JOHNSON
Non content de constater impuissant que la démagogie la plus cynique gagne du terrain un peu partout dans le monde, je regarde vers les Etats-Unis en frissonnant et en constatant l’influence du conspirationnisme, la toute-puissance des "fakes", ces fausses informations volontaires qui inondent la toile, les manipulations russes dans la campagne du plus merveilleux membre de l’élite dominante appelé à devenir le président des électeurs du "peuple en colère". Je vois en France l’ombre du Christ guérillero se profiler (j’exagère à peine, car derrière Fillon, il y a la fille de l’autre et derrière elle, pire encore…). Si je tourne la tête ailleurs, c’est pour voir Boris Johnson ou qui sais-je encore quand mon cou se tord… Et enfin, je me retrouve le nez contre la vitrine Belgique.
J’avais pris ma retraite de président de CPAS en ayant dû encaisser les décisions du gouvernement si facilement appelé Di Rupo (incontestable constat, ceci dit) et singulièrement ravaler ma honte devant celles prises à l’encontre des chômeurs par une ministre libérale, mais cependant avalisée par les membres PS dudit gouvernement. J’avais bien dû admettre cependant que certains volets en étaient nécessaires, sans en cautionner ni la philosophie, ni la manière néanmoins.
LE NEZ CONTRE LA VITRINE BELGIQUE
Puis voilà que les élections donnèrent ce qu’elles donnèrent. On allait voir ce que l’on allait voir. Un gouvernement de droite (presque cohérent). Et on voit.
Un MR tétanisé, un CD&V vociférant et continuant son chemin à Canossa et une droite (teintée, "un peu", de Belang) voguant triomphalement (mais pas efficacement) vers son objectif. Pas efficacement, enfin on s’entend. Si, bien entendu, on parle du détricotage de notre mode de vie à forte protection sociale, là c’est bon.
Récapitulons. Quelques exemples suffiront : Maggy la populaire fait des coupes sombres dans notre système de santé et l’on sent pointer la médecine duale (on veut dire là où elle ne l’était pas encore) et ce n’est pas mon pharmacien qui va me dire le contraire.Le sympathique (c’est vrai) François Bellot, n’est que sympathique. Les trains vont de moins en moins vite. Mais hourrah : la privatisation du rail arrive. Et l’emploi craint. Marie-Christine Marghem ? Ne peut-elle pas aller à Jurbise faire faire ses calculs pour le bénéfice d’Electrabel ? La baisse des impôts ? Tout le monde est "pour". Surtout à droite. Bizarre : pourquoi ? L’allongement de l’âge d’accès à la pension ? Peut-être indispensable. Mais quid des décisions scandaleuses et rétrospectives de la non-prise en compte de certaines de ses composantes (des jours de chômage par exemple) dans le calcul de celui-ci ? A ce propos : l’attitude tant du gouvernement que du "Steun Theo" face au déni des décisions de justice laisse pantois. J’ai vraiment l’impression d’une considérable perte des points de repère démocratiques. Impôt sur la fort… Fourt ? Pardon. Emploi en hausse ? Un peu rikiki, excellence. Et quid des temps partiels ? Quid des revenus d’intégration ? Chut, pas le sujet. Et où par ailleurs est l’"effet retour" ? Oh, on parlait des réfugiés ? Désolé, je n’avais pas compris. Ben parlons du tram, le MR liégeois est "pour". Pas Eurostat, car le privé c’est sacré mon cher ami. Et dans "Partenariat privé public", il y a public. Vilain mot que celui-là, veuillez parler poli.
SUR LA VIE DES GENS
Sujet suivant ? Dois-je évoquer la pauvreté galopante ? La croissante absorption des CPAS par les communes sans aucune garantie budgétaire pour les missions légales et… celles qui sont devenues indispensables.
Et bien entendu les conséquences de décisions budgétaires fédérales qui en cascade ruissellent sur la vie des gens. Le prix des hôpitaux, des médicaments, la hausse de la TVA, des biens de consommation courante, de tout quoi ? Mais soyons clairs : je n’exonère pas les socialistes - surtout au niveau européen - des décisions (n’est-ce pas M. Moscovici) qui n’ayant pas été en fait décidées par les gouvernements des 28 pris séparément, ont une influence sur notre vie de tous les jours.
Je préfère m’arrêter là, même s’il y en a encore des tonnes. Je pleure sous mes souvenirs de soixante-huitard et je retourne sous ma tente.
Quand dira-t-on STOP ? Quand dira-t-on que l’austérité budgétaire mortifère (tiens aujourd’hui bien des économistes de droite disent qu’il faut investir des fonds publics dans l’économie et être "raisonnable" avec ce type d’idéologie), c’est la fin de la solidarité ? Quand rappellera-t-on que la si décriée sociale démocratie et autres gauchistes vaccinés le crient sur tous les airs depuis si longtemps, en mettant le tout en perspective ?
Faudra-t-il que je meure heureux de mourir pour ne pas voir toutes ces horreurs accoucher d’une société "idéale" ?
Merci Bart. 

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA BELGIQUE EN 2030 ? 

Il est assez fascinant de découvrir un article de cet acabit dans la Libre Belgique qui n’est pas précisément le pendant belge de l’ « Humanité » française. Quelqu’un peut-il me dire à quoi ressemblera le territoire Belgique en 2030 ? Une Flandre indépendante et « ennevéanisée » au nord, une république  Wallonie cubaine au sud et un district européen multiculturel entre les deux ? Tout ce qui est excessif n’est-il pas insignifiant ?
MG

Aucun commentaire: