lundi 19 décembre 2016

Uyttendaele: «La réunion de crise avec De Wever? Une infraction pénale»


David Coppi   Le Soir

Pour le constitutionnaliste Marc Uyttendaele, on a violé le secret de l’instruction, et le parquet général doit ouvrir une enquête…


Dans les colonnes du Soir lundi matin, Christian Behrendt, constitutionnaliste à l’ULG, jugeait que la présence de Bart De Wever à la réunion du 23 mars, au lendemain des attentats, au cabinet du ministre de l’Intérieur (avec Jan Jambon, Catherine De Bolle, commissaire générale, Claude Fontaine, directeur de la police judiciaire, Eddy Grief, patron de l’antiterrorisme, et Peter De Buysscher, directeur de la coopération policière internationale), pouvait se justifier dans le contexte dramatique que l’on sait…
Ce n’est pas du tout l’avis de Marc Uyttendaele, son homologue à l’ULB, catégorique pour sa part : « Dès lors qu’il est avoué aujourd’hui, par la N-VA elle-même, que la présence de Bart De Wever à cette réunion au cabinet de l’Intérieur avait pour objet de tirer les enseignements politiques d’éléments qui avaient trait au dossier répressif, on est dans l’infraction pénale. A savoir : il s’agit d’une violation de l’article 458 du code pénal concernant la protection du secret de l’instruction. En d’autres termes, personne d’autre que les enquêteurs, les responsables policiers et le ministre de l’Intérieur ne peuvent participer à une telle réunion où l’on évoque les enquêtes en cours et les éventuels dysfonctionnements ».
Conclusion ? « Il y a un problème éthique majeur. Et, en tout cas, cela doit conduire le parquet général à ouvrir une enquête à cet égard ».
« C’EST INACCEPTABLE »
Marc Uyttendaele ajoute : « On aurait peut-être pu concevoir, vu la gravité des faits, qu’un certain nombre de responsables politiques soient associés le 23 mars, lendemain des attentats, à une réunion de ce type, mais ici, non, on n’est pas dans cette logique, il s’agit d’un seul président de parti, c’est inacceptable. Et le Premier ministre, lui, n’est pas présent… »
Marc Uyttendaele s’interroge enfin à propos de nos hauts responsables dans le domaine de la sécurité, autour de la table le 23 mars : « C’est très préoccupant de constater qu’ils n’ont pas eu le réflexe de respecter le secret de l’instruction… Que feront-ils alors quand ils devront faire valoir les mêmes principes auprès de leurs subordonnés ? ». 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ANTICONSTITUTIONNELLEMENT

Décidément, ces  messieurs de la N-VA font très peu de cas de la Constitution belge. Il est vrai que seuls les ministres ont prêté serment, pas le Président de la N-VA. Intéressant. « Anticonstitutionnellement » est le plus long adverbe de la langue française.
Faudrait lui trouver une abréviation pour ces messieurs de la « Nieuwe Vlaamse Arrogantie » qui en font un abondant et abusif usage.
MG



Aucun commentaire: