jeudi 9 février 2017

Le coup de gueule du président de la cour d'assises de Bruxelles : "On se fiche du monde"

DH


La cour d'assises de Bruxelles, qui devait juger ce matin deux hommes, Zalh Zakir et Bilal Haddouche, pour le meurtre d'Artur Rifa, commis le 20 mai 2013 à la station de métro Rogier, a dû retarder le début du procès.
En cause, l'absence du corps de sécurité, "dont chaque membre dispose d'un certificat médical", ainsi que celle des policiers. Le président de la cour d'assises Michel de Grève a annoncé la tenue d'une conférence de presse en compagnie de l'avocat général Stéphane Lempereur, en fin de matinée.
Amer, le président De Grève a déclaré à La DH : "Dans ce pays, preuve est faite qu'on ne pourra plus tenir une cour d'assises. Je n'exclus pas que l'affaire qui devait nous réunir aujourd'hui soit remise sine die. Nous n'avons pas les policiers pour assurer l'entrée dans la salle et les membres du corps de sécurité du palais de justice ont tous un certificat médical. De plus, les détenus ne sont pas là, il paraît que personne ne sort de la prison de Saint-Gilles… Ou bien on considère qu'il y a encore une justice dans ce pays et on lui donne des petits moyens, ou alors en tire les conséquences. On se fiche du monde", a lancé le haut magistrat, qui organise une conférence de presse en accord avec le premier président de la Cour de cassation et le procureur général de Bruxelles.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
NO COMMENT

Aucun commentaire: