vendredi 3 février 2017

Merkel face à la pression de plus en plus forte d'Erdogan


Par Nicolas Barotte Figaro


Le président turc exige que l'Europe lui livre tous ceux qui tentent d'échapper à la purge déclenchée après le putsch manqué.
Correspondant à Berlin
Angela Merkel se prépare à un exercice périlleux. Jeudi, la chancelière allemande se rend en Turquie pour parler, officiellement, de la crise des réfugiés et de la lutte contre le terrorisme. Mais c'est tout simplement des relations entre l'Europe et Ankara dont il sera question, alors que le pouvoir se durcit dans la péninsule et menace l'Union. Le président Recep Tayyip Erdogan réclame le soutien des Européens dans son entreprise de purge de l'opposition, faute de quoi, laisse-t-il comprendre, l'accord sur le contrôle de la frontière, qui protège l'Union d'une éventuelle nouvelle crise migratoire, serait remis en cause.
Une quarantaine d'officiers turcs de haut rang stationnés sur les bases de l'Otan ont demandé l'asile en Allemagne.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CHANTAGE

Le chantage d’Erdogan pourrait coûter cher à Angela Merkel aux élections fédérales de septembre prochain (que par erreur nous avions annoncées pour juin). Tout ceci est pain béni pour son nouveau challenger Martin Schulz ex président du Parlement européen.
Il semble bien qu’un grand nombre d’opposants au régime du Sultan Erdogan demanderont à pouvoir trouver asile en Allemagne : rien que du beau monde. « Das schaffen wir » se dira Merkel. Pas sûr que cela plaise à l’ensemble de l’électorat.
MG

Aucun commentaire: