mardi 7 mars 2017

600.000 VISITES



Ca y est, on a cliqué 600.00 fois sur le site DiverCity en cette huitième année de son existence. Qu’est-ce à dire ? Tout ce que je sais, c’est que la fréquentation du blog est en baisse et que cet exercice quotidien de scanning et de commentaire de l’actualité interculturelle, cosmopolite et bruxelloise m’a fait rédiger plus de cinq mille commentaires d’une qualité certes assez inégale, mais toujours avec enthousiasme et une volonté d’optimisme de plus en plus souvent prise en défaut, j’en conviens volontiers.
J’ai dû pour cela m’imposer une discipline de « bronze » comme cette belle médaille qui symbolise l’ «effort » et que m’ont offerte mes amis qui me connaissent bien à l’occasion de mon récent anniversaire. 



On y voit un homme nu dont la musculature, bandée comme un arc, s’arque-boute sur un levier métallique en vue de faire bouger une énorme pierre. Sisyphe ? Depuis l’évocation du mythe par Albert Camus, « il faut imaginer Sisyphe heureux ». 

Que l’on me pardonne de sortir de plus en plus des limites du cahier de charge que je m’étais imposé : le dialogue « interconvictionnel ».
Depuis huit ans, le monde se « démonde » sous nos yeux ébahis à une vitesse accélérée. On peut carrément parler d’ « accélération de l’accélération » ce qui me donne le tournis. Tout se passe comme si la démocratie était de plus en plus menacée. Quant au dialogue inter culturel/religieux/convictionnel fondé sur le respect mutuel et les identités entrelacées, il marque le pas pour ne pas dire qu’il est battu en brèche.
Le bras de fer est désormais entre les mondialistes cosmopolites et d’autre part les souverainistes nationalistes, identitaires et communautaristes radicaux de toutes farines.
Nous assistons au retour du balancier qui part vers la droite, voire la droite extrême. C’est immensément préoccupant et DiverCity ne saurait y être indifférent. Si le hollandais Wilders et Marine Le Pen devaient l’emporter, c’en serait fini pour de bon du rêve européen et il faudra entrer en résistance.
« Le salut ne viendra pas des esprits au garde à vous »(Jean Brurgers la veille de son exécution par les nazis)
DiverCity c’est désormais un peu « Sisyphe » et beaucoup « l’homme révolté ».

Marc Guiot

Aucun commentaire: