dimanche 12 mars 2017

D'après Moody's, la probabilité d'un "Frexit" progresse

Le Figaro
Dans une note publiée ce samedi, l'agence de notation Moody's estime que la probabilité que la France quitte l'Union européenne et abandonne l'euro est peu élevée mais progresse. "Si le risque que le résultat électoral (...) remett(e) en cause le maintien en France de la monnaie unique et son adhésion à l'Union européenne est faible, il n'en est pas moins croissant", peut-on lire dans ce document.
L'agence américaine qui doit noter la France après la présidentielle et les législatives estime toutefois que l'hypothèse d'un éventuel "Frexit" est "peu envisageable", mais rappelle cependant que "l'actualité a récemment démontré que les événements politiques, notamment les référendums, peuvent avoir des issues inattendues".
L'hypothèse d'une victoire de Marine Le Pen, candidate du Front national, à la présidentielle - longtemps en tête des sondages mais désormais rattrapée par Emmanuel Macron - a suscité ces dernières semaines l'inquiétude des investisseurs qui redoutent une sortie de la France de la zone euro.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY
DIVERCITY PENSE QUE MARINE PEUT L’EMPORTER
FREXIT OR NOT FREXIT

DiverCity avait prédit à la fois une victoire du Brexit et un triomphe pour Trump. Il est vrai que nous avions annoncé plus d’une fois la chute du gouvernement belge qui n’eut jamais lieu. Patience.
Ceci dit, les chances de Wilders et celles de Le Pen de le remporter augmentent, selon nous, de jour en jour.
Les medias ont tort de se désintéresser du scrutin qui va se dérouler bientôt au Pays-Bas. Si Wilders devait l’emporter Marine s’envolera vers les 40% au premier tour et face à Fillon qui s’accroche elle l’emportera au second.
On mesure mal la frustration et la colère de la France et de la Hollande profondes. On voit mal, face à un climat général délétère, (et je ne parle pas de la colère des Wallons face à leurs dirigeants socialistes liégeois au bénéfice du PTB) comment un Macron, malgré ses belles qualités intellectuelles, pourrait relever le gant.
Tout ceci cumulé est extrêmement préoccupant pour l’avenir de la démocratie en Europe et dans le monde. Les dirigeants autoritaires Poutine, Erdogan, Trump et les candidats dictateurs Wilders et Marine ont le vent en poupe. La gauche est en déroute et la droite cherche un nouveau souffle ; le peuple n’en peut plus.
Les jeunes de 16 à 40 ans me donnent l’impression d’observer tout cela de loin, avec indifférence et de se retrancher dans la sphère intime : leur boulot et leur famille d’abord : travail, famille, patrie. On a déjà entendu cela en d’autres temps.
MG

Aucun commentaire: