dimanche 5 mars 2017

Fillon lors de la manifestation de soutien à Paris: «Je vous dois des excuses»


Le Soir
Le candidat de la droite à la présidentielle a adouci son discours et lancé un appel aux hauts responsables des Républicains. 


• © EPA

François Fillon, principal candidat de la droite à la présidentielle française, s’en est remis dimanche à ses partisans ainsi qu’aux responsables de la droite et du centre lors d’un discours prononcé au Trocadéro, à Paris, en pleine tourmente politique et judiciaire.
Les organisateurs attendaient 45.000 personnes.
DES EXCUSES
« Ils pensent que je suis seul. Ils veulent que je sois seul. Est-ce que nous sommes seuls ? Mes chers amis, merci de tout cœur pour votre présence » , a commencé le candidat Les Républicains. « À vous mes amis, je dois la vérité. Je dois en conscience écouter cette foule immense qui me pousse vers l’avant mais je dois aussi m’interroger sur eux qui doutent et qui fuient le navire » , a-t-il néanmoins ajouté.
« On a oublié pourquoi vous vous battiez. À cet égard, même si toute cette charge à mon égard est injuste, je vous dois des excuses, dont celle de devoir de défendre mon honneur et celui de mon épouse alors que l’essentiel est, pour vous comme pour moi, de défendre notre pays », a déclaré Fillon, reconnaissant ensuite un problème de communication.
Durant son intervention devant plusieurs milliers de personnes, il n’a pas dit clairement s’il comptait aller jusqu’au bout de sa campagne ou non.« La France se réveillera et elle se redressera. C’est animé par cette conviction qui est aussi la vôtre que je veux à présent m’adresser, avec vous, aux responsables politiques de la droite et du centre », a-t-il déclaré.
« Mon examen de conscience, je l’ai fait », a-t-il dit après avoir fait état d’erreurs commises, notamment dans sa communication depuis les premières révélations dans l’affaire des emplois potentiellement fictifs de membres de sa famille.
APPEL AUX HAUTS RESPONSABLES DE SON PARTI
« Aux hommes politiques de mon camp je dirai à présent ceci : il vous revient maintenant de faire le vôtre. Laisserez-vous les passions du moment l’emporter sur les nécessités nationales ? », a encore déclaré le vainqueur de la primaire.
« Laisserez-vous les intérêts de factions et de carrière et les arrière-pensées de tous ordres l’emporter sur la grandeur et la cohérence d’un projet adopté par plus de quatre millions d’électeurs ? Vous laisserez-vous dicter par l’écume des choses ce choix décisif qu’une part de notre peuple a remis entre vos mains », a poursuivi l’ex-Premier ministre.
Il a également fustigé « la désertion assumée sans honte et aussi sans orgueil » dans une allusion transparente aux nombreuses défections dans son camp depuis qu’il a annoncé mercredi qu’il serait peut-être mis en examen à la mi-mars.
J’ai regardé le capitaine courageux affrontant les intempéries face à la grande foule du Trocadéro. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA FRANCE BIEN ÉLEVÉE LE SOUTIENT 

Excellent discours prononcé avec fougue et rédigé par une plume alerte et puissante qui sait y faire.
Il a gagné son pari mais est apparu extrêmement fatigué. On le serait à moins.
Certes la  France d’en haut le soutient et l’homme est énergique, pugnace, déterminé. Il ne cédera pas. Mais sera-t-il pour autant président ?
Cherchant à passer en force et réussit un tour de force : le Trocadéro au détriment de sa santé.
Et après on fait quoi ?
A part la France bien élevée, des chevelures blanches et des carrés Hermès on n’a pas vu grand monde.
Rien à voir avec la descente des Champs Elysée de juin 68 qui lui sert de modèle subliminal, Malraux en tête sous la bannière du mari de tante Yvonne.
Plutôt un remake de Hollande lisant ses feuillets sous une pluie battante ?
Juppé c’est l’inverse du « furet ». On ne le voit nulle part, il se planque de peur de devoir y aller.
C’est qu’il fait vraiment vieux tout à coup Pépère la Pétoche.
Ce cirque renforce Macron le Hollandais malgré lui et surtout conforte Marine dans sa posture altière.


MG

Aucun commentaire: