samedi 18 mars 2017

Mosquées non reconnues: 4 imams qui contestaient un refus de visa ont été déboutés

Le Soir

Theo Francken ne souhaitait pas délivrer un visa de longue durée à plusieurs imams étrangers qui souhaitaient se rendre en Belgique pour y prêcher dans des mosquées non reconnues. 

• Photo d’illustration ©Le Soir
quatre
Le Conseil du Contentieux des Étrangers a donné raison au secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) quant à son refus de délivrer un visa de longue durée à plusieurs imams étrangers qui souhaitaient se rendre en Belgique pour y prêcher dans des mosquées qui ne sont pas reconnues par l’Etat, peut-on lire jeudi dans la Dernière Heure, Sudpresse, De Morgen et Het Laatste Nieuws.
Theo Francken a refusé cette année l’octroi de visas à 12 imams, originaires de Turquie, qui se trouvaient dans ce cas. Dix d’entre eux ont contesté ce refus devant le Conseil du Contentieux des Étrangers, qui vient d’en débouter quatre. Ceux-ci voulaient prêcher à Bilzen, Gand, Namur et Tamise. Selon le Conseil du Contentieux des Étrangers, la liberté religieuse n’a pas été enfreinte dans ces dossiers, parce que les imams se trouvent à l’étranger et ne tombent donc pas sous l’autorité de l’État belge. A noter que les imams ont encore la possibilité d’aller devant le Conseil d’Etat.
Au contraire des mosquées non reconnues, les lieux de culte reconnus sont soumis à une enquête des autorités belges et peuvent bénéficier de subsides. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
STOP A L’IMPORTATION D’IMAMS 

Cela fait des années que nous l’écrivons : il faut cesser de toute urgence d’importer des imams sur lesquels nous ne pouvons exercer aucun contrôle et qui de surcroît ne maîtrisent ni le français ni le néerlandais. On se demande vraiment si ce qu’attend notre pays pour former ses imams dans nos universités. Certes cela pose des problèmes académiques complexes : comment recruter des formateurs d’imams maîtrisant le Coran et la théologie y afférant ?
Pour une fois on ne saurait que donner raison à l’obstination de Théo Franck qui veut fermer la porte si à des imams susceptibles de « corrompre » la jeunesse. MG
Maak van de Grote Moskee in Brussel een centrum voor moderne islam waar ook niet-moslims welkom zijn. Dat stelt Yamila Idrissi, sp.a-volksvertegenwoordiger en moslima, voor in De Morgen


OPROEP YAMILA IDRISSI: "MAAK VAN GROTE MOSKEE CENTRUM VAN MODERNE ISLAM" 

Maak van de Grote Moskee in Brussel een centrum voor moderne islam waar ook niet-moslims welkom zijn. Dat stelt Yamila Idrissi, sp.a-volksvertegenwoordiger en moslima, voor in de reeks 'Islam in de seculiere staat' in deze krant
Als we de invloed van het ‘wahabitische, salafistische missioneringsapparaat’ in ons land klein willen krijgen, moeten we meer doen dan de geldstromen uit Saudi-Arabië droogleggen en de erfpacht van de Grote Moskee opzeggen, meent Idrissi. “We moeten niet alleen afbreken wat kwalijk is, we moeten ook alternatieven bieden. De Grote Moskee aan het Brusselse Jubelpark is voorwerp van controverse. Met de financiering vanuit Saudi-Arabië stroomt ook de fundamentalistische interpretatie van de islam het land binnen. Idrissi wil dat omkeren: “Er is iets kapot in Brussel. Maak van die Grote Moskee, die nu problematisch is, een positief medicijn.
Op het kabinet van Justitieminister Koen Geens (CD&V) klinkt het dat er vrijheid van godsdienst en vergadering is in ons land en het daarom niet evident is de Grote Moskee om te vormen.  Idrissi werpt tegen dat de erfpacht van het gebouw tussen België en Saudi-Arabië
opzeggen niets met vrijheid van godsdienst heeft te maken. “Voor politici die de mond vol hebben van deradicalisering is het ongeloofwaardig om die erfpacht in stand te houden.”


Aucun commentaire: