vendredi 21 avril 2017

Daesh revendique la fusillade sur les Champs-Elysées


Le Soir
La communication du groupe terroriste attribue l’agression à «Abu Yousef al-Belgiki», suggérant de liens avec la Belgique. 


• ©AFP
Daesh a revendiqué la fusillade qui a coûté la vie à un policier sur les Champs-Elysées à Paris, dans un communiqué publié par son organe de propagande Amaq. Deux autre policiers ont également été blessés. Une passante a été légèrement touchée.
«L’auteur de l’attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c’est un des combattants de l’Etat islamique», a écrit Amaq.
DES LIENS AVEC LA BELGIQUE SUGGÉRÉS
La communication du groupe terroriste attribue donc l’agression à «Abu Yousef al-Belgiki», suggérant de liens avec la Belgique. Plus tôt, un avis de recherche a été émis par la police française pour un second suspect arrivé en France en train, depuis la Belgique, selon un document cité par l’agence Reuters.
L’homme à l’origine de la fusillade a été tué, a précisé le ministère français de l’Intérieur.
L’HOMME A OUVERT LE FEU SUR UN VÉHICULE DE POLICE
Le porte-parole du ministère français de l’Intérieur, Pierre Henry Brandet, a affirmé sur BFMTV que les policiers étaient délibérément visés. Selon ses détails, un homme est sorti d’un véhicule avant d’ouvrir le feu, a priori avec une arme automatique, sur un car de police stationné. Il a tué un policier, puis a tenté de partir en courant en essayant de prendre pour cible d’autres policiers. Il en a blessé deux avant d’être abattu par les forces de l’ordre.
François Fillon et Marine Le Pen ont par ailleurs annoncé qu’ils annulaient tous leurs déplacements prévus ce vendredi dans le cadre de la campagne présidentielle. 


ATTENTAT SUR LES CHAMPS-ELYSÉES: UN POLICIER TUÉ, DAESH REVENDIQUE L’ATTAQUE
Le Soir
L’homme à l’origine de la fusillade sur les Champs-Elysées a été abattu.

Daesh a revendiqué la fusillade qui a coûté la vie à un policier sur les Champs-Elysées à Paris, dans un communiqué publié par son organe de propagande Amaq. Deux autres policiers ont également été blessés. Une passante a été légèrement touchée.
«  L’auteur de l’attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c’est un des combattants de l’Etat islamique  », a écrit Amaq.
DES LIENS AVEC LA BELGIQUE SUGGÉRÉS
La communication du groupe terroriste attribue donc l’agression à «  Abu Yousef al-Belgiki  », suggérant de liens avec la Belgique. Plus tôt, un avis de recherche a été émis par la police française pour un second suspect arrivé en France en train, depuis la Belgique, selon un document cité par l’agence Reuters.
L’HOMME A OUVERT LE FEU SUR UN VÉHICULE DE POLICE
Le porte-parole du ministère français de l’Intérieur, Pierre Henry Brandet, a affirmé sur BFMTV que les policiers étaient délibérément visés. Selon ses détails, un homme est sorti d’un véhicule avant d’ouvrir le feu, a priori avec une arme automatique, sur un car de police stationné. Il a tué un policier, puis a tenté de partir en courant en essayant de prendre pour cible d’autres policiers. Il en a blessé deux avant d’être abattu par les forces de l’ordre.
François Fillon et Marine Le Pen ont par ailleurs annoncé qu’ils annulaient tous leurs déplacements prévus ce vendredi dans le cadre de la campagne présidentielle.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
L’ÉPREUVE DU FEU 

« Un scrutin plongé dans un climat de tension extrême », commente le Soir.
La France en pleine campagne électorale vient de subir un nouvel attentat dont les auteurs seraient venus de Belgique. Les faits se déroulent dans un lieu emblématique, les célèbres Champs-Élysées, à un moment clé où des dizaines de millions de Français parmi lesquels un tiers d’indécis sont devant leur téléviseur pour décortiquer la personnalité et le programme des 11 candidats qui s’offrent à son suffrage pour un scrutin essentiel : les élections présidentielles.
Dimanche, on votera à chaud, avec ses tripes davantage qu’avec son cerveau. Voilà qui devrait brouiller toutes les cartes et démentir la logique des sondages. Le moment crucial de la prestation des candidats fut à l’évidence leur ultime prise de parole après plus de trois heures d’émission. À cet exercice difficile, à cette véritable épreuve du feu, les masques sont tombés. À l’évidence, le très décrié François Fillon se révéla dans une véritable posture présidentielle. Macron et Mélenchon ont, l’un et l’autre, fait très belle figure. Mais il est à redouter que c’est Marine Le Pen qui est la plus susceptible de tirer les dividendes de cette odieuse attaque de Daech qui a frappé le cœur symbolique de la république française à un jet de pierre de l’Elysée. Les conséquences de cet attentat sur une opinion publique déboussolée et désormais tétanisée sont incalculables.
Croisons les doigts pour que le bon sens ait le dernier mot mais rien n’est moins sûr. Cet attentat change la donne et rend vraisemblable un duel Fillon- Le Pen au second tour. A droite toute.
La France en guerre contre Daech risque de vouloir se donner un shérif. Pas sûr qu’il, qu’elle, aura la stature d’un Churchill à la française.
MG



Aucun commentaire: