mardi 11 avril 2017

Trump approuve l’adhésion du Monténégro à l’Otan


Afp
Mis en ligne il y a 52 minutes
La Russie voit cette entrée au sein de l’Alliance comme une provocation. 


• © Reporters/Abaca 

Le président américain Donald Trump a donné mardi son feu vert à l’adhésion du Monténégro à l’Otan, ouvrant la voie à l’entrée du petit pays des Balkans dans l’Alliance, considérée par la Russie comme une provocation.
«Aujourd’hui, le président Donald Trump a signé l’instrument de ratification du protocole d’adhésion du Monténégro à l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord», écrit la Maison Blanche dans un communiqué.
UN PAYS DIVISÉ SUR LA QUESTION
La décision de Donald Trump ne manquera pas de tendre encore les relations entre les Etats-Unis et la Russie. L’adhésion du Monténégro, qui doit devenir le 29e pays membre de l’Otan, divise ce petit pays de 620.000 habitants, où l’opposition prorusse réclame un référendum sur la question.
Donald Trump avait vivement critiqué l’Otan pendant sa campagne électorale avant d’adoucir ses propos les plus virulents depuis son arrivée à la Maison Blanche. Il demande cependant toujours plus d’efforts financiers de la part des Alliés. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
PROVOCATION  PURE 

De toute évidence c’est une pure et inutile provocation .
La Ostpolitik de Willy Brandt et Helmut Schmidt qui eurent la témérité de négocier sur une base bilatérale avec l’URSS a permis la chute du mur de Berlin et la très improbable si réunification allemande en 1989. Une vaste négociation du même type mais sur base multilatérale, la Conférence sur la Sécurité et la Coopération européenne, qui a permis une réunification de l’Europe, visait au départ à provoquer le démantèlement de deux grandes alliances militaires : l’OTAN et du Pacte de Varsovie. Ce dernier s’est évaporé, l’OTAN a survécu et a étendu ses tentacules jusqu’en Allemagne de l’Est, en Pologne, en Tchécoslovaquie, dans l’ancienne Yougoslavie, dans les pays baltes et la Finlande contrairement aux accords négociés avec Gorbatchev. La Géorgie a également demandé à rejoindre le pacte de Varsovie ; l’Ukraine aussi et maintenant le Monténégro. La Russie de Vladimir Poutine regarde ces grandes manoeuvres comme une pure provocation, une tentative d’encerclement et il proteste vivement. En toute logique, on peut la comprendre. Il apparaît donc que la courte lune de miel entre Washington et Moscou est définitivement terminée.
Vladimir Poutine apprendra à son détriment que le nouveau président des États-Unis, contrairement à son prédécesseur prudent, est redoutablement imprévisible.
Il serait temps que l’Europe en pleine crise se situe par rapport à ses relations avec les États-Unis et surtout par rapport à son engagement atlantique. Nombreux sont les hommes d’État qui pensent qu’il serait judicieux de marquer quelque distance avec Washington tout en se rapprochant d’une Russie certes très européenne mais qui se tourne de plus en plus désormais vers la Chine, vers l’Inde. Danger.
MG

Aucun commentaire: